Accueil Marseille - Aix Newletter Live In Marseille 19 Février 2018 : TGV
Vendredi 22 juin 2018 : 10570 concerts, 25038 chroniques de concert, 5217 critiques d'album.

Newletter Live In Marseille 19 Février 2018

TGV

Je me souviens, il n'y a pas si longtemps, de ce wagon bar d'IDTGV où je commande une bière à un prix de bar sans wagon et du popcorn salé pour trinquer avec le paysage en accéléré. Un peu plus tard, des livres audio en libre accès sous-titrent le voyage.

Et cet Intercité qui roule au pas, laissant le regard s'accrocher aux éboulements figés des Cévennes. Ou cet autre Corail au corps poussiéreux, aux couloirs vides et infinis seulement décorés de rideaux épais bien calés entre la tête indolente et la vitre délavée qui laisse s'échapper, en un tour de manivelle, air frais ou rayon de soleil.

Et puis ce TER qui s'enfonce dans la nuit, paisible dans sa bande-son monotone, étourdi par des myriades d'arrêts minute. Peu de voyageurs, mais pour ceux-là, une soirée de sauvée. Dernière petite gare gravillons ; un bout de quai à peine éclairé. Une femme avec une petite valise monte et rejoint son mari dans la cabine du conducteur. Il reste une dizaine de kilomètres avant le terminus ; la nuit tombe comme un voile épais, comme pour feutrer encore l'ambiance. On a l'impression que le train nous ramène tout en douceur à deux pas d'un intérieur accueillant.

Et encore avant, les wagons fumeurs, brouillard continu ; les trains de nuit, voyage image par image au creux de la France endormie. Le temps de se préparer à ce qui nous attend de l'autre côté.

Mais ça c'était avant. Avant la fonctionnalisation, la rentabilisation - et tous ces mots-compte-triple en -tion -d'un système ferroviaire dévoyé en plein tunnel et d'un service public laissé sur le bas côté comme une gare abandonnée. Avant les Ouigo, ces trains criards au confort modeste, aux services minimaux ou payants où l'humain est ce bétail que l'on entasse en file indienne et que l'on planque dans des gares de faubourg. Avant les cars SNCF qui remplacent à l'envi les TER au point mort sur des rails où l'herbe pousse parmi la rouille, ces cars sans chauffage et sans toilettes qui doublent le temps de trajet, Chérie FM sur les hauts parleurs crépitants ; flashs de pub assommant tous nos quarts d'heure.

Aujourd'hui, ces écarts de parcours se vivent comme une aventure, un ennui mesuré, folklorique ; sauf que l'écart se creuse, le voyage se composte en deux vitesses : groupe de tête et peloton. Les TGV aux prix flambés accueilleront ceux qui font tourner le monde et ne s'arrêteront plus dans ces villes moyennes qui n'ont pas ou peu d'intérêts commerciaux, touristiques ou financiers. C'est l'ère du low cost, du plastique et des miettes, du diesel qui flambe ; même le prix du covoiturage dépend du type de voiture : plus la berline est confortable, plus le coût du voyage partagé sera élevé. Ce qui se dessine à l'horizon est une société compartimentée, des êtres humains qui ne sont autorisés à côtoyer que leurs pairs, sur un temps bien délimité et quand eux-mêmes s'autorisent à lever les yeux de la lumière crépusculaire de leurs écrans.

On se doit de conserver la contemplation, l'oisiveté et la curiosité ; de ces jolies déviations, naissent les germes de la pensée, de la poésie et de l'imagination ; du réconfort aussi. Stopper cette mise en concurrence sur une espuma de croque monsieur ou cette évaluation systématique en nombre d'étoiles comme si la vie tout entière était un QCM géant ou une arène romaine, pouce en l'air / pouce en bas, en fonction de son humeur et de son petit égo amidonné. Laissons-la plutôt être une compréhension de texte ou un spectacle sans cesse renouvelé, avant les futurs trains SFR et les arrêts buffets sponsorisés.

Alors, plus que jamais, il faut contribuer à faire vivre cette vie nocturne, ces bars noctambules, ces concerts mélodiques ou fébriles dans ces caves, ces clubs, ces arrières salles, ces squats. Pour l'amour de la musique, et de la vraie vie amplifiée.

Odliz

N'hésitez pas à réagir à cette newsletter en écrivant directement à mrmiolito@yahoo.fr qui nous fera suivre

Cette semaine à Marseille

toute la programmation de la semaine (et d'après) c'est par là
http://www.concertandco.com/ville/marseille-aix/billet-concert-3.htm

 
Dans les choses à ne pas manquer (outre le passage de Lydia Lunch à l'Embobineuse jeudi soir) il y a tout plein de trucs dimanche et notamment :
 
Rendez-vous poétique et aventureux le 25 février au Mucem pour un concert animé qui mettra en scène le quatuor de jazz Zenzika sur une projection-plongeon en plein cœur d'Un Océan d'Amour, une bande-dessiné e qui porte bien son nom, créée avec tendresse et humour par Wilfrid Lupano et Grégory Panaccione, et dont le montage a été confié à Olivier Durand. Le printemps n'est pas loin.
À l'auditorium du Mucem - Le dimanche 25 février à 15h - Adulte : 6€/8€ - Enfant : 4€
 
et un peu plus tard le Son de notre Canebière devant les Danaïdes !

Si la date de votre concert ou la programmation de votre lieu favori manquent n'hésitez pas à la/les rajouter via ce lien ici : http://www.concertandco.com/annonce.php

Cadeaux

En cadeau les chroniques postées la semaine dernière :

* la chronique du concert des Corine + Instrumentarium à la Cartonnerie par Sami à lire ici

* la chronique de Shaka Ponk + ALB au Dome par LsL et Christian à lire ici

* la chronique de l' Orchestre de Saint Petersbourg au Silo par Fred B à lire ici

-----------

Et j'en profite une nouvelle fois pour attirer votre attention sur la tombola qui vous permet de soutenir La Rue du Rock tout en ayant de grande chance de gagner des photos de l'expo (celle de votre choix), des t-shirts (Phocea Rocks), des albums de The HOST ou des albums ou DVD du label Lollipop Records ! Tout ca pour la modique somme de 5 euros sur place au Lollipop pendant un mois. Le tirage aura lieu lors du décrochage de l'expo le 10 mars.

Cf : https://www.facebook.com/events/195757274341991/

Le disque de la semaine

Je garde la chronique du dernier Bill Deraime pour la semaine prochaine ce qui repoussera celle du nouveau Sammy Decoster aussi ... ce sont les 2 disques qui tournent en boucle chez moi du coup je vous propose pour vous faire patienter le nouveau clip du second :


Le livre de la semaine

Saga


Océan d'Amour , bande-dessinée muette de Wilfrid Lupano et Grégory Panaccione lue par Odliz

Un Océan d'Amour , c'est ce petit vieux, pêcheur malingre, en couple avec cette bretonne matrone que l'on n'a pas envie de contredire mais qui serait prête à vous offrir toutes les galettes du monde et son tablier par dessus le marché.
Une aube de tempête, la barque de notre héros se fait percuter par un chalutier monumental. Pris dans ses filets comme un goujon désemparé, forcé de se nourrir de sardines, le pêcheur se retrouve seul au beau milieu d'un océan hostile, assailli par des mouettes affamées et un orage qui gronde en sourdine derrière chaque page.
Commence alors une épopée fantastique où cette imposante bretonne parcourt le monde à la recherche de son frêle mari, après une enquête au cordeau doublée d'une divination à la galette et d'une prière à la vierge dont le saint nom trône humblement sur la barque du pêcheur à la dérive.
Leur périple en décalé les amène jusqu'à Cuba dans un crépitement de flash et d'aventures improbables, avant de les rendre à leur quotidien tendre et serein, à une louche de beurre salé de l'agitation et de la fureur.

224 pages muettes d'un récit débordant de tendresse amusée et d'angoisse existentielle entrecoupée de folie douce, étreignant la question du bonheur véritable.
La bande-dessinée, découpée en petites vignettes, nous transpose dans la peau de l'un puis de l'autre, nous aspergeant de leurs émotions exacerbées. Le trait est plus tendre que caricatural ; la narration, vivante et vibrante, nous embarque cheveux au vent dans la destinée fabuleuse de ce petit couple pourtant sans histoire et que l'amour rend invincible, pire ! imperturbable.

Et ce sont ces 224 pages muettes que l'on retrouvera projetées au Mucem dimanche 25 février, habillées de musique sous la forme d'un quatuor de jazz nommé Zenzika . Par petites touches pianotées, tout en souffle et percussion, et même en porte-voix mais sans corne de brume, le récit prendra vie page après page, morceau après morceau.

Un Océan d'Amour , bande-dessinée muette de Wilfrid Lupano et Grégory Panaccione , sorti chez Delcourt et Prix BD de la FNAC en 2015.