Accueil Marseille - Aix Newletter Live In Marseille 15 Octobre 2018 : La Plaine
Mardi 20 novembre 2018 : 12153 concerts, 25251 chroniques de concert, 5234 critiques d'album.

Newletter Live In Marseille 15 Octobre 2018

La Plaine

Saga


Plaine, oh ma Plaine...

Quand les CRS t'empêchent de rentrer chez toi après le boulot, et qu'après t'être retrouvé nez-à-nez avec des crustacés bleus qui barrent ta rue à 50 mètres de ta porte (ambiance guerilla), tu dois finalement faire un détour pour aller chercher ton môme à l'école... Tout ça pour un projet mal ficelé, hyper coûteux, dont personne ne veut ici, imposé de l'extérieur...

Qui va couper la plus grande agora de Marseille en deux avec une route (qui sera bouchonnée en permanence) en reportant les bouchons et les bagnoles mal garées tout autour (ça a déjà commencé !) en supprimant des bancs et des dizaines de places de parking gratuites sans rien proposer à la place, massacrer des arbres de 8 essences différentes pour mettre à la place des juvéniles - et possiblement en pot, à moins qu'ils ne poussent directement sur le béton, comme le montrent les "vues d'artistes" ... Et qui donneront de l'ombre, si tout va bien, d'ici 2030 environ...

Quand une simple rénovation concertée, que tout le monde souhaitait (éclairage, revêtements et marquages au sol, propreté...), aurait pu satisfaire et améliorer tous les usages de cette place, la plus grande de Marseille, où la présence d'un marché est attestée depuis 1892... Pour dix fois moins cher et sans toucher à tout ce qu'elle a de beau, et ses arbres paromoniaux, dont les racines tiennent probablement aussi certains immeubles de la place debout, en premier lieu !

Depuis jeudi dernier, heure du dernier marché, on est entré dans le dur à la Plaine Saint-Michel, manifestement. Appel à l'imagination pour retarder l'inéluctable !

Face à la connerie autoritaire, hautaine et d'un racisme social patent, celle d'une municipalité d'incapables notoires, en fin de règne délétère... Et qui n'en a pas encore eu assez de faire crever la moitié des commerces du centre-ville (Rue de la République, Rue St Ferréol, c'est rideau sur rideau, bravo ! - ces gens dits de droite, nuls à chier en social et en environnement, ne sont même pas bons en économie !) Et qui n'en a pas non plus eu assez de vendre la moitié de la ville en PPP à des grands groupes, en nous endettant pour des décennies... Et qui veut encore compromettre aussi bien la vie de dizaines de forains, que celle de tout un quartier, pourtant le poumon culturel et socio-culturel de la ville, tout comme celle des gens qui y venaient de partout pour y faire leurs courses trois fois par semaine, ah oui c'est vrai, surtout des salauds de pauvres des quartiers Nord...

Ah, regardez-les exulter, les incontinents du Quai du Port... C'est qu'ils la tiennent, enfin, leur petite vengeance ô combien mesquine, le gang des couches Confiance en limousine climatisée de la Mairie... Face à cette réserve indienne, là-haut sur la colline, qui vote "à gauche" avec constance, qui vit très bien mélangée et le revendique - avec un score du FN qui reste bas à en faire pâlir d'envie la France entière - et qui se bat pied à pied pour que Marseille, fidèle à son histoire de mixité sociale vingt-six fois centenaire, ne devienne pas Nice ou mieux encore, Cannes...

"Pour que les gens soient mélangés, il faut que certains partent..." répète depuis bientôt 20 ans Gérard Chenoz, adjoint au si aimable "Vous m'emmerdez !" Jean-Claude Gaudin , et "Délégué aux Grands projets d'Attractivité". Deux poissons qui ont pourri par la tête depuis déjà bien longtemps... Ha, ha, mais pauvres cloches, vous êtes vous demandé, seulement une fois, ce qui attirait tant de gens, justement, et 24 heures sur 24, sur notre Place Jean Jaurès - dont rien que le nom glorieux ne laisse sans doute pas de vous emmerder, lui aussi ?!

Vous ne méritez que le mépris. Et par votre seule bêtise crasse, nous allons probablement tou.te.s vivre un enfer. Et un enfer coûteux, tant qu'à y être (12 cars de CRS stationnés ce dimanche sur la place déserte, qui dit mieux ?)... Vous étiez, vous êtes et vous resterez des aménageurs minables, de 1995 à 2020. Vivement l'asile gériatrique... qu'on puisse refaire enfin la Plaine, à notre image.

Parce qu'on la refera, n'en doutez pas, notre Plaine, et même notre Ville, à l'image tellement plus belle des gens qui y vivent, et sans doute bien plus tôt que vous ne le pensez.

Philippe

N'hésitez pas à réagir à cette newsletter en écrivant directement à mrmiolito@yahoo.fr qui nous fera suivre

Cette semaine à Marseille

Conger! Conger! by Pirlouiiiit 14042017
vendredi les Conger ! Conger ! diront au revoir à al formule trio au Lollipop

 
Cette semaine encore, encore beaucoup de belles choses ... et donc au petit jeu de " si " (comprendre " si j'avais plus de temps ", " si j'étais moins vieux ", " si j'étais là tous les soirs ") il y aurair surement Emma Ruth Rundle au Molotov (Phil2Guy et Julien nous en feront une belle chronique) mardi, puis ces intriguants Flatbush Zombies au Cabaret Aléatoire mercredi, et laisserai les amateurs de pop française se presser à l'Espace Julien pour suivre l'ascension des Pirouettes pour aller à la Machine à Coudre pour le deuxième soir de la dexuième édition du Festival des 3 Lunes (en VO : festenau dei 3 lunas) , vendredi je ne manquerais pour rien au monde le dernier concert de Conger ! Conger! en trio au Lollipop et le premier concert en quartet à la Machine (ben en fait si car je ne serai pas à Marseille) quant à samedi je me serais bien fait l'enchainement Roll'Studio, JAM, Machine à Coudre histoire de découvrir enfin sur scène le Fred Orsi trio, Florence Marty et Fire At Will venu completer le très Rue du Rock plateau avec Rats Don't Sink et Sovox. Pour finir dimanche (sur les rotules) je retournerai avec un plaisir non dissimulé voir le rock n roll très efficace de Powersolo non sans être passé au Jardin des Chats pour la fin du festenau dei 3 lunas.
 
Powersolo by Pirlouiiiit 08052017
dimanche les frangins de Powersolo sont de retour mais cette fois au Café Julien ! Si vous ne les avez jamais vus foncez !

 
Retrouvez toutes ces dates et les autres via :
http://www.concertandco.com/ville/marseille-aix/billet-concert-3.htm ... Et si la date de votre concert ou la programmation de votre lieu favori manquent n'hésitez pas à la/les rajouter via ce lien ici : http://www.concertandco.com/annonce.php

Interview

Saga

Retour des interviews filmées de Lartsenic avec celle de Melissa Laveaux à l'occasion de son passage à Aix la semaine d'avant.

" Je n'aurai pas obtenu toutes les réponses à mes questions lors de cet entretien. Elles seront arrivées pendant le concert (donné au Théâtre de la Verrière, Cité du Livre, à Aix-en-Provence le soir-même (cf la chronique) où Mélissa aura évoqué le contenu des chansons avant de les interpréter, lançant de nombreux pics humoristiques qui m'auront fait passer une délicieuse soirée.
Au rappel, elle aura repris l'Hallelujah de Cohen, j'en ai encore des frissons.

Mélissa Laveaux est encore en tournée, un must selon moi.[...] "

À lire et visionner par ici

Les disques d'aqui

A world too late de Laurent Pernice écouté par Philippe 2 Guy

Voilà un disque qui contraste fortement avec la production française indépendante actuelle. Laurent Pernice est un musicien en activité depuis une trentaine d'année qui a surtout évolué dans le cercle des musiques dites "nouvelles" et "expérimentales". Il a participé un temps au groupe industriel français Nox, il collabore régulièrement avec la formation expérimentale Palo Alto et a récemment fait partie du trio electro-world Goldenberg and Schmuyle. Laurent Pernice a également produit un certains nombres d'albums, aux sonorités électroniques, sous son nom. Avec ce nouvel album, A World too Late, sorti il y a quelques mois sur label suédois Sublunar Society, Il propose une musique libre et inclassable qui emprunte aussi bien aux musiques nouvelles qu'à l'electro-ambient, et dans laquelle on entend parfois des sonorités industrielles héritées du groupe Coil. Des éléments world sont également (et subtilement) intégrés un peu à la manière des productions du label Crammed Disc (comme celle des excellents Aksak Maboul, récemment reformés).rnA world too late est donc constitué de 11 titres qui ont tous leur couleur propre. Le premier, A World too late, accroche tout de suite avec sa rythmique dub, son motif à la guimbarde et un chant discret proche du scat. Le second, Pim Pam Poum sonne comme la meilleure electronica de ces vingt dernières années : on entend dans ce titre des sonorités électro très organiques qui se rapprochent de celles de Matmos ou Boards Of Canada, tandis qu'un chant murmuré énumère les noms de différents héros de B.D. Des espèces de bruits d'insectes s'intègrent parfois, comme sur le très bon Armenian Soul, à la ligne de basse dub entêtante. La musique de Laurent Pernice est en fait très cinématographique, les ambiances développées sont nocturnes et sombres mais jamais froides ou oppressantes. Et sur les 60 minutes que dure l'album, il n'y a pas de remplissage non plus, c'est une musique contemplative et chaleureuse qui sait jouer avec les silences et les textures sonores et qui nous invite à un voyage imaginaire. D'autres titres délaissent les sonorités électroniques, comme le paisible L'incendie avec son entêtante ligne de contrebasse et une très belle mélodie à la flûte. rnL'album finit avec l'Espoir qui intègre des enregistrements de chant d'oiseaux pendant six bonnes minutes, faisant ainsi référence aux enregistrements de "Fields Recordings" (enregistrement de bruits naturels ou en extérieur), pour s'achever ensuite sur une longue plage électro hypnotique. La musique de Laurent Pernice pourrait être paresseusement qualifiée d' "expérimentale" mais elle reste très accessible (même si on n'est pas ici dans la séduction immédiate et facile). A World too late est un album surprenant, à contre courant des musiques "prêtes à consommer", qui mérite vraiment une écoute attentive car il révèle toutes ses richesses au fur et à mesure des écoutes.

2018 (Laurent Pernice)


Chroniques de la semaine dernière

* une première chronique du concert de Massilia Sound System + Jeanne Added au J4, Fiesta des Suds par Lumak à lire ici

* la chronique du concert de el Cumbion à la Fac de Pharmacie par Lumak à lire ici

* la chronique de la fin des 15 ans de Impressions Visuelles et Sonores avec Deadwood et Binaire à lire ici, en complément de celle de Sami qui couvrait the Crush, La Canaille, FUR et Potochkine ...

* la chronique de la deuxième moitié de la Rue du Rock avec Doc Vinegar, Usken, Holy Frost, Digital Nova, Section Azzura, Moondawn, Chevalien à lire ici, en complément à celle de Philippe qui couvrait elle Not'Pain Quotidien, Hatred Still Alive, Furiapolis, Johnny Barrel, La Chasse, Fifi Rubato, Ex'Odd, Projet Milan, Rats Don't Sink, Statonnels, Sovox, Splash Macadam, Rescue Rangers, Sound OFFF Mars, Pleasures, La Flingue, Cowboys From Outerspace, Sing or Die! Karaoke (la suite pareil plus tard) par Philippe à lire ici

* la chronique du concert de Warrior Kids + Mick Wigfall & the Toxics à la Maison Hanté par Philippe à lire ici

* la chronique du concert de Henri Florens, Stéphane Belmondo, Thomas Bramerie feat. Lionel Belmondo, John Massa au JAM (enfin!) par Pirlouiiiit à lire ici

* la chronique du concert de the Groovators + 8°6 Crew au Molotov par Fregolo à lire ici

* les chroniques de Saxon + FM au Moulin par Gilles B à lire ici et par Gandalf à lire à