Accueil Paris Trianon - Paris 18ème
Vendredi 28 février 2020 : 10808 concerts, 25934 chroniques de concert, 5287 critiques d'album.

Trianon - Paris 18ème

80 Bd Rochechouard
75018 Paris

Plus d'info :

Trianon - Paris 18ème : les prochains concerts

Sa.

29

Fév.

2020

Stormzy (Complet)
20H00 28.50€

Di.

01

Mars

2020

Lou
Lou
16H00 De 34.00 à 46.00 €

Ve.

06

Mars

2020

Frustration en concert
Frustration
Frustration
18H30 27.50€

Di.

08

Mars

2020

Anathema en concert
Anathema
Anathema
19H00 De 40.00 à 50.00 €

Ma.

10

Mars

2020

I Prevail
19H30 29.00 €

Lu.

16

Mars

2020

Respect Tour
20H00 De 39.00 à 55.00 €

Ma.

17

Mars

2020

Rex Orange County
18H30 28.60/31.90€

Ve.

20

Mars

2020

Nilusi
18H45 29.00 €

Sa.

21

Mars

2020

Les Négresses Vertes en concert
Les Negresses Vertes
Les Négresses Vertes
20H00 De 35.00 à 55.00 €

Je.

26

Mars

2020

Suzane en concert
Suzane
Suzane
20H 28.00 / 33.00 €

Sa.

28

Mars

2020

Tones And I en concert
Tones And I
Tones And I
19H30 De 34.50 à 56.50 €

Je.

02

Avril

2020

Ayo en concert
Ayo
Ayo
19H30 34.9 €

Trianon : les dernières chroniques concerts 57 avis

Zakk Sabbath

Critique écrite le 19 février 2020, par Lebonair

Le Trianon - Paris 15 février 2020

Zakk Sabbath en concert

Le vendredi 13 février 1970, les pionniers du heavy metal sortaient leur premier album, " Black Sabbath ". Ce premier opus et tous ceux qui suivront dans les années soixante-dix marqueront profondément l'histoire du hard rock grâce à cette multitude de classiques qui deviendront intemporels au fil du temps. 3 ans après la séparation des légendaires Black Sabbath , c'est le groupe Zakk Sabbath qui est enfin venu à Paris au Trianon dans le cadre de sa première tournée européenne. Il n'y avait vraiment pas mieux que ce trio d'enfer composé du guitariste Zakk Wylde (Ozzy Osbourne,Black Label Society), du bassiste Rob "Blasko" Nicholson (Ozzy Osbourne, Rob Zombie), et du batteur Joey Castillo (Danzig, Queens Of The Stone Age) pour rendre un vibrant hommage à ses pairs Ozzy Osbourne, Tony Iommi, Geezer Butler et Bill Ward). 50 ans plus tard, c'est sans doute un des plus grands fans de Black Sabbath au monde, l'immense guitariste Zakk Wilde qui va donc parcourir l'Europe en ce début d'année avec ces redoutables complices dans le but de nous fracasser les tympans à coup de riffs lourds, lugubres et une valise remplie de morceaux d'anthologie. Pour célébrer ce jubilé,Zakk Sabbath a réenregistré dans son intégralité le premier album éponyme des... Lire la suite

Les Ramoneurs de Menhirs + Les Sales Majestés

Critique écrite le 20 novembre 2019, par lol

Festival Du bruit sur Paris, Le Trianon 16 novembre 2019

Les Ramoneurs de Menhirs + Les Sales Majestés en concert

Arrivé trop tard à ce festival "Du bruit sur paris" pour apercevoir The Sons of O'Flaherty et Pipes and Pints, je suis malgré tout plongé directement dans le bain par le concert des vétérans Punk Les Sales Majestés. Actifs depuis la mi-temps des années 80, ils écument les clubs inlassablement en proposant un punk rock de bonne facture, avec des paroles plus qu'engagés qui proposent de brûler les patrons, de faire la révolution pour faire disparaître la dictature de l'argent, Macron, Marine le Pen, Trump, Poutine et de faire la peau aux hommes coupables de violence conjugales... Un programme, finalement très actuel en ce jour anniversaire de la première manifestation des gilets jaunes, qui a le mérite de nous divertir malgré le manque de charisme du chanteur, mais un set qui est toutefois une bonne mise en bouche avant les Ramoneurs de Menhirs, qui sont la vraie tête d'affiche de ce micro-festival. C'est donc sous une grosse clameur,... Lire la suite

Bill Deraime feat. Tryo, Kad Merad

Critique écrite le 19 novembre 2018, par Pirlouiiiit

Le Trianon, Paris 16 novembre 2018

Bill Deraime feat. Tryo, Kad Merad en concert

Ouf il était moins une. Ceux qui me connaissent bien vous diront que j'ai une vision assez personnelle de l'écoulement du temps et de combien de temps à l'avance il faut partir pour (par exemple) prendre un train. Ainsi pour un train partant à 9h06 j'avais décidé de partir de chez moi à 8h45 (l'avantage du vélo et des jambes c'est que la durée du trajet ne dépend vraiment que de soi). Ainsi, bien que je ne me sois souvenu que l'horloge de ma cuisine retardait de 5 minutes qu'à l'heure de partir et bien que la vision terrible d'un nième arbre se faisant "transplanter" sur la Plaine m'ait ralenti je suis arrivé à temps. Rien ne pouvait donc plus m'empêcher d'atteindre mon but : le Trianon. C'est donc un concert parisien qui me fait m'échapper de ma routine scientifique marseillaise en ce vendredi matin. Une date que j'avais notée dans mon calendrier dès qu'elle a été annoncée au moment de la sortie de son Nouvel Horizon, je parle bien sûr du héraut du blues français : Bill Deraime (and guests) au Trianon. A vrai dire je crois que c'est la première fois que je fais une telle entorse à mon critère de choix de concerts qui consiste à n'aller voir quasiment que des concerts "locaux" c'est-à-dire auxquels je peux aller à pied ou en vélo par... Lire la suite

Sleaford Mods

Critique écrite le 30 septembre 2018, par Lebonair

Le Trianon - Paris 26 septembre 2018

Sleaford Mods en concert

" Sans aucun doute, absolument, assurément le meilleur groupe de rock'n'roll du monde. " C'est dans ces termes qu'Iggy Pop s'est exprimé à propos du duo de Nottingham, Sleaford Mods. L'iguane a donc attisé notre curiosité et réveiller notre instinct animal. Fort d'un excellent album "English Tapas" sorti en 2017 et toujours en pleine tournée pour défendre ce dernier sur scène, Jason Williamson, le chanteur qui s'occupe aussi d' écrire les textes, et son compère Andrew Fearn, qui gère la musique, sont revenus à Paris au Trianon qui affiche complet ce soir, 4 mois après leur dernier passage parisien le 23 mai dernier à la Gaité Lyrique. Après une insupportable première partie dont on taira le nom (une chanteuse qui ne faisait que crier et des musiciens, enfin si on peut dire, qui dégueulaient un son horrible avec des samples), on a enfin retrouvé le sourire à l'arrivée des Sleafords Sons à 21 heures 05. La salle est comble et le public plutôt âgé est prêt à se lâcher et à retrouver une seconde jeunesse. La scène ne peut être plus épurée que ce soir. Andrew Fearn est face à ces trois caisses de bières qui supporte son pc portable et il a sa binouze dans sa main gauche. Jason Williamson a de son côté son micro pour seul compagnon.... Lire la suite

The Limiñanas (avec Anton Newcombe, Bertrand Belin et Emmanuelle Seigner en invités)

Critique écrite le 06 avril 2018, par Lebonair

Le Trianon - Paris 29 mars 2018

The Limiñanas (avec Anton Newcombe, Bertrand Belin et Emmanuelle Seigner en invités) en concert

C'est une magnifique aventure qui est vécue par le couple Liminana, Lionel et Marie. Plus qu'un groupe, c'est surtout une belle histoire d'amour, notamment musicale, qu'ils ont su maintenir et faire vivre depuis leur rencontre sur les bancs du lycée. Activistes dans le domaine sur Perpignan et sa région pendant de très nombreuses années, ils ont été tour à tour ou à la fois, vendeurs à la Fnac, organisateurs de concerts, gérants d'un magasin de disques qu'ils ont malheureusement dû fermer (la passion ne suffit pas toujours) et ils ont joué dans divers groupes. En 2009, après avoir balancé deux titres "I'm Dead' et 'Migas 2000' sur MySpace, ils se sont fait repérer par deux labels américains Trouble In Mind et Hozac. C'est là que leur aventure personnelle a débuté. Sur les trois premiers albums, le duo qui ne joue évidemment jamais seuls en live était plus connus aux Etats-Unis et dans le circuit "garage" européen comme aux Pays-Bas, en Allemagne ou en Belgique. En France, ils étaient proches du niveau zéro en terme de popularité. Une rencontre a tout changé, celle avec Pascal Comelade. Ils ont réalisé un album en commun, "Traité De Guitarres Triolectiques (À L'usage Des Portugaises Ensablées)" et cela leur a permis de faire... Lire la suite

The Limiñanas (featuring Bertrand Belin, Anton Newcombe et Emmanuelle Seigner)

Critique écrite le 30 mars 2018, par lol

Trianon, Paris 29 mars 2018

The Limiñanas (featuring Bertrand Belin, Anton Newcombe et Emmanuelle Seigner) en concert

Les Limiñanas ont longtemps été le secret le mieux gardé du rock Français ! S'ils existent depuis 2009, je suis, pour ma part, leurs aventures depuis 2012, même si je ne les ai vus sur scène pour la première fois qu'en 2015 à la Maroquinerie. A cette époque, les très rares concerts qu'ils donnaient était un point de rendez-vous obligatoire des intégristes de la guitare fuzz, des aficionados du rock garage et des amateurs de son vintage des compiles Nuggets. Les concerts étaient excellents car aucun groupe français n'était, jusqu' alors, parvenu à maîtriser aussi bien le son rock brut jouissif et caractéristique du premier album des Stooges et des grandes heures du 13th Floor Elevators", tout en le mariant avec la singularité d'une pop française sixties sous haute influence "gainsbourienne". Forcément, le secret s'est éventé, et l'écho de la musique des Limiñanas s'est rependu bien au-delà du circuit des club de rock presque underground dont ils sont issus. Des figures comme Anton Newcombe, Pascal Comelade et Peter Hook ont collaboré avec eux, ou porté la bonne parole sous d'autres cieux. Ils sont ainsi sortis du circuit rock artisanal pour signer sur le label Because Music , qui s'est occupé de la réédition de leur formidable série... Lire la suite

Accès