Accueil Marseille - Aix Cité de la Musique - Marseille
Jeudi 24 mai 2018 : 9867 concerts, 24991 chroniques de concert, 5217 critiques d'album.
Cité de la Musique - Marseille

Cité de la Musique - Marseille

4 rue Bernard du Bois
13001 Marseille

Plus d'info :

Cité de la Musique - Marseille : les concerts

Il n'y a pas concert actuellement annoncé dans ce lieu.

Cité de la Musique - Marseille : l'historique des concerts

Sa.

19

Mai

2018

Fest Kadans CaraÏbe-yann ClÉry Live

Sa.

21

Avril

2018

Trans Kabar / Maloya rock

Ve.

23

Mars

2018

Bastien Boni en concert
Dans Tous Ses Etats Bastien Boni / Geneviève Sorin

Sa.

03

Mars

2018

uma

Me.

21

Fév.

2018

Fiesta Salsa

Ve.

24

Nov.

2017

XIVèmes Rencontres Tambor y Canto - Colombie Pacifique

Sa.

18

Nov.

2017

Lo Barrut

Ve.

17

Nov.

2017

Sanacore

Je.

16

Nov.

2017

Ialma

Lu.

13

Nov.

2017

Un Poco Loco

Sa.

11

Nov.

2017

Lalo Zanelli & OMBU

Lu.

06

Nov.

2017

Kirke Karja quartet

Cité de la Musique : les dernières chroniques concerts 30 avis

Shono

Critique écrite le 02 avril 2018, par Annecatherine Josset

Cite de la Musique Marseille 31/03/2018

Shono en concert

Je vous présente Shono, un des meilleurs groupes ethno rock du moment en Sibérie et en Mongolie. Autour d'Alexandre Arkhintcheev, maître incontesté du chant diphonique, 3 musiciens français (batteur, guitariste et bassiste) mettent en valeur un talent hors du commun. Il me suffit de ces deux phrases pour prendre le risque de perdre la moitié de mes lecteurs... mais je vous en prie, accrochez-vous, il faut absolument que vous découvriez ce groupe. Le groupe est introduit par Tatiana LAMBOLEZ qui produit le groupe pour le faire connaitre à l'international. Elle nous explique qu'Alexandre est l'ambassadeur de la culture de son pays, la République de la Bouriatie, république russe qui borde la rive du lac Baîkal, appelé la perle de Sibérie pour la transparence de ses eaux. Son instrument est le Morin Khuur (à tête de cheval) qui est un instrument à deux cordes frottées avec archet, qui produit un son tour à tour chaleureux et caressant ou sauvage et agressif. La musique... Lire la suite

L.Rom

Critique écrite le 01 mai 2015, par Pirlouiiiit

Cité de la Musique, Marseille 24 avril 2015

L.Rom en concert

Ce soir c'est le grand soir pour L.Rom celui de la sortie de leur tant attendu Semeurs de rêves, premier album du trio Lionel Romieu (oud, mandole) - Jean Yves Abecassis (contrebasse) - Jean-Philippe Barrios (batterie et percussions) enregistré en compagnie de l'illustre Chris Hayward (flutes, kaval). Du coup c'est assez logiquement qu'ils l'ont invité pour cette date à la Cité de la Musique. Lorsque nous arrivons en famille la Cité est plutôt bien pleine malgré la concurrence du soir ... Je ne sais pas si les enfants vont tenir longtemps mais en tout cas nous sommes bien installés au 3ème rang légèrement sur le côté. J'ai tellement écouté le disque ces temps ci que lorsqu'ils attaquent ça me fait tout bizarre de reconnaître à ce point les morceaux de leur jazz non sédentarisé comme ils l'appellent. Départ en douceur ... je sens qu'on est en train de perdre Lucie qui me dit qu'elle aime bien les morceaux qui sont forts et rapides. Elle s'endormira au suivant, trop tôt pour les morceaux les plus " rock " si j'ose dire (ceux où Jean Philippe passe derrière la batterie). Cyril ayant décidé de passer le reste du concert sur mes genoux je serai un peu limité dans mes déplacements (sauf pour l'accompagner aux toilettes) et dans... Lire la suite

Flag* (ciné concert)

Critique écrite le 31 octobre 2014, par Pirlouiiiit

Cité de la Musique, Marseille 17 octobre 2014

Flag* (ciné concert) en concert

Après un début de soirée sympathique bien que physique au Lollipop Music Store puis un passage chez moi pour "coucher" les enfants, me voici à la Cité de la Musique pour découvrir deux ans après la première répétition publique ce ciné concert qui s'appelle désormais Flag*. Des musiciens d'origine (Nuestra Cosa) il ne reste autour du capitaine du navire Jean-Marc Lamoure [Images, voix, direction], son second Ulrich Wolters [Sax, mallet, flûte, composition] désormais accompagné de Nicolas Cante [Claviers, machines, composition], sans oublier en fond de scène et donc caché derrière sa production Cyril Méroni [Vidéo Mapping, scénographie], et comme le nom avait aussi changé je n'ai pas tout de suite réalisé qu'il s'agissait du même spectacle, "adaptation très libre du Vaisseau des morts de B. Traven". Plutôt que d'essayer de vous expliquer de quoi il s'agit maladroitement je vous recopie un extrait du synopsis pour vous mettre dans l'ambiance : "Un marin oublié par son navire dans un port européen fait l'expérience d'une errance continentale comme on dérive entre des eaux territoriales. Plus tard, embarqué sur un "vaisseau fantôme" pour un voyage sans retour, il décrit la hiérarchie socioéconomique depuis le fond des cales où il... Lire la suite

Emel Mathlouthi

Critique écrite le 28 avril 2013, par Ysabel

Cité de la Musique - Marseille 19 Avril 2013

Emel Mathlouthi en concert

Retrouvailles avec La Citée de la Musique, avec ses fauteuils caramel et son parquet de bois. Sans oublier un public bien présent au rendez-vous que nous a donné Emel Mathlouthi ! Mais pour commencer, ce sera une petite présentation faite par Sylvie Yvanez, qui va nous parler des projets liés à Marseille 2013, dont celui de ce soir fait partie et qui va nous emmener en Tunisie. Suivra l'Egypte au J1-Joliette le 2 Mai ... Et plein d'autres belles choses que l'on peut suivre sur leur site officiel. L'arrivée des musiciens se fait ensuite dans un silence religieux. Puis commence une musique qui mêle avec subtilité l'électro et l'oriental ... Emel Mathlouthi entre à son tour, telle une poupée fragile, toute en cheveux, satin et bracelets. Mais très vite, c'est juste sa voix qui nous captive. C'est alors, en l'espace d'un instant, que la princesse n'a plus rien de fragile. Le jeux de l'écho augmente encore la sensation que cette voix entre au plus profond de nous et c'est emportée par elle, que la belle commence à danser, somnambulesque, voir même presque désarticulée par moments. Puis c'est la violence des percussions qui nous frappe et amène le sentiment qu'une tempête s'abat sur nous ... Avec elle qui danse toujours devant... Lire la suite

Lo Cor de la Plana + La Ultima + Enco de Botte (9ème festival De Vives Voix)

Critique écrite le 08 juillet 2012, par pirlouiiiit

Auditorium de la Cité de la Musique - Marseille 05 juillet 2012

Lo Cor de la Plana + La Ultima + Enco de Botte (9ème festival De Vives Voix) en concert

Ce soir si je m'étais écouté je serais bien resté chez moi pour me coucher tôt ... oui mais alors il n'y aurait pas eu de trace de la 9ème édition de ce beau (et gros) festival organisé chaque année par l'équipe la (petite) Maison du Chant, auquel je n'avais plus assisté depuis 2009 ! Comme chaque année le festival se compose de 4-5 dates répartis sur plusieurs lieux dont en général au moins une église et un extérieur. La date de ce soir devait se faire dans les jardins Velten (que je me faisais une joie de découvrir), mais un incendie quelques jours plus tôt a rendu cela impossible. Le festival a donc été accueilli juste à côté dans la Cité de la Musique. Pour conserver le côté extérieur le premier des trois concerts devait se faire sur le toit, mais les quelques gouttes de pluie de l'après midi auront tout ramené à l'intérieur. C'est donc dans le confort de la grande salle de la Cité de la Musique que nous passerons la soirée, en commençant par Enco de Botte ensemble vocal de 3 (ou 4) voix qui se faisaient l'ouverture sur 3 soirs de cette édition avec un répertoire ou dans une configuration différente. Ce soir d'Enco de Botte il y a Annie Maltinti, Caroline Tolla et Florence Croisy-Boué (il manque donc Olivier Meynard) qui... Lire la suite

Anne Paceo Quintet

Critique écrite le 03 mars 2012, par Mcyavell

Cité de la Musique - Marseille 20 février 2012

Anne Paceo Quintet en concert

Anne Paceo aime les voyages. Elle aime également les partager. La Laponie est sa dernière destination. Elle nous emmène dans les sombres brumes et la froidure du Grand Nord. Le sax alto puis la clarinette basse (ravelienne) d'Antonin Tri Hoang, la belle parenthèse dessinée par le piano de Leonardo Montana les restituent parfaitement. Le climat change brusquement avec les percussions africaines d'Anne Paceo. Rémanence de son pan de vie en Côte d'Ivoire. La rythmique se construit avant que le saxophone ne chante sa tendre mélodie. Et puis tout s'emballe autour d'une folle guitare (Pierre Perchaud). Stéphane Kerecki remet un peu d'ordre dans la tribu avant d'accompagner le thème qui revient alors, plus beau encore avec la gravité extrême que lui donne ce duo clarinette basse / contrebasse. Les musiques jouées ce soir, Anne Paceo les a écrites spécifiquement pour ce quintet-là, pour les musiciens qui le composent. Et l'harmonie est sans faille, comme si les cinq se connaissaient depuis des lustres. Chose impossible puisque les plus anciens de cette formation sont à peine trentenaires. Les 22 ans d'Antonin Tri Hoang sont le symbole de cette fraîcheur. Il semble le plus sage du quintet, responsable qu'il est des thèmes. Mais au... Lire la suite

Accès