Accueil Paris Elysée Montmartre - Paris 18e
Dimanche 15 décembre 2019 : 9963 concerts, 25840 chroniques de concert, 5280 critiques d'album.

Elysée Montmartre - Paris 18e

72 Bd Rochechouart
75018 Paris
Métro Barbès Rochechouart ou Pigalle

Plus d'info :

1200 places

1° Depuis quelle année votre salle existe-t-elle ?

L'Elysée Montmartre, situé au pied du Sacré Coeur, est un monument parisien depuis près de deux siècles. C'est aussi un monument de la nuit, de la fête, depuis sa création en 1807.
A l'époque la salle été à la place du théâtre le Trianon et l'emplacement actuel de la salle été occupé par les Jardins de l'Elysée Montmartre. A la fin du 19ième siècle, le feu a dévasté la salle et les jardins. La salle a été reconstruite sur le site des jardins, avec les "restes" du Pavillon de France de l'Exposition Universelle (façade, plafond et moulure, mezzanine, structure Eiffel).

2° Qui en est l'initiateur?

Depuis 1988, Garance Productions, redonne un nouvel élan à l'Elysée Montmartre à
travers une programmation de concerts unanimement reconnue pour sa qualité.
C'est à l'Elysée Montmartre que se produisent les talents d'hier, d'aujourd'hui et de
demain, chaque week-end les trend setter se retrouvent pour vibrer au son des plus
grands DJ's.

3° Avez vous quelques chiffres a nous donner ?

L'Elysée Montmartre accueille chaque année 240 concerts et soirées.

4° Quel genre de musique y est principalement représentée ?

Toutes les musiques amplifiées ont leur place à l'Elysée Montmartre (rock, reggae, pop, chanson, électro, métal, soul, hip hop).

5° Quel est l'esprit de votre salle ?

Un bon spectacle, un bon son dans un joli lieu où l'on peut encore sortir et boire des verres au bar sans se ruiner.

6° Quelles ont été les principales évolutions depuis sa création?

L'acoustique et les équipements audiovisuels.

7° Pouvez vous nous raconter une anecdote qui vous a marqué?

David Bowie qui ne devait faire que deux chansons dans le cadre d'un événement privé a tellement apprécié le son de la salle qu'il a joué deux heures devant 300 personnes !

8° Quels sont vos projets pour le futur?

Continuer à proposer une belle programmation.

9° Votre plus beau souvenir?

Le Festival "Plus de Bruit pour la Bonne Cause" de l'association TAPA s'emballent au profit de Droit Au Logement et de la Fondation Abbé Pierre dans les années 90.

10° Un dernier mot pour conclure?

Celui ou celle qui n'a jamais assister à un concert ou une soirée à l'Elysée Montmartre doit vite se rattraper en consultant le site de la salle www.elyseemontmartre.com et choisir parmi les nombreux concerts et soirées à venir !

Plan d'accès

Elysée Montmartre : les dernières chroniques concerts 275 avis

Tiken Jah Fakoly + Mo'Kalamity

Critique écrite le 24 novembre 2019, par Lebonair

Elysée Montmartre - Paris 15 novembre 2019

Tiken Jah Fakoly + Mo'Kalamity en concert

Pour son retour à Paris, Tiken Jah Fakoly a déposé ses valises à L'Elysée Montmartre pour deux concerts les jeudi 14 et vendredi 15 novembre. Cela faisait 15 ans que l'immense artiste ivoirien n'était pas venu jouer dans cette salle. En pleine tournée pour défendre sur scène son dernier album "Le Monde est chaud",Tiken Jah a eu la brillante idée d'amener avec lui la lumineuse et divine Mo'Kalamity pour la première partie de ces deux soirs. Comme dirait sa reprise en version reggae d'une célèbre chanson de Sting, l'Africain est à Paris. Mo'Kalamity & the Wizards Ce soir, cela ne traîne pas, le timing est serré et la soirée démarre bien (trop) tôt. C'est donc devant un parterre malheureusement bien dégarni que la magnétique et sublime Mo'Kalamity fait son entrée sur scène à 19h15 en compagnie de son groupe the Wizards. On est très heureux de la retrouver après l'avoir vue pour la dernière fois en live en février dernier en tête d'affiche au Pan Piper à Paris. En 30 minutes chrono, la chanteuse auteure/compositrice et son backing band vont nous transporter. Le public présent et ceux qui arrivent au fur et à mesure tombent immédiatement sous le charme de sa voix suave et... Lire la suite

Tiken Jah Fakoly

Critique écrite le 20 novembre 2019, par lol

Elysée Montmartre, Paris 14 novembre 2019

Tiken Jah Fakoly en concert

Après Alpha Blondy, Tiken Jah Fakoly est le deuxième évangéliste du reggae africain, qui est plus rythmé, plus dansant, plus joyeux que le reggae roots jamaïcain. Il ressemble d'avantage aux derniers albums de Bob Marley qu'au premiers albums historiques des Wailers, de Burning Spear, des Congos, qui sont plus dépouillés, plus hypnotiques et où la basse lourde est la seule architecture mélodique. C'est devant un Elysée Montmartre complet, que Tiken Jah, vêtu d'une tenue traditionnelle et armé de son légendaire bâton de bois (sur lequel sont gravés les paroles du discours d'Haile Sélassié repris en musique par Bob Marley sous le titre "War") fait une entrée remarquée face à un public chauffé par son groupe. Imposant, charismatique, il arpente la scène avec une belle énergie. Son flow caractéristique, avec sa voix basse et son accent ivoirien, se... Lire la suite

Shame + Sorry

Critique écrite le 20 décembre 2018, par vince-o-matic

Elysée Montmartre, Paris 14 décembre 2018

Shame + Sorry en concert

Une déflagration de pur brit rock administrée par les petits brixtoniens de Shame mi-décembre à l'Elysée-Montmartre. Mon pote Didier, chanteur des Whodunit, et ma copine Zaza ont joui aussi. Tu aurais dû venir, Pierre Andrieu, c'est pas parce que tu les as déjà vu à La Coopé (t'imagines : "Non, je vais pas prendre de la langouste au foie gras, j'en ai déjà mangé une fois"? Non, bien sûr. Bon, alors). Donc, le mec chante comme dix Joe Strummer empilés, sur un mur du son causant dès les premiers titres l'envol de nombreuses formations de gobelets de bière (Heineken, heureusement) et d'incessants slams en tous sens, impliquant régulièrement ledit chanteur (Charlie Steen, j'ai vérifié sur mon vinyle après), qui marcha même sur la foule tel Iggy Pop, mais sans nous balancer de beurre de cacahuètes, dommage, j'avais un creux (pas grave : on a super bien mangé après chez Marcel et Clémentine, où Didier nous a offert le puissant nouvel album de ses Whodunit, produit par Jim Diamond, waow). A part ça, il nous faut parler du bassiste, monté sur ressorts et branché sur 550V ("c'est rare pour un bassiste", me dit Bill Wyman), et de l'agent de sécurité qui était devant nous : une sorte de Paul Pogba de 2 mètres de haut et 150 kgs,... Lire la suite

Shame

Critique écrite le 17 décembre 2018, par lol

Elysée Montmartre, Paris 14 décembre 2018

Shame en concert

C'est sur la foi de la video d'un extrait d'une prestation live volcanique sur Youtube et de plusieurs chroniques issues de ce site vantant les mérites de ce tout jeune groupe venu de Brixton après des concerts à la Maroquinerie et dans quelques festivals, que j'avais investi, il y a quelques mois, dans un billet pour aller vérifier si les prestations de Shame tenaient bien toutes leurs promesses. Entretemps, j'avais pu me pencher sur leur premier album, "Songs of praise", qui ne m'emballa guère... J'y trouvais, malgré une belle énergie et quelques promesses, tous les défauts d'un premier album : fouillis, production approximative, manque d'équilibre, pas de tube évident... L'annonce d'un concert de New Model Army, l'un de mes groupes de scène préférés et que je suis depuis plus de 25 ans, le 14 décembre faillit me convaincre de renoncer à ce concert de Shame à l'Elysée Montmartre. Bien mal m'en aurait pris... La première des bonnes surprises de la soirée fut de rentrer dans un Elysée Montmartre bourré à craquer alors que je m'attendais, comme pour nombre de concerts de jeunes groupes vus dans cette même enceinte, à une affluence bien plus modeste. De plus, le public, malgré la présence d'une poignée de trentenaires et de... Lire la suite

The Magpie Salute

Critique écrite le 12 novembre 2018, par Lebonair

Elysée Montmartre - Paris 10 novembre 2018

The Magpie Salute  en concert

Rich Robinson, le membre fondateur et compositeur principal des Black Crowes, est revenu au sommet de l'Olympe avec son nouveau groupe The Magpie Salute. En 2016, il avait eu la brillante idée après un dernier album solo de réunir plusieurs de ses anciens comparses dans le but de se retrouver et d'enregistrer en live au studio Applehead de Woodstock une série de reprises et quelques morceaux des corbeaux noirs. Sur les 10 titres, on pouvait entendre la première composition originale "Omission", une bombe de folk rock bien pêchu. Ce fut hélas le dernier enregistrement d'Eddie Harsch, le claviériste des Black Crowes disparu fin 2016. Depuis, la formation est montée en puissance pour devenir un des groupes les plus excitants du moment. Pour cela, il a fallu quelques ingrédients. Pour commencer, on retrouve au sein de the Magpie Salute le guitariste Marc Ford et le bassiste Sven Pipien (ils ont joués par le passé avec les Crowes), le charismatique chanteur John Hogg, le claviériste Matt Soclum et le batteur Magistro. Rich Robinson a donc retrouvé le plaisir d'être dans un groupe qui mélange l'ancien et le nouveau. Le tout premier album studio "High Water I" est sorti le 10 août dernier et il est tout simplement remarquable. L'année... Lire la suite

Triggerfinger + Intergalactic Lovers

Critique écrite le 30 novembre 2017, par Lebonair

Elysée Montmartre / Paris 25 novembre 2017

Triggerfinger + Intergalactic Lovers en concert

Le savoureux, sexy et dangereux trio belge Triggerfinger est passé dans la prestigieuse salle de l'Elysée Montmartre en ce samedi 25 novembre avec dans leur valise un 5ème album à défendre en live, "Colossus", sorti il y a 3 mois exactement. En première partie, on retrouvera l'excellente formation Intergalactic Lovers. Ces derniers sont originaires du même pays et ils nous ont livré également un nouvel album, leur troisième pour leur part, l'excellent "Exhale". Sur le papier, le programme et le lieu de ce très beau rendez-vous ont de quoi nous faire saliver ! Intergalactic Lovers L'ouverture des portes se fait à 18h30 et on débarque sur place un peu après 19 heures. Il est hors de question de rater une miette de cette soirée de rock belge. Le groupe Intergalactic Lovers, qui a joué au Silencio à Paris deux jours auparavant, est annoncé sur scène pour 19 heures 30. Ils arrivent devant nous 10 minutes après l'horaire prévu et ils sont cinq membres au total. Pour le moment, l'Elysée Montmartre s'est remplie seulement au tiers. Au chant, on retrouve Lara Chedraoui, Maarten Huygens et Philipp Weies aux guitares, Raf De Mey à la basse et pour finir, Brendan Corbey à la batterie. Durant 30 minutes bien trop courtes, la formation va... Lire la suite

Accès