Accueil Marseille - Aix Newletter Live In Marseille 11 Septembre 2017 : Rentrée scolaire
Jeudi 21 septembre 2017 : 14386 concerts, 24615 chroniques de concert, 5171 critiques d'album.

Newletter Live In Marseille 11 Septembre 2017

Rentrée scolaire

Ecole publique de centre-ville, en zone d'éducation prioritaire. Rentrée en grande section de maternelle.

Day one, rentrée des classes officielle. ------------------
- Vous apprenez que la cantine ne sera pas en fonction ce jour, faute d'organisation. C'est pas comme si la date de la rentrée scolaire était annoncée genre, 6 mois à l'avance, c'est pas comme si la délégation de service public de la cantine était toujours à la SODE(putain de)XO bref, comme si rien n'avait changé depuis l'an passé. C'est pas comme si il avait fallu s'inscrire obligatoirement une semaine avant la rentrée des classes (...en août donc) pour pouvoir y manger en septembre (malheur à ceux qui rentrent de vacances tardivement : théoriquement leur enfant n'aura pas accès à la cantine ce mois-ci !).

Ce n'est même pas une grêve, comme il y en a 12 par an en moyenne, pour réclamer (légitimement) du personnel en plus ! Mais il faut croire que le cutter de la cantinière, celui pour ouvrir les cartons à réchauffer, n'est pas arrivé à temps. En tout cas elle, elle est bien là. Ca tombe bien, vu la complexité de la paperasse, celle que lui impose le prestataire (papiers Sodexo, un par mois et par enfant) et celle que l'école y ajoute (cahiers de liaison), elle aura au moins de quoi s'occuper toute la journée... Soit rappelé en passant, nos enfants ont quand même fini l'année en bouffant des chips et des légumes en boîte, pour le prix d'un repas normal...

- Vous apprenez ensuite que le TAP du jeudi après-midi ne sera pas forcément en fonction cette semaine. Oui, ce fameux Temps d'Activités Périscolaires, que M. Gaudin a mis un an de plus que les autres grandes villes à mettre en place, et qu'il va donc logiquement mettre un an de plus que les autres grandes villes à supprimer (alors qu'il pouvait bien sûr revenir à la semaine de 4 jours dès cette année, avec un tout petit peu de volontarisme : pour une fois, pratiquement tout le monde était d'accord !). Ce truc qui aurait pourtant pu être une bonne idée pour le rythme des enfants (les experts en bio-rythmes scolaires étaient unanimes...) et surtout pour ceux qui n'ont pas accès à des activités péri-scolaires... mais qu'on a finalement réussi à tuer mort-né, en y mettant assez de mauvaise volonté collective. [Adapter un truc de l'Etat de travers et avec mauvaise volonté, pour dire ensuite que c'est nul mais que c'est pas votre faute : technique municipale bien connue, ça marche pour tout, ça fait 20 ans que le Maire gouverne comme ça. Pensez-y : ça se décline ici sur absolument tous les sujets !]

Mais si on résume : vous êtes donc potentiellement mis dans la mouise, par un truc qui n'a jamais convaincu personne ici, qui aurait pu/du disparaître à cette rentrée, mais qui est finalement maintenu pour encore un an, sauf qu'il n'aura peut-être pas lieu cette semaine (et la semaine prochaine on verra, inch'allah). Abracadabrantesque, kafkaïen, ou shadokien ?

- Vous apprenez enfin que la garderie (...ce truc qui permet juste d'avoir une vie professionnelle à peu près normale, en allongeant un peu le temps de garde le matin et le soir, avant et après l'école...), pour laquelle (comme pour le TAP d'ailleurs) on vous avait fait remplir obligatoirement le dossier ... avant les grandes vacances (il y a presque 3 mois donc), ne sera pas dessuite en fonction cette semaine. C'est pas comme si ça allait là aussi vous foutre dans une merde noire qu'un des parents doive être là tous les matins à 8 h 30, et surtout tous les soirs à 16 h 30... Votre vie professionnelle peut bien attendre un peu que tout ça se mette en place, non ?
- Accessoirement vous apprenez qu'il n'y aura qu'une ATSEM (les dames en rose qui aident les maîtresses, non, on ne dit plus les "Tatas" !) pour deux classes. Heureusement qu'on est en ZEP, sinon ce serait quoi, une pour 3 ou pour 4 classes ? Allez, avec un peu de chance, elle connaîtra le prénom de votre enfant avant Noël...

Day two, cette fois-ci, tout le reste devrait rouler donc ? ---------------------------
- Vous arrivez pile à 8h30 et vous faites houspiller, puisque c'est l'heure de fermeture de la porte principale. Vous aviez pourtant bien demandé hier matin si les horaires de l'école étaient les mêmes que sur les autres sites (...fermeture à 8h40 depuis 2 ans, donc) et on vous avait répondu que oui ! Mais apparemment c'est quand même votre faute - allez, c'est rien, c'est le métier qui rentre.
- Vous constatez donc que dans cette école vous avez exactement (faute de personnel, la faute à Macron, paraît-il), 10 minutes (8h20-8h30) pour faire entrer tous les enfants en classe, et vous enfuir avant d'être enfermé et devoir ressortir à l'autre bout de l'école, à 200 mètres et dans une autre rue. Parce que la porte principale de cette école, quand elle est fermée à clef, elle est fermée, fini, on ne ressort pas, même de l'intérieur : il n'y a même pas d'option bouton poussoir, ou barre panique... Rassurant, s'il faut l'évacuer un jour, non ?
- Accessoirement ça promet des échanges parent-enseignante fructueux, puisque vous disposerez donc d'environ une demi-seconde par jour et par parent, avec la maîtresse... Fort heureusement vous avez un enfant qui n'est pas particulièrement problématique, pourvu que ça dure... Allez, avec un peu de chance, la maîtresse vous reconnaîtra avant la fin du premier semestre...

Day three. Quasiment une routine. --------------------------
- Ah, oui, il en manquait un sur la tétralogie des trucs chiants à paperasse et qui ne marchent jamais à la rentrée (cantine, TAP, garderie) : le centre aéré du mercredi ! Certes, rien à voir avec l'école (mais également public, et se passant dans une autre école publique), devinez quoi ? Il ne sera pas non plus encore en fonction cette semaine ! Pas comme si, là aussi, le dossier avait du être constitué longtemps à l'avance et que c'était la troisième année d'affilée que votre enfant allait dans le même...

Résumons-nous. Pour cette première semaine, l'enseignement public de Marseille vous saura gré de bien vouloir :
- reprendre votre enfant à 11h30 ce premier jour pour le nourrir, ainsi que mercredi, voire jeudi ;
- raccourcir l'ensemble de vos journées de travail afin de pouvoir déposer et reprendre votre enfant à très précisément 8h30 et 16h30 ;
- poser votre mercredi après-midi pour remplacer le centre aéré ;
- prévoir de poser également votre jeudi après-midi pour remplacer le TAP (finalement confirmé ... mais quand vous vous serez déjà organisés).
La suite au prochain épisode...

Bref. Quand vous arrivez enfin au travail, hirsute et ulcéré devant tout ce qui ne marche pas dans une rentrée ordinaire et sans aucun changement d'organisation majeur, vous vous prenez à rêver d'enseignement jésuite et vous vous dites qu'il faut quand même L'AIMER et LA DEFENDRE, cette P....N d'école PUBLIQUE de la République ! Mais que c'est vraiment pas facile tous les jours, et surtout à Marseille...

Philippe

N'hésitez pas à réagir à cette newsletter en écrivant directement à mrmiolito@yahoo.fr qui nous fera suivre

Cette semaine à Marseille


Tout est là: http://www.concertandco.com/ville/marseille-aix/billet-concert-3.htm !!!
 
Dès ce soir (ou matin pour certain(e)s) vous trouverez programmation des bateau Le Don du Vent et Inga de Riau, de la Machine à Coudre, Rooftop Terrasses du Port, du Baby, du JAM, du Mama Shelter, du Rouge Belle de Mai, du J4 (avec le festival MMX), du Dame du Mont, du Lollipop Music Store, de la Maison Hantée (où il ne faudra pas raté le retour de Magali vendredi), de l'Upercut, du théâtre Silvain, du Duke qui fête ses 7 ans d'existence samedi soir avec notamment King Krab), du Poste à Galène, du Roll'Studio (où vous pourrez retrouvé Henri Florens en solo après son suberbe duo paraît il de samedi dernier au JAM), du Cabaret Aléatoire, du Molotov (qui a réussi son crowdfunding pour une nouvelle clim'), et un peu plus loin du Cherrydon, de l'Alpilium, de l'Espace Charles Trenet ... complétée dans les jours (voire heures) qui viennent par les autres salles.
 
J'en profite pour vous apprendre ou rappeler, que pour qu'une date figure sur l'agenda concertandco il faut soit qu'il s'agisse d'une "grosse date" avec prévente passant par les réseaux fnac, ticketnet and co ... soit qu'
- un tourneur ou un programmateur consciencieux,
- un artiste qui sait qu'on ne peut compter que sur soit même
- une salle qui a pris 5 minutes en début de mois pour faire venir potentiellement beaucoup plus de monde à chacune de ses concerts
- un bénévole de Liveinmarseille (qui ne compte rien d'autre d'ailleurs),
a pris un peu de son temps pour la saisir via ce lien ici : http://www.concertandco.com/annonce.php
 
C'est en fonction de cela que l'agenda que vous trouverez là http://www.concertandco.com/ville/marseille-aix/billet-concert-3.htm est plus ou moins complet !
 
N'hésitez pas à faire passer le mot voire à mettre la main à la pâte ;-)
 
Pirlouiiiit

Le disque de la semaine

Sleep Well Beast de the National écouté par Pierre Andrieu


Un peu plus de quatre ans après la sortie de son précédent album, Trouble Will Find Me (paru en mai 2013), le groupe new-yorkais The National reprend le cours ordinaire des choses en faisant paraître une nouvelle collection de chansons tout à fait dans l'esprit de celles qui ont déjà enchanté ses fans énamourés depuis ses débuts, mais en prenant soin de surprendre ici ou là...

Pour résumer, avec Sleep Well Beast, Matt Berninger, Aaron Dessner, Bryce Dessner, Bryan Devendorf et Scott Devendorf poursuivent leur brillante carrière dans un style bien à eux, l'"indie rock de stade", c'est à dire en réussissant la gageure d'être à la fois emphatique et fédérateur tout en restant intimiste et expérimental. Un tour de force déjà réussi sur le précédent opus, qui avait permis à The National de jouer dans des salles immenses aux USA, en Europe et au Zénith de Paris en France. Ceux qui viennent de triompher sur la grande scène de Glastonbury en Angleterre sont même pressentis pour être les têtes d'affiche de cet énorme raout estival l'année prochaine, et ainsi prendre la suite de Radiohead cette année... Pas de panique toutefois pour les amoureux de la voix grave un tantinet désespérée de Matt Berninger évoluant sur le fil du rasoir au gré de ballades mélancoliques, en plus des tubes accrocheurs et classieux avec guitares proéminentes (le premier extrait, "The System Only Dreams in Total Darkness", "Turtleneck", "Day I Die"), il y a également au générique de cet album d'authentiques perles qui auraient pu figurer sur les premiers disques ("Carin at the Liquor Store", "Born to beg", "Empire Line", "Guilty Party"... ).

Fruit de deux longues séances de travail à Los Angeles et New York avec le groupe au grand complet (un petit exploit puisque les musiciens vivent dans cinq villes différentes), Sleep Well Beast est produit de main de maître par Aaron Dessner qui, en compagnie de ses acolytes aux doigts de fée et aux cordes vocales de velours, livre un disque où les bidouillages électroniques célestes, les cordes élégiaques et les guitares en liberté flirtent allègrement. En s'immergeant totalement dans ces douze chansons magistrales, on se laisse envelopper par une douce et rêveuse mélancolie, dont on est extirpé de temps à autres par des pics de tension bienvenus. Pas de doute, la fameuse patte de The National est bel et bien là.

The National est en concert à la Grande Halle de la Villette le 2 novembre 2017 dans le cadre du Pitchfork Music Festival Paris...

8 septembre 2017 ( the National - 4AD - Beggars Banquet)

Le livre de la semaine

Les textes (pas si) à l'arrache (que ça) quasi quotidiens de l'ami Vincent Palacio (je cite : "Depressif, parano, en colère, tête de con. Niveau de frustration artistique : hitlerien. Heureux proprietaire d'une sclérose en plaque. Né en 1979. Techniquement mort sans l'être. Habite à Marseille. En Enfer.") ont trouvé un écrin numérique plus décent que facebook ... vous les trouverez désormais ici : http://130decuy.com/

Ci dessous (avec sa permission) le #218 :

-Ah ! Docteur, enfin vous êtes là.

-J'ai fait aussi vite que possible. Où est le malade ?

-Venez, il est au salon... Chéri, le docteur est venu te voir.

-Bienvenue comme un ver, docteur ! comment ca va-seline ?

-Très bien, merci monsieur Zo. Alors, il parait que ce n'est pas trop la forme en ce moment ?

-Si-sauteuse, je me sens au top-ologie !

-Hmmm, puis-je vous ausculter néanmoins ?

-Néanmoins, néanplus, si ca vous tente quechua, faites vous plaisir-taki.

-Bien, dites Aaah...

-Aaaaahh-bat-jour.

-Ok. Enlevez votre t-shirt... respirez, inspirez. Toussez.

-Toux-rangeot ! Toux-rnesol !

-Hum, hum, tendez le bras, je vais prendre votre tension.

-Tension, tension, ça tend l'habite !

-Merci. Vous pouvez vous rhabiller.

-Alors. C'est grave ?

-Ca m'en a tout l'air. Ça lui a pris il y a longtemps ?

-Depuis hier soir. Au debut, je ne me suis pas rendu compte, il fait tout le temps des calembours... Mais là, ça n'a plus aucun sens. Il a dit "comment allez-vous yau de poële" au plombier, et à la concierge d'allumer des stupides bougies d'église

-Des stupides bougies d'église ?

-Con-cierge.

-Oulala !

-Oh docteur, vous m'effrayez ! De quoi souffre mon mari ?

-Aérophagie intellectuelle, je le crains. Une jeudemotite.

-Jeudemotite, haha, excellent, cher Toubibelot! La maladie des jeux de mots laids, mouhahahhaagga !

-Voyez, il péte de l'esprit.

-C'est dangereux ?

-Ça peut devenir mortel, s'il croise une bande de skinheads... Des intégristes... N'importe qui sans humour.

-Par les poils pubiens absents de Madonna ! Mais c'est terrible ! Que peut on faire ?

-Ne vous affolez pas, c'est guérissable. Est-ce qu'il travaille toujours sur ces, euh, ces machins... Les trucs à la zeub ?

-Oui.

-Il faut qu'il arrête tout de suite, ca aggrave les symptômes. Pendant au moins une semaine. Pendant ce temps, interdiction de lire quoi que ce soit, pas de télé, ni de jeux vidéo. Empêchez-le d'écrire. Faites lui manger des trucs fades, des pâtes sans beurre, ou des asperges trop cuites. Ça devrait finir par le guérir, mais je ne vous cache pas que ça va être difficile...

-Je ferais ce qu'il faut pour qu'il aille mieux.

-Parfait. Pour commencer, vous devriez lui montrer le montant de mes honoraires pour la consultation, ca devrait le calmer, héhé... Appelez-moi à la moindre rechute...

-Juste une question, c'est contagieux ?

-Très. Gardez une distance de sécurité, et lisez du Jean Roucas, ça coupe l'envie.

-D'accord. Merci docteur, au revoir.

-A bientot toubib-iphoque, et merci d'etre velu !

-Je vous en prie...

-Zunik !

-C'est cela oui... Arrivée d'air chaud... Argh !

SOUTENONS

* Si vous voulez vous tenir au courant des tentatives désespérées des marseillais(es) pour faire classer le site archéologique de la Corderie vous pouvez aller sur ce site

* Pour soutenir la SOS Méditerranée le lien direct pour faire des dons c'est ici : https://don.sosmediterranee.org/b/mon-don

* Pour soutenir la la SCOP-IT (" la coopérative des anciens de Fralib, sur la corde raide " dixit Le Monde) il suffit d'acheter leur infusion plutôt qu'une autre ; pour savoir où en trouver près de chez vous c'est par ici ; sinon vous aussi les soutenir directement par là

Cadeaux

En cadeau les chroniques (comme si vous y étiez) de :

* la chronique de Richie Kotzen au Jas' Rod par Jorma à lire ici

extrait :
" [...]
Une désagréable sensation d'assister à un Clinic de guitare m'a rapidement envahi, vois tu.
La désagréable sensation que les morceaux n'étaient que des prétextes à étaler une technicité et une maîtrise des instruments hors du commun. C'est chouette la technique, mais c'est un moyen de s'exprimer, pas une fin en soi.
Et mon petit Richie, là, j'ai pas ressenti tes émotions. J'en suis bien désolé, ça m'attriste toujours.
Tes titres se sont enchaînés, à la guitare, au piano, en électrique ou en semi acoustique, mais toujours plat à mes oreilles délicates et sensibles.
C'était un concert pour les guitaristes épris de technique et de performance. Pas un concert pour les écorchés de l'âme. [...] "

* le concert de Johnny Barrel Country Band sur le bateau ERRE 1930 par Odliz à lire ici

extrait :
"[...]  Les Johnny Barrel déploient avec brio tout l'attirail folklorique américain, du bluegrass mélodique, cordes en avant, au honky-tonk mal famé en passant par les champs de coton du Delta Blues, ravivant des figures mythiques comme Leadbelly , et ceux avant lui qui ont complainté "In the pines", Hank Williams avec son "I saw the light", brillant bluegrass teinté de gospel ou encore Waylon Jennings , la légende vivante de la country, homme aux mille albums et au nombre de récompenses invraisemblable, entre autres créateur de la BO de Sheriff fais moi peur .
Les grands classiques s'enchainent et se rejouent en rappel : Rocky Town , Mon cœur fait mal , hymne mélancolique cajun ou encore Cigarettes and whiskey and wild wild women , ce "Cigarettes, whiskey et p'tites pépées", comme dans la comédie de 1959 starring Annie Cordy et Pierre Mondy themselves, et brillamment francisé par Eddie Constantine en 57.  [...]"