Accueil Paris Parc de Saint Cloud - St Cloud
Dimanche 16 décembre 2018 : 10434 concerts, 25300 chroniques de concert, 5236 critiques d'album.

Parc de Saint Cloud - St Cloud

Domaine National de Saint Cloud
92210 St Cloud

Plus d'info :

Parc de Saint Cloud : Dernières news

The Cure en concert à Rock en Seine en 2019 [Le 07/11/2018] Le festival Rock en Seine annonce comme premier nom rien moins que le mythique groupe de Robert Smith, The Cure, qui jouera ses nombreux tubes ("A Forest", "Close To Me", "Boys Don't Cry", "Just Like Heaven", "In Between Days" etc.) au Parc de Saint-Cloud le 23 août 2019 !...
En concert le 23/08/2019

Parc de Saint Cloud : les dernières chroniques concerts 127 avis

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard

Critique écrite le 27 août 2018, par Philippe

Parc de Saint-Cloud 24 août 2018

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard en concert

Damnation, l'été 2018 s'est déjà enfui ! On a eu beau y poser autant de jalons festivaliers que possible (Tinals, Hellfest, Eurocks...), nous voilà déjà à sa borne de fin, celle traditionnelle de Rock en Seine. Pour un passage comme souvent en pointillés, la capitale parisienne comportant d'autres attraits à découvrir en famille (comme par exemple, un squelette de T-Rex de belle taille au Jardin des Plantes). On s'en voudrait néanmoins de ne pas passer voir le Parc de Saint-Cloud, qu'on fréquente quand même presque chaque année depuis 2004. Et qui, sous des têtes d'affiche qu'on qualifiera d'inintéressantes et/ou déjà vues pour être charitable, cache quand même quelques belles références pour les amateurs de rock, avec des noms écrits en plus petit sur l'affiche. Le festival peinera toutefois à faire le plein les deux premiers soirs (à peine 20 000 personnes le vendredi, on circule tranquille !), la faute au capitalisme sauvage qui est entré dans le monde des festivals il y a déjà plusieurs années : il y a un événement rap concurrent à la U-Arena de Nanterre ! Entre l'idiote conviction (teintée d'un début de panique) qu'il faut bourrer la programmation de 50 % de rap pour continuer à attirer les djeuns, phénomène déjà observé aux... Lire la suite

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017)

Critique écrite le 30 août 2017, par Pierre Andrieu

Parc de Saint-Cloud 26 août 2017

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017) en concert

Mémorable concert de PJ Harvey en tête d'affiche sur la grande scène du festival Rock en Seine, dans le toujours très agréable parc de Saint-Cloud... Dès son apparition sur scène en compagnie de sa copieuse troupe de musiciens, le temps s'arrête, plus rien n'a d'importance à part ce qu'il se passe sur scène, et l'on reste les yeux rivés sur celle qui prolonge depuis plus d'un an la tournée consécutive à l'excellent album The Hope Six Demolition Project. Contrairement à notre (brève) voisine de derrière qui trouve que " PJ Harvey, c'est un peu chiant ! " (sic), la plupart des personnes présentes tombent instantanément et durablement sous le charme de sa présence magnétique ! Le show très théâtral et hyper original - où Polly Jean apparaît en grande prêtresse gothique et joue du saxophone quand elle ne chante pas - est un authentique must, un spectacle total où tout est réglé au millimètre et où un soin extrême est apporté aux arrangements, les musiciens (John Parish, Mick Harvey, Jean-Marc Butty, James Johnston, Terry Edwards... ) axant principalement leurs efforts sur les percussions, les cuivres, les cordes et les chœurs. Si l'on ajoute a cela, la voix intacte et totalement bouleversante de mademoiselle Harvey, sans... Lire la suite

(mon) Rock en Seine 2017 : DBFC, Lysistrata, Timber Timbre, The Kills, Frustration, Sleaford Mods, Deluxe, Ty Segall, Mac Demarco

Critique écrite le 28 août 2017, par Philippe

Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud 28 août 2017

(mon) Rock en Seine 2017 : DBFC, Lysistrata, Timber Timbre, The Kills, Frustration, Sleaford Mods, Deluxe, Ty Segall, Mac Demarco en concert

Hélas, trois fois hélas, l'été se termine déjà, puisque son marqueur de fin, le toujours aimable festival Rock en Seine (15 ans déjà ! on a pas vu le temps passer depuis les White Stripes en 2004, notre première venue...), est arrivé. Dernière occasion estivale pour les jeunes parisiennes en fleur de compléter leur collection de selfies sur fond vert ! Pour notre part, une fois de plus on y vient en mode relativement touristique, intégrant la chose dans un agréable week-end parisien globalement ensoleillé. Pour cette fois, ce sera donc "seulement" un samedi complet (mais sans PJ Harvey, puisque c'était elle qu'on aime moins qu'au siècle dernier, ou Frustration qu'on adore dans celui-ci...), et un dimanche après-midi en famille. Le site, agréable, est égal à lui-même, entre beaux arbres du parc, churros gonflables ... et gobelets de 47 cl. Tout au plus peut-on remarquer que l'affiche et surtout ses têtes, ne sont pas vraiment à tomber à la renverse d'originalité cette année, mais peu importe. Après une entrée hyper smooth (pas de queue, fouille cool, accueil sympa, bière disponible en tendant à peine un bras dûment pré-chargé en Cashless), on commence en compagnie de DBFC, des français pratiquant une électro-pop sympa, et poseurs... Lire la suite

(mon) Rock en Seine 2016, 2/2 : Imarhan, Killason, Gregory Porter, Sum 41, Ghinzu, Iggy Pop

Critique écrite le 31 août 2016, par Philippe

Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud 28 août 2016

(mon) Rock en Seine 2016, 2/2 : Imarhan, Killason, Gregory Porter, Sum 41, Ghinzu, Iggy Pop en concert

Le samedi, c'était par ici ! On commence (mal) notre journée clodoaldienne en ratant (la faute à un repas en terrasse bien trop sympa) les Blues Pills hélas programmés à une heure proprement indécente. Un photographe rock qualifié nous confiera en avoir retiré une impression mitigée, la faute au soleil en pleine gueule qui décidément, ne va particulièrement pas aux groupes de heavy rock... Dommage, c'est pourtant l'un de ceux qui sur album nous avait fait grande impression récemment, et qu'on avait donc un peu "potassé" pour l'occasion... Mais tout chroniqueur un peu gonzo vous le dira : un festival où on ne manque pas bêtement au moins l'un des groupes qu'on voulait absolument voir, n'est pas pleinement réussi ! On entendra donc la fin de loin mais, avec dans les bras un minot de 4,5 ans qui a décidé de commencer sa sieste il y a 10 minutes à la Porte d'Auteuil, pas moyen de courir jusqu'à la grande scène... Quoi qu'il en soit, l'enfant aura au moins plaisir à se réveiller, pour sa deuxième visite ici, pendant une belle suprise de coin de prog', comme souvent planquée sur la très belle scène "Pression Live" à l'entrée : le quatuor Imarhan, des jeunes bluesmen nord-africains de qualité et très attachants. Il demandera d'ailleurs... Lire la suite

(mon) Rock en Seine 2016, 1/2 : Wolfmother, Casseurs Flowters, Grand Blanc, La Femme, L7, Sigur Ròs, Massive Attack

Critique écrite le 31 août 2016, par Philippe

Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud 27 août 2016

(mon) Rock en Seine 2016, 1/2 : Wolfmother, Casseurs Flowters, Grand Blanc, La Femme, L7, Sigur Ròs, Massive Attack en concert

Quand l'été est presque enfui, comme chacun sait, il n'y a qu'une seule solution pour le clôturer dignement : Back to Rock en Seine ! Bon, on pourrait nous accuser légitimement d'être un peu un touriste récidiviste par ici, à force de n'y passer qu'entre 1,5 et 2 jours depuis maintenant déjà quelques années. Il est vrai que la capitale recèle d'autres charmes et que la programmation peut parfois y avoir de sérieux trous d'air... Il n'empêche que l'auteur de ces lignes : 1) a vu les White Stripes ici en 2004 (voir chronique par ailleurs) ; 2) a créé à peu près la même année la page "Rock en Seine" de Wikipedia (si, si, ça ne s'invente pas, les nerds pourront même vérifier) ; 3) a célébré en cette année 2016, sa 10ième venue annuelle ici (tout en ratant royalement la veille le concert absolument splendide de The Last Shadow Puppets, pour la 2ième fois cet été après celui des Eurockéennes...) Votre serviteur évolue donc tel un fish dans ses chips entre les beaux arbres du Parc de Saint-Cloud, parfaitement à l'aise au milieu des désormais trois générations de rockeurs (à la recherche de leur dose de larsen), des toujours nombreux indigènes de Grande-Bretagne (avec leurs coups de soleil douloureux sur les épaules...), et de ceux de... Lire la suite

Cassius (Festival Rock en Seine 2016)

Critique écrite le 29 août 2016, par lol

Domaine de Saint-Cloud 28 aout 2016

Cassius (Festival Rock en Seine 2016) en concert

Rien n'est plus galvaudé que le label "french Touch" quand on parle d'électro. S'il est souvent accolé au premier péquin français qui fait de la musique avec un ordinateur, il ne devrait être en réalité juxtaposé qu'aux véritables pionniers légendaires de l'électro française : Laurent Garnier, Etienne de Crecy, Daft Punk, Air, Alex Gopher, Le grand Pop Football Club, Dimitri from Paris... Cassius fait indubitablement partie de ces pionniers contrairement à Justice, C2C, Kavinsky, Mr Oizo, qui sont arrivés quelques années plus tard et qui ont surfé, parfois avec talent, sur la vague de cette appellation d'origine, pas si contrôlée que cela. Vu l'ampleur du phénomène électro en France et sa résonnance mondiale, il est donc normal de retrouver certaines grandes figures électro à la programmation de grands festivals comme Rock en Seine. Pourtant, à mes yeux c'est une vraie erreur ! L'électro est avant tout une musique de club, de fête et de transe. On écoute pas de l'électro comme on assiste à un concert de Rock. Voir un set électro dans un festival comme Rock en seine équivaut à mes yeux à... Lire la suite

Accès