Accueil Marseille - Aix Théâtre de Lenche - Marseille 2ème
Vendredi 15 décembre 2017 : 10893 concerts, 24776 chroniques de concert, 5189 critiques d'album.

Théâtre de Lenche - Marseille 2ème

4 place de Lenche
13002 Marseille

Plus d'info :

Théâtre de Lenche - Marseille 2ème : les concerts

Il n'y a pas concert actuellement annoncé dans ce lieu.

Théâtre de Lenche - Marseille 2ème : l'historique des concerts

Sa.

04

Oct.

2014

Little Groovy World

Je.

02

Oct.

2014

Sudden

Ve.

26

Sept.

2014

Duo Heiting-soucasse

Je.

25

Sept.

2014

Duo Heiting-soucasse

Ma.

23

Sept.

2014

Le Bal Décalé

Sa.

31

Mai

2014

La Republique Democratique du Mambo

Ve.

30

Mai

2014

Jean-Jacques Lion Group

Je.

29

Mai

2014

Les Temps Modernes

Me.

28

Mai

2014

Jonathan Soucasse & Jean-Jacques Lion

Sa.

24

Mai

2014

Jean-Jacques Lion Group

Ve.

23

Mai

2014

Frédéric Marty & le Trio Christian Lanet

Me.

21

Mai

2014

Jean-Jacques Lion Group

Théâtre de Lenche : les dernières chroniques concerts 13 avis

Tante Hortense & Guest (David Lafore)

Critique écrite le 16 octobre 2013, par Pirlouiiiit

Théâtre de Lenche - Marseille 21 septembre 2013

Tante Hortense & Guest (David Lafore) en concert

Deux jours à peine après le superbe concert de Tante Hortense et ses illustres invités : Seb Martel, Claire Diterzi et Anne Emmanuelle Deroo (voir la chronique du mardi par Phil), me voici de retour au théâtre de Lenche pour la dernière de cette riche semaine avec cette fois comme invité l'ex Marseillais et non moins illustre David Lafore dont j'avais raté le dernier passage au Café Julien et que j'étais donc allé voir jusqu'en Avignon! Cette fois, j'arrive à la bourre, je gare mon vélo en bas de cette place de Lenche défigurée (depuis qu'ils ont enlevé les quelques arbres on se croirait presque cours Estienne d'Orves) et lorsque j'arrive devant les portes du théâtre, elles sont fermées. Je frappe... un jeune homme vient m'ouvrir peiné "désolé monsieur c'est complet !" - en reprenant mon souffle et en entendant le premier morceau qui est en train de finir (celui a capella où ils se plaignent de ne pas avoir été fait avec les bons organes) je balbutie "photo ... concertandco ... reservé ... sur la liste". Ouf ! Je rentre sur la pointe des pieds. En effet, c'est blindé, ça ne se voit pas tant que ça car il est fait bien noir mais ça se sent à la chaleur. Je me glisse côté droit et trouve une place en haut des marches (une main... Lire la suite

Tante Hortense & Guests (Claire Diterzi, Seb Martel, AnneEmmanuelle Deroo)

Critique écrite le 24 septembre 2013, par Phil2guy

Théâtre de Lenche - Marseille 17 Septembre 2013

Tante Hortense & Guests (Claire Diterzi, Seb Martel, AnneEmmanuelle Deroo) en concert

Le Théâtre de Lenche (en coproduction avec MP13) accueille pour cinq soirées, le chanteur Stephane Massy a.k.a Tante Hortense, qui vient présenter son nouvel album. Rappelons quand même que Tante Hortense est une des éminentes figures des Disques Bien, label classieux (dont on ne dira jamais assez de bien, justement) représentant une certaine " chanson française " de qualité, à cent lieus des clichés habituels et à contre-courant des diktats de l'industrie du disque. Tante Hortense a invité pour l'occasion quelques amis chanteurs et musiciens, et pas des moindres, à qui il propose de jouer et d'interpréter ses textes : Claire Diterzi, le guitariste Seb Martel et la danseuse Anne-Emmanuelle Deroo du mardi au jeudi et David Lafore le vendredi et le samedi. Le spectacle commence par une étrange chorégraphie d' Anne-Emmanuelle Deroo accompagné par Seb Martel qui marche (en cadence) sur les cordes de sa guitare posée à même le sol, produisant ainsi des sonorités presque noise. Tante Hortense fait peu après irruption avec les cinq musiciens qui vont l'accompagner tout au long du spectacle avec un titre à six voix chanté à capella et aux paroles finement salaces, ce qui à pour effet de capter tout de suite l'assistance. La... Lire la suite

Duo Heiting Soucasse: Bizet était une femme.

Critique écrite le 26 septembre 2012, par Mardal

Théâtre de Lenche - Marseille 25 septembre 2012

Duo Heiting Soucasse: Bizet était une femme. en concert

Les gens se pressent devant l'entrée du théâtre de Lenche, dès vingt heures. Ils devinent que si quelques places restent encore libres, elles ne seront pas nombreuses. Le Duo Heiting Soucasse fait salle comble avec son programme Bizet était une femme. Jonathan Soucasse : piano, chant / Cathy Heiting : chant Il en va des concerts qu'on a vus comme des livres qu'on a lus : il y a les bouquins, ceux qu'on achète et que l'on parcourt, que l'on donne, que l'on perd, et que l'on oublie. Il y a ceux que l'on apprécie, ceux que l'on aime, que l'on recommande, ceux que l'on a adorés. Et il y a la catégorie supérieure, ceux vers lesquels on revient inexorablement, ceux que l'on relit, qui nous semblent gravés dans le marbre tant on les sacralise, ceux que l'on inscrit dans un panthéon personnel et secret. J'avais déjà vu ce spectacle au théâtre Toursky, je l'avais chroniqué ici. Et je suis donc allé le revoir. Quand on aime... Rappelons le principe : La baronne Katia Von Bretzel et Ingmar Brutesson, improbable duo qui crée ses prédécesseurs chez Hergé et Tex Avery à la Scala de Milan, égrenent les grands airs d'opéra qui basculent irrépressiblement vers le jazz, le scat, le funk ou le gospel. La baronne légitime ces dérapages... Lire la suite

Usthiax

Critique écrite le 21 septembre 2008, par McYavell

Théâtre de Lenche - Marseille 20 septembre 2008

Usthiax en concert

Usthiax la suite. Après le showcase d'hier à la Fnac, me voilà devant le Théâtre de Lenche, un peu à la bourre. Il faut se mettre sur la liste d'attente et espérer qu'il restera des places. C'est plein... mais il reste des places. A ceux comme moi qui se retrouvent assis sur les marches, on prête des coussins. La soirée commence très bien. La salle s'éteint, le théâtre devient silencieux. Les musiciens entrent, le théâtre reste muet de chez muet, même pas un(e) excité(e) pour crier "Mathiaaaas !". Pour le premier morceau (Un Jeune Chat), la config est la même qu'au showcase à savoir Usthiax et David Guttierez à la guitare sauf que c'est électrique cette fois et qu'il y a déjà un solo de David (youpi). Puis le bassiste et le batteur arrivent pour les morceaux suivants (ils ressortiront à plusieurs reprises pour les chansons plus intimistes). Usthiax raconte moins d'anecdotes que la veille, pourtant, il avait le temps entre chaque morceau pendant qu'il réaccordait sa guitare ("un jour, j'aurai mon technicien guitare" dit-il comme pour s'excuser). A part ces quelques longueurs, plus d'autres lors des intros et dans le final de "Tournesols Vallonnés", le set est de qualité. Nous ne sommes plus silencieux, nous sommes même... Lire la suite

Droles de Drames

Critique écrite le 09 mars 2008, par Pirlouiiiit

Theatre de Lenche - Marseille 08 mars 2008

Droles de Drames en concert

Lundi dernier (il y a donc 5 jours) je suis allé prendre des photos de Drôles de Drames au Théâtre de Lenche pendant le "filage" de leur concert qui avait donc lieu toute la semaine. Et j'ai pris une telle claque que j'ai décidé de revenir les voir ce soir ... Bon vous me direz ce n'est pas comme si j'allais voir deux fois le même concert d'affilée puisque entre temps j'ai vu Cure, Paradise Lost et même Dio Distraught Overlord (cette remarque n'est pas uniquement pour me la jouer, mais aussi un clin d'œil aux journalistes "professionnels"). Pourtant ce n'était pas la première fois que je les voyais (on s'approche plutôt de la quinzième je pense - en 10 ans !), mais je ne les avais finalement jamais vu dans leur configuration actuelle au complet. Car après moult changement de line-up autour de Jean Jacques et Jose, Drôles de Drames c'est donc maintenant : Frank Mattoni a la batterie, Pierre André Moll a la contrebasse et toujours Jose Dos Santos a la guitare et Jako au chant. Incroyable comme le groupe a évolué / muri depuis ses débuts. Le groupe a vraiment trouvé un son, une identité, un style. Toujours tres théâtral, le jeu de Jako s'est affiné. Il n'en fait plus "trop" ; il interagit parfaitement avec le public... Lire la suite

Usthiax

Critique écrite le 29 mars 2007, par kouros

Théâtre de Lenche - Marseille 28 mars 2007

Il est des artistes si discrets que parfois, dans une ville où il faut porter haut le verbe et la lookitude pour avoir sa place au soleil, leurs somptueuses choses restent à l'abri du tapage qui sert pourtant à s'en échapper, de cette ville... Du coup, c'est dans un petit écrin calfeutré, au Théâtre de Lenche, boîte à musique à la façade énigmatique et aux intérieurs étonnament modernes, qu'Usthiax délivre ce soir les volutes de son charme iconoclaste appuyé par deux compères virtuoses. Physiquement, Usthiax c'est tout à la fois la gueule d'un hockeyeur canadien dont s'arracherait la photo provocante dans les pages d'un calendrier pour dames, le sourire d'un mannequin de chez Calvin Klein, et par-dessus tout ça, la coolitude du voyageur qui a bourlingué la planète dans quelques recoins sauvages, avec ce reste de nonchalance probablement ramené des terres d'Afrique. En fait, c'est une sorte de Bruce Springsteen blanc. Et blond. Mais pas vraiment. Bref. Voilà de quoi aiguillonner le public feminin, qui, proportionnellement aux quelques cent personnes qui ce soir remplissent le théâtre de Lenche jusqu'à la gorge, est présent en bon nombre. Mais le pire, c'est que lorsque le bonhomme se... Lire la suite

Accès