Accueil Marseille - Aix Newletter Live In Marseille 25 Septembre 2017 : Sloan
Mardi 17 octobre 2017 : 13656 concerts, 24653 chroniques de concert, 5177 critiques d'album.

Newletter Live In Marseille 25 Septembre 2017

Sloan

Le Cimetière des Eléphants

Entre les moyens légaux mais que je qualifierais de déloyaux (via les GAFA, Spotify, Deezer and co), les moyens à moitié légaux (Youtube...) et les moyens complètement illégaux (peer-to-peer...) qui permettent d'atteindre n'importe quelle musique en trois clics, il ne fait pas bon vouloir devenir, être ou rester musicien professionnel en 2017. Récemment, en relisant la liste des quelque 460 chroniques de concert que j'ai pu rédiger depuis 2012 (ce qui doit faire un bon millier de groupes), j'ai réalisé avec un certain effarement à quel point les listes de groupes vus sur scène s'apparentaient à un cimetière des éléphants !

Bien sûr, ce phénomène de mort quasi subite (plutôt de disparition du radar) ne touche pas tout le monde de la même façon. Il y a bien quelques dizaines de "gros" groupes ou artistes (disons groupes, pour simplifier) qui tirent leur épingle du jeu, année après année, et parviennent finalement à atteindre, voire dépasser l'âge de la retraite. Leur meilleure arme est d'avoir un charisme (et si possible un marketing) d'enfer, qui leur permettra soit d'enregistrer X albums tous différents, mais que les gens les suivent par curiosité y compris dans leurs errements (jurisprudence David Bowie, Björk, Radiohead, Queens of the Stone Age...), soit d'enregistrer X albums tous à peu près identiques, mais que les gens les suivent par habitude et par amour profond (jurisprudence Rolling Stones, Motörhead, Coldplay, AC/DC...).

A l'opposé du spectre, on trouve bien sûr des milliers de "petits" groupes (comme on dit) qui n'ont pour ainsi dire aucun intérêt financier dans la musique, considérant que leurs tournées, quand toutefois ils en font, sont d'abord des vacances dans leur pays ou à l'étranger (et donc calculées pour ne pas y laisser trop de plumes, s'éclater et se faire des potes), voyageant léger en camtar avec un carton de vinyles dont ils ne vendront que la moitié (...combien de cartons empilés dans des garages ?), mais sans avoir investi dans leurs 3 ou 500 galettes maximum, beaucoup plus que dans un autre loisir... Même certains semi-gros ont fait le choix de rester dans cette zone du "small is beautiful", où un emploi alimentaire, idéalement dans la fonction publique ou apparentée, permet de faire exactement ce qu'on veut en matière de musique par ailleurs (jurisprudence Didier Wampas, qui a longtemps tourné uniquement pendant ses congés à la RATP... et plus récemment, FrustrationThe Inspector Cluzo ou Limiñanas).

Mais là, nous parlons de la zone grise, au milieu. La zone de taille intermédiaire, celle où on ne fait pas de prisonniers. Car aujourd'hui pour qui veut vivre de sa musique, rock ou autre, c'est marche ou crève ! Si on veut se lancer, à moins d'avoir les bonnes relations dans le showbiz (et encore, les majors ne presque signent plus personne depuis longtemps), il faut se sortir les doigts, faire son sac et monter dans le camion, tourner sans relâche pendant des années - et pas que dans un seul pays ou même sur un seul continent, tenir le rythme d'un album tous les 2 ou 3 ans, qui ne soit ni trop proche du précédent (au risque que les gens se lassent de vous), ni trop éloigné (au risque de perdre votre fan-base en route et de vous retrouver à poil), pour rester dans le radar et vendre des billets pour votre prochaine tournée... Et pour monter dans le camion, choisir étant renoncer, il faut avoir l'énergie du voyageur, la légèreté du célibataire, idéalement l'insouciance du bien-né qui pourra toujours retourner crécher au bercail familial en cas de banqueroute artistique et/ou d'épuisement probable. En gros, il faut avoir vingt ans !

Et même là, les chances de succès et surtout de durée sont très minces. Parmi les dizaines d'exemples de groupe qui ont cartonné sur un ou deux albums maximum, et enflammé des scènes pendant un ou deux étés au 21ième siècle, combien sont encore là ? Prenons simplement l'exemple des "groupes-en-The". Pour un ou deux qui parviennent à rester météoriques depuis plus de dix ans, comme The Kills (repérés au Rockstore en 2008) ou The Black Keys (repérés au Poste à Galène en 2004) et que vous connaissez sans doute, seriez-vous capables de citer un titre de chanson, ou celui du dernier album de : The Killers, The Rakes, The Wombats, The Fratellis, The Kooks, The Sunday Drivers, The Dead 60's, The Rapture, The Bishops, The Black Box Revelation, The Vaccines, The Love Me Nots, ... ?

Et sans eux, sans The, pour un Arcade Fire (découvert à Rock en Seine en 2005) ou un Arctic Monkeys (repéré au Moulin en 2005) et qui mettent le feu partout depuis, quelqu'un a des nouvelles de groupes aussi divers et excellents (disque et scène) à leur époque que : Bloc Party, Hollywood Porn Stars, Yeah Yeah Yeahs, Vive la Fête, Hushpuppies, Motormark, Klaxons, A Place To Bury Strangers, MGMT, Gnarls Barkley, Battles, Bass Drum of Death, Parlor Snakes, Pravda, Band of Skulls, Cherry Bomb... ? Et encore, je n'ai cité que ceux dont j'ai adoré un concert, et je me suis arrêté fin 2015 en considérant que les plus récents "one hit wonders" pouvaient encore être dans la zone incertaine de l'enregistrement du "toujours-difficile-deuxième-album"...

Il ne faut donc jamais perdre de vue, en tant que spectateur, qu'on voit peut-être un excellent groupe pour la première et pour la dernière fois, oui, même s'il a une couverture (inter)nationale et une grande scène pour s'ébattre ! Autrement dit, qu'il faut surtout aller voir les artistes émergents dans leur première tournée, de peur qu'il n'y en ait pas de deuxième... Et bien évidemment, le meilleur moyen de soutenir un groupe, petit ou grand, reste donc non seulement d'aller le voir en salle, mais aussi d'acheter sa musique selon le circuit le plus court possible : label ou disquaire indépendant, voire au cul du camion à la fin d'un concert. Car si la marge d'un disque vendu à la FNAC se compte en centimes pour un groupe, il sera évidemment ravi de faire ne serait-ce que 2 ou 3 euros de marge sur son disque, vendu de la main à la main et en plus, il pourra vous le signer. Et peut-être même, qui sait, qu'il pourra trouver dans votre regard béat d'admiration, la force de remonter dans son camion pour quelques dates de plus ?

Si Concertandco (et la newsletter LiveinMarseille) ont pu, depuis leur création il y a presque 20 ans, ajouter les quelques spectateurs nécessaires pour maintenir moralement ou financièrement hors de l'eau ne serait-ce qu'une dizaine de ces groupes, et donc leur permettre de poursuivre l'aventure, il y a de quoi trouver l'énergie de continuer pendant les vingt prochaines années !


Philippe

N'hésitez pas à réagir à cette newsletter en écrivant directement à mrmiolito@yahoo.fr qui nous fera suivre

Cette semaine à Marseille

toute la programmation de la semaine (et d'après) c'est par là
http://www.concertandco.com/ville/marseille-aix/billet-concert-3.htm
 
Dès ce soir (ou matin pour certain(e)s) vous trouverez programmation (par odre d'apparition) des Session H (et oui Hervé André ré-ouvre son studio, mais attention à 11h du matin!), de la Machine à Coudre, de l'Hotel C2, du JAM, de l'Asile 404 (qui a besoin de notre aide - cf en fin de lettre), du Cri du Port, du Fuxia, de la Casa Consolat, du Molotov, du Rouge Belle de Mai, du Chateau Borely, du bateau Inga de Riau, de l'Affranchi, de l'Embobineuse, de La Dame Noire, du Moulin, du Poste à Galène, du Lollipop Music Store, du Rooftop, du théâtre du Tétard, au Dock des Suds (avec le regroupement de pas moins de 15 fanfares ! Je vou laisse imaginer le bazar), Mama Shelter l'Intermédiaire, le Roll'Studio, le théâtre du Carré Rond, mais aussi du Jas' Rod, du Château de la Roque Forcade ; de la Salle Guy Obino, l'Usine, ...
 
complétée dans les jours (voire heures) qui viennent par :
- un tourneur ou un programmateur consciencieux,
- un artiste qui sait qu'on ne peut compter que sur soit même
- une salle qui a pris 5 minutes en début de mois pour faire venir potentiellement beaucoup plus de monde à chacune de ses concerts
- ou plus vraisemblablement un bénévole de Liveinmarseille
qui aura pris un peu de son temps pour la saisir via ce lien ici : http://www.concertandco.com/annonce.php
 
toute la programmation de la semaine (et d'après) c'est par là
http://www.concertandco.com/ville/marseille-aix/billet-concert-3.htm

SOUTENONS

* Voici le message du l'Asile 404 : Les amis, nous nous donnons deux mois pour récolter la somme nécessaire pour rester ouverts, continuer de faire des concerts et rester créatifs. Nous sommes plus de 7000 a aimer cette page, si ne serai-ce que la moitié d'entre nous donnait 1 euro, nous pourrions maintenir en vie notre projet. On a réussi a traverser ces 5 dernières années sans subventions publiques, avec notre force et en donnant de notre temps, et ça n'a pas toujours été facile. Aujourd'hui nous avons besoin de votre aide pour payer nos dettes et réaliser des travaux essentiels. On espère que vous comprendrez notre démarche, dans une monde d'art mainstream et de gentrification, pourquoi des endroits comme L'asile 404 ont besoin d'exister et produire. Merci pour votre soutien.
cf : https://www.helloasso.com/associations/quatre-sans-quatre/collectes/asile-quatre-sans-sous


* Pour soutenir la SOS Méditerranée le lien direct pour faire des dons c'est ici : https://don.sosmediterranee.org/b/mon-don

* Pour soutenir la la SCOP-IT (" la coopérative des anciens de Fralib, sur la corde raide " dixit Le Monde) il suffit d'acheter leur infusion plutôt qu'une autre ; pour savoir où en trouver près de chez vous c'est par ici ; sinon vous aussi les soutenir directement par là