Accueil Marseille - Aix Newletter Live In Marseille 22 Octobre 2018 : Hellfest
Mardi 20 novembre 2018 : 12153 concerts, 25251 chroniques de concert, 5234 critiques d'album.

Newletter Live In Marseille 22 Octobre 2018

Hellfest

Saga

"Le Festival le plus cher de France" : And the winner is : ...

Mercredi 10 octobre 2018, un psychodrame collectif se joue entre 10:00 et à peu près 13 heures. Les 55 000 "blind pass" du Hellfest 2019 sont tous vendus (enfin quasi blind, puisque 5 groupes annoncés déjà...). L'an dernier il avait fallu un peu moins de deux jours ! Les raisons semblent multiples : un engouement pour ce festival assez génial d'abord, mais sans doute aussi des quantités de "botnets" à l'oeuvre (ces robots qui achètent des places par dizaines et les revendent sur des sites de gangsters notoires comme Viagogo et Stubhub). Et puis l'hypothèse que peut-être, le dernier concert annoncé de sa vie du groupe Slayer, et celui du groupe Manowar (deux grosses pointures), peuvent avoir surexcité leurs fans. Rien d'anormal, donc, même si c'est cruel : l'offre et la demande... C'est vrai quand même que c'était sportif, en 5 minutes, de remplir tous les champs pour acheter un billet, mais si un vieux con low tech comme moi y est arrivé avec une connexion Wi-fi moyenne, c'est que c'était faisable... peut-être avec un peu de chance. Peut-être aussi parce que je n'ai vraiment pas quitté l'écran d'attente des yeux et qu'il n'a pas fait "bip" quand c'est venu à moi ... au bout de moins de 10 minutes (...les gens qui disent y avoir passé 3 heures, ont-ils vraiment gardé les yeux dessus tout le temps ? N'ont-ils pas juste raté "leurs" 5 minutes" en allant checker leur page FB ? Il est permis d'en douter...)

En attendant, les metalleux qui n'ont pas réussi à avoir le sésame en rotent du sang de rage... et rugissent leur désarroi partout sur les réseaux sociaux, ajoutant à leur courroux que les supposés acheteurs seraient des touristes, et pas eux, les vrais connaisseurs, déjà venus X fois et qui seraient donc plus méritants.. Un peu comme si en allant au cinéma, on pouvait dire, quand la séance est complète, à la file sur le trottoir : "Euh, dégagez SVP les non-cinéphiles, laissez-moi passer, j'ai vu tous les films de ce réalisateur et en plus j'ai la carte de fidélité de cette salle depuis 10 ans !" Evidemment, c'est un argument inopérant, les rageux, désolé. A première vue, le Hellfest est pourtant "le festival le plus cher de France". C'est un cliché souvent répété, et allègrement colporté (y compris sur des chroniques de Concertandco, d'ailleurs, qui traitent son public de bourgeois !).

Mais comment comparer les prix de festivals, qui ne programment en outre pas du tout la même chose ?...Pourquoi pas sur un premier critère simple et comparable : le prix moyen du concert (étant entendu que bien sûr, on ne peut pas tous les voir, mais qu'on peut voir chacun d'entre eux, si on s'en donne les moyens...) ? Alors nous disons donc :
Hellfest 2019 : 215 € TTC le pass, pour 160 concerts. Soit 1,34 € par concert.
This Is Not A Love Song 2018 : 96 € TTC le pass, pour 55 concerts. Soit 1,75 €/concert.
Rock en Seine 2018 : 139 € le pass, pour 79 concerts, soit 1,76 €/concert.
Eurockéennes 2018 : 154 € pour 62 concerts (4j). soit 2,48 €/concert.
Sur ce critère, ce serait donc les Eurockéennes, le festival le plus cher de France... et le Hellfest serait le moins cher de tous ! Etonnant non ?

Reste évidemment à pondérer le prix par la qualité de l'affiche par rapport à ce qui est vendu dans tous ces 4 cas : un festival de rock !

De ce point de vue, celle de Rock en Seine était à moitié hors-sujet en 2018 (PNL en tête d'affiche, ce genre), ce qui place le prix de ses "vrais" concerts de rock à... largement plus de 3 euros le concert ! Et celle des Eurocks était au moins à 1/3 non rock, ce qui augmente également le prix des concerts de rock à... plus de 3 euros le concert...A contrario, deux festivals ne vous prennent VRAIMENT pas pour un.e con.ne : TINALS qui fait du 99 % rock indé... et le Hellfest qui fait du 99 % metal ! Dans les deux cas pour les aficionados, une programmation très pointue et qui tient toutes ses promesses ! Ce qui fait le succès de ces festivals donc, c'est donc leur rapport qualité-prix et en l'occurrence même en croisant les 2 critères, le Hellfest est bien le festival "le moins cher de France", CQFD ! C'est peut-être aussi un tout petit peu pour ça que les gens avisés s'en arrachent les forfaits 3 jours... non ?

Enfin, les amatrices et amateurs de rock de Marseille savent qu'il y a un festival certes moins prestigieux, mais encore beaucoup plus compétitif : la Rue du Rock, 0,00 € le pass 2018 pour 23 concerts, ce qui fait 0,00 €/concert et ce, depuis 2013 dans cette rue ! A vue de nez, plus de 2 500 personnes ne s'y sont pas trompées et nous ont fait l'honneur de leur visite, dans cette belle journée du 30 septembre dernier... Alors non, les festivals de rock ne sont pas chers, enfin, pas tous et même parmi les grands, pas forcément ceux que l'on croit. Et encore, on a pas parlé en détail du Binic Flok Blues Festival ou de la Route du Rock qui offrent également des affiches merveilleuses, le premier étant également gratuit.

Longue vie à tous les programmateurs qui respectent leur public : ce sont eux, et eux seuls, qui cassent la baraque, et ce n'est que justice. Car les festivals les plus chers de France, en réalité, ce sont .... ceux qui programment de la merde... A ce compte-là, le festival de rock le plus cher de France, en 2018, ce fut sans contestations possible, Rock en Seine !

Philippe

N'hésitez pas à réagir à cette newsletter en écrivant directement à mrmiolito@yahoo.fr qui nous fera suivre

Cette semaine à Marseille

Moon Rã by Pirlouiiiit 12112016
mardi Moon Ra sera à la Machine à Coudre en compagnie de Pratos

 
Cette année deuxième edition du festival Jazz is the answer (si c'était si simple ce serait beau) au JAM du coup si j'étais capable de sortir tous les soirs j'irai mardi à la Machine à Coudre (cf ci dessus), mercredi à la 3ème édition du Marseille Underground Film & Music Festival (MUFF) à Data avant de retourner à la Machine à Coudre découvrir les Pogy Et Les Kefars ou au JAM pour Julien Marga Quartet, jeudi je me laisserais tenté par Joulik à l'Eolienne, vendredi j'irai du côté de l'Afriki Djigui Theatri (cf ci dessous) et puis re Machine à Coudre (c'est tout près) non sans avoir commencé la soirée au Lollipop Music Store pour le showcase de Terry Lee Hale, samedi je profiterai d'un des rares concerts qui s'y passe pour aller à la Maison Hantée avec 3 sets dont un de Looping Murdock (de the Loving Dead, et dimanche je tenterais le marathon (jouable sur le papier) Tan Que Li Siam à l'église St Ferreol, Steve Kuhn Trio au Cri du Port et pour finir Accoules Sax and co dans le cadre du Son de la Meson devant les Danaïdes ...
 
Telescope Road by Pirlouiiiit 24092017
vendredi les Telescope Road seront de retour au Afriki Djigui Theatri en compagnie de Nazar Khan ce qui promet de beaux mélanges

 
Retrouvez toutes ces dates et les autres via :
http://www.concertandco.com/ville/marseille-aix/billet-concert-3.htm ... Et si la date de votre concert ou la programmation de votre lieu favori manquent n'hésitez pas à la/les rajouter via ce lien ici : http://www.concertandco.com/annonce.php

Le disque de la semaine

Ne te retourne pas de Makja écouté et lu par Pirlouiiiit

Makja on l'avait interviewé il y a tout juste un an autour de son passage au Nomad Café. Peu de temps avant j'avais déjà reçu son EP éponyme et bien que l'ayant aimé je n'avais pas trouvé le temps (et/ou les mots) pour le chroniquer. Il faut dire qu'avec son style pas tout à fait slam ni chanson (depuis que j'ai compris que l'étiquette " chanson " fait peur à la plupart des programmateurs je fais gaffe) la tache n'était pas des plus aisée. Quoiqu'il en soit revoici Makja avec un nouveau 7 titres (tous différents de l'EP). 7 nouveaux titres où si l'écriture est encore très teintée de hip hop avec des textes forts et claquent, le chant en revanche plus tout. Qu'il attaque en en douceur avec Car née de doutes où il chuchote comme le feraient Charlelie Couture ou Elvas (chanteur fado reggaeisant des superbes Sons of Gaïa), ou avec le deuxième titre Linge sale qui commence pourtant comme une berceuse on sent quelque chose de grave même si on ne prête pas tout à fait attention aux paroles aux premiers écoutes. Il y a dans son chant quelque chose de grandiloquent légèrement éraillé (comme chez un Mano Solo ou un Bell Oeil par exemple) accentué par une orchestration riche (cordes, cuivres, ...) qui ravivent chez moi celle de feu Jack the Ripper. Ces explosions vocales et instrumentales on les trouvent sur Bougie, sur Déchire morceau dont on se souvient du le clip ou encore sur la fin de A nos absents. Les cordes et son interprétation font encore des merveilles sur Sur nos paliers (où on l'imagine debout les mains tendues sur une scène noire) tout comme sur ce aussi beau que glaçant Ne te retourne pas qui clôt ce disque au final terriblement émouvant.

2018 (Makja - Bandcamp)

Clip de la semaine

Après :
- General Elektriks,
- Sloy,
- HANK!,
- Stella Pire,
- the Pleasures
- Dominique A
- Vic Chesnutt
- Usken
- Fred Nevché
- La Cumbia Chicharra
- Pomme
- Magali
- the Fuzz & Drums
- EMF
- Massy Inc.
- the National
- Frozen Falls
- Steve Shiffman and the Land of No
- Elysian Fiels
- Paul Mc Cartney
- Cowboys From Outerspace
- Ultrateckel
- David Lafore
- Powersolo

Cette semaine je vous propose un " vieux " clip puisqu'il s'agit du morceau Habibi Swing tiré du premier album de Nicolas Cante sous le nom de Mekanik Kantatik alors que son 3ème est en préparation. Un morceau (et un clip) frais et tous publics


si le clip n'apparait pas cliquer ici