Accueil Pop Art Café - Reims
Samedi 16 novembre 2019 : 11708 concerts, 25766 chroniques de concert, 5276 critiques d'album.

Pop Art Café - Reims

103 rue Neuchâtel
51000 Reims

Plus d'info :

Pop Art Café - Reims : les concerts

Il n'y a pas concert actuellement annoncé dans ce lieu.

Pop Art Café - Reims : l'historique des concerts

Sa.

19

Fév.

2011

Boxon

Sa.

12

Fév.

2011

Shiny Dakness/bolt Notion Of Nine

Ve.

29

Oct.

2010

Allomorphe, Tiny Legs Tim

Sa.

23

Oct.

2010

NORMA PEALS

Sa.

23

Oct.

2010

The Enjoys

Ve.

21

Mai

2010

Niandra Lades + Garciaphone

Je.

04

Mars

2010

Bastoon et Babouschka

Je.

25

Fév.

2010

CARAVAGE

Me.

03

Fév.

2010

KATEL

Je.

29

Oct.

2009

Film Noir + Shooting Pandas + Aurel'

Sa.

24

Oct.

2009

My Lady! music

Je.

11

Juin

2009

Modern Folks

Pop Art Café : les dernières chroniques concerts 3 avis

Johnny Vinvin et ses barbus, Sliping Kangooroos

Critique écrite le 25 novembre 2007, par Bertrand Lasseguette

Popart, Reims 23 novembre 2007

Affreux, sales et puants. Si tous les gens de droite pouvaient être comme ça, ce serait quand même plus clair. Johnny Vinvin et ses barbus, est un groupe de droite. Ca ne m'a pas sauté aux yeux quand je les ai vus vendredi dernier, mais là je reviens de leur très intéressant site, j'ai parcouru leurs paroles et c'est beaucoup plus clair, quoique cela pourrait être encore du second degré, comme sur cette chanson interprétée sur l'air d'Au bon vieux temps du rock'n'roll. J'en ai assez de voir la gueule à Sarko Qui squatte nos télés, nos radios Je voudrais que la politique soit fière Tout comme au bon vieux temps du R.P.R. (...) Et qu'est-ce que c'est que ces histoires d'ouverture Ca, ça se serait jamais vu du temps de Balladur Je voudrais faire un retour en arrière Tout comme au bon vieux temps du R.P.R. Enfin... j'espère qu'ils sont de droite, cela ferait d'eux un vrai groupe local (ils viendraient de la Montagne de Reims). Moi, les gens de droite, je ne les aime pas, ils sont de trop, comme les architectes d'intérieur, mais bon, je suis prêt à rigoler avec n'importe qui et ces gars aiment bien la grosse rigolade. Et ces gars chantent en français, je suis toujours sensible à ça. Surtout pour parler le langage de l'amour... Lire la suite

Revok, Schoolbus Driver, Outerspace Flowers

Critique écrite le 18 octobre 2007, par Bertrand Lasseguette

Popart, Reims 14 octobre 2007

Ca s'est passé en deux temps. D'abord deux trucs assez insoutenables. Puis deux autres trucs insoutenables, mais dans un style plus attendu pour une soirée Caktus (comme asso Caktus spécialisée dans le noise, harcore, métal). Outerspace Flowers fut un trio. Le batteur est parti, bientôt ils rejoueront à trois avec un batteur, je n'ai pas compris si ce sera le même ou un nouveau, mais pour l'heure ils ne sont que deux. Ils ont répété pendant trois jours à la campagne. Leur musique est plutôt calme, apaisante, et tout aussi horripilante, comme un instrument de torture. Je crois que ce n'est pas entièrement volontaire. Une batterie est là pour quelques morceaux. Lorsqu'elle ne sert pas, par exemple, quand c'est harmonium et guitare, on n'entend qu'elle. Un bourdonnement infernal. Le timbre de la batterie vibre des vibrations de l'harmonium. Le timbre, je viens de l'apprendre, est le filet de métal qui se trouve sous la caisse claire. Le filet fait bzzz contre la peau de l'instrument. Un son qui enveloppe toute la salle. C'est très désagréable. Ca parasite la musique tout en lui donnant ainsi un effet qui suivant votre humeur peut se révéler intéressant. Sinon, ça chante un peu, d'une voix douce et timide, sur des motifs planants et... Lire la suite

End's Close, Kageybox, The Liars, Laviolette, This is Pop

Critique écrite le 16 octobre 2007, par Bertrand Lasseguette

Popart, Reims 12 octobre 2007

Il y avait cinq groupes, trois rémois, deux parisiens, on demandait trois euros, c'était la deuxième Reims Rock'n'roll night, organisée par l'association du même nom. La première était pas mal avec les Noodles et leur public d'adolescentes, celle-ci fut meilleure. Il y avait encore plein de jeunes de moins de vingt ans, il y avait une gamine avec plusieurs ceintures autour de la taille qui n'a cessé d'aller dans les toilettes vérifier que son nez était toujours à sa place, et sa frange, et ses yeux, et ses seins. Il y en a eu encore qui ont disparu après le premier groupe, mais moins, peut-être parce qu'il y avait encore une autre formation dont la moyenne d'âge ne dépassait pas 18 ans, The Liars, et peut-être aussi parce que l'ensemble de l'affiche était plus cohérente, musicalement parlant. Du début à la fin, ce fut rock, sec et nerveux. J'ai du mal à remettre tous les sons entendus en face des groupes correspondants, il y en a même un dont j'ai tout oublié, Laviolette, alors que je me souviens que c'était loin d'être dégueu. C'était mieux que la première nuit, mais comme la fois précédente, c'est le premier groupe qui m'a le plus tapé dans les yeux et dans les oreilles. End's close. Des Rémois mineurs, avec le chanteur qui... Lire la suite

Accès