Accueil Marseille - Aix Newletter Live In Marseille 27 Mai 2019 : JH 2019
Mardi 25 juin 2019 : 10307 concerts, 25534 chroniques de concert, 5258 critiques d'album.

Newletter Live In Marseille 27 Mai 2019

JH 2019

Johnny Hallyday by Pirlouiiiit 16072006

Bonjour Docteur,

J'ai demandé à vous voir en urgence parce que j'ai un spectre en tête, un fantôme coincé dans le carafon et qui revient périodiquement me tourmenter ! Un truc qui ne part pas et que je n'assume pas du tout : un chanteur mort, que je n'admirais pas spécialement de son vivant, mais qui semble s'obstiner à m'envoyer des cartes postales de l'Au-delà, ou en tout cas de quelque part... Ce chanteur s'appelait Johnny Hallyday, vous le connaissez, et bien sûr, il représentait tout ce qu'un chroniqueur musical (se croyant un rien cultivé en musiques underground et indé) ne devrait surtout pas supporter : trop variété, trop mainstream, aimé de fans dans lesquels je ne me reconnaissais pas du tout, évadé fiscal notoire et pire, coupable de certaines amitiés politiques douteuses sur le tard (alors qu'il avait bien chanté à la Fête de l'Huma, aussi...).

Sauf que voilà, déjà de son vivant, je dois vous avouer que j'admirais en secret la longueur de son ombre, la trace immense de sa légende à venir dans le rock en français (si tant est qu'une telle chose existe vraiment). Et que déjà de son vivant, j'avais franchi par deux fois la ligne rouge, en allant le voir en concert en
2007 et en
2016 (la deuxième fois, invité par un ami cameraman sur la tournée, mais est-ce vraiment une excuse ?). Et qu'à chaque fois, certes je fus quelque peu navré par une bonne partie des chansons, du spectacle et de ses spectateurs... Mais, à mon corps défendant, je fus emporté par d'autres parties, mêmes courtes. Un exemple, La Quête de Jacques Brel, a capella au piano la première fois ? Merde alors, c'était splendide... De l'Amour, superbe chanson de Miossec, interprétée en rockabilly unplugged la deuxième : irrésistible ! Plus d'autres moments moins avouables à base de Marie et autre feux à allumer, dont je ne souhaite pas reparler, Docteur. Ces deux concerts avaient donc été sanctionné par plusieurs chairs de poules (et musicalement on peut se mentir, on peut mentir à tout le monde, mais on ne ment pas à son épiderme, jamais !) Evidemment mes deux chroniques avaient fait bien rigoler les copains (et pas trop énervé les vrais fans), j'arrive donc à les assumer, elles. Mais j'en ai jamais réécouté depuis, je pensais vraiment être passé à autre chose ensuite !

Sauf qu'à sa mort fin 2017, je me suis surpris, moi qui n'ai plus la télé depuis des années, à regarder une partie de la cérémonie d'hommage national en direct. Ce que j'en ai vu, de la ferveur et des larmes des gens modestes ou non, coincés derrière les barrières parisiennes (parmi lesquels ma propre soeur, bac + 8 ou 9, mais aficionada sincère et assumée, dont le chagrin m'a peiné empathiquement), ce que j'ai entendu de rock résonnant dans une grande église, et même de discours national prononcé par not'bon Président (je vous dis tout, hein, Docteur), m'avait quelque peu titillé le système ORL, par moments... Bon, évidemment, je n'ai pas non plus pleuré pour de vrai comme à la mort de David Bowie, et je ne me suis pas saoûlé la gueule comme à celle de Lemmy Kilmister, mais quand même. Et même vous, Docteur, que je sais brute épaisse et fan de Slayer & Megadeth, vous ne sauriez ré-écouter, j'en suis sûr, l'hommage modeste et bouleversant que lui avait rendu François Morel sur Inter, sans vibrer au moins un peu...

Et depuis donc, ça continue à ne pas passer tout à fait. Rien que sur les dix derniers jours ? Deux cartes postales ! Le 12 mai, je suis en famille à un concert de Metallica au Stade de France, je ne pense à rien de spécial et bim ! Deux membres du groupe, des rockstars de metal, san-franciscaines et milliardaires, qui ne devraient même pas connaitre son existence, à Jojo, annoncent en milieu de concert un cadeau pour la France et reprennent Ma Gueule, suivis en choeur par 60 000 spectateurs ravis... et quelque peu chavirés. Du coup, paf, la symbolique, Johnny réinterprété en live au Stade de France, et en plus une chanson que j'avais vraiment découvert que sur scène et que j'aime beaucoup (objectivement, son texte est splendide !), Docteur, et bim, ça m'a picoté à nouveau. D'ailleurs j'étais pas le seul : les journaux n'ont parlé que de ça le lendemain, et je suis sûr que mon camarade Gandalf en a chialé, sur la pelouse...

Le 19 mai, vide-grenier d'école primaire, comme d'hab' je flâne dans les rares bacs de disques hors d'âge et bim ! Un 45 tours me tombe dans les mains : Johnny chantant L'Envie de Jean-Jacques Goldman - une belle chanson aussi, quoi qu'on en dise - enregistré live à Bercy en 1987. Moi qui avais toujours résisté (des centaines de 45 tours à la maison, et quelques uns gratinés, mais pas un de lui !), là, je craque.... Je sais bien Docteur, qu'un 1 € la dose, c'est pas une excuse pour repiquer au truc ! Bien sûr l'orchestration est ultra-datée, la partie emballement rock synthé-guitare au milieu est pathétique, je déteste absolument tout l'emballage du truc. Mais putain, l'animal avait 44 ans à l'époque (...ça me paraît plus tellement vieux, maintenant que je les ai presque aussi...), et il est au top de sa forme : sa voix, son putain d'organe, la seule chose qu'il avait vraiment au final (en plus de sa gueule), sa voix est absolument fantastique et parvient à faire oublier tout le reste !

Alors voilà Docteur, je ne sais pas trop quoi faire, pour l'instant ça va ! En ce moment je prépare mes festivals d'été en écoutant des groupes de pop anglaise confidentielle, tout est redevenu normal ! Mais j'ai peur de la rechute, ou que ça finisse par s'aggraver au fil du temps, si les cartes postales continuaient à arriver... D'ailleurs, c'est pas pour cafter, mais j'ai bien repéré que le camarade Nevchehirlian - artiste distingué et lettré, s'il en est - lui aussi Il rêve de Johnny souvent... Les légendes musicales ne passent pas comme ça. elles nous imprègnent, à notre corps défendant. Faut-il vraiment lutter, Docteur ?

Bonne semaine à toutes et à tous

Philippe

N'hésitez pas à réagir à cette newsletter en écrivant directement à mrmiolito@yahoo.fr qui nous fera suivre


Cette semaine à Marseille

Expo MAC by Pirlouiiiit 25052019
cette semaine si vous allez à un concert au Molotov vous pourrez profiter de la prolongation de l'expo éphémère de la soirée de soutien au peuple de la Machine à Coudre qui melent photo de live ou du lieu (certaines datant de 1997) etles supebres affiches de Olivier Gazol de concert qui ont eu lieu là bas. D'ailleurs si certaines vous plaisent en demandand gentillement à Hazem je suis sûr qu'il vous dira oui, surtout si vous lui demander de ma part ;-)


Quand j'ai vu que je n'arriverai pas à finir le newsletter sans me coucher beaucoup trop tard, et surtout quand j'ai vu que je nous n'avions rien sur l'agenda à vous proposer pour lundi (et même mardi) je me suis dit que je pouvais attendre ce soir (comme ça je peux me coucher 2 soirs tard). Ca n'a pas permis à l'agenda de s'étoffer ce qui est dommage que je crois qu'il y a des choses à l'Inter par exemple ... je vous laisse fouiller sur facebook, dans le Vortex ou sur Marseille Alive ...
 
En attendant si je le pouvais cette semaine je tenterais ou ne raterais pas
 
- ce mercredi un beau plateau bien éclectique avec Brass Koulé (fanfare), Jo Corbeau, RPZ (hip hop) + Elvas (fado) + Mau Mau Collective au Molotov en soutien aux femmes de chambre du NH Joliette en grève (entrée prix libre
- ce jeudi Le guitariste de Sixun, Louis Winsberg confrontera jazz, flamenco, slam et musique... au JAM bien sûr ...
- ce vendredi après le showcase du Duo Impressionniste (L'une est harpiste et artiste de cirque, l'autre est bassiste et compositeur. Il ne sert pas à grand chose d'expliquer leur musique, tant elle semble venir d'ailleurs, de pays qui n'existent pas) au Lollipop Music Store, il suffira de remonter la rue pour tomber sur Ventre De Biche (Sorti du Teenage Menopause Records, il présentera son dernier album "333, Mi Homme, Mi Bête". Un des nombreux projets de Luca, connu aussi pour jouer dans Ass, Club Meth, Sida.) au Marseillais (gratuit)
- ce samedi dilmene entre The Blues Against Youth et le Johnny Barrel Country Club à l'Intermédiaire et le Third Sunday qui s'invite à l'U-Percut pour une grosse fête. Feat Matthieu Fabre au Sax ténor avec John Massa, Cyril Benhamou, Matthieu Fabre, Pascal Blanc, Tomas Tiberi, Claude Sarragossa
- ce dimanche un petit combo Hazel Atlas / Sheezahee chez data suivi d'un Haru Nemuri au Molotov
 
Comme chaque semaine, attention, cette sélection est basée en partie notamment sur la proximité de la salle avec mon domicile et sur les groupes que j'ai déjà vus en concert ... donc soyez curieux et faires votre choix parmi tout le reste disponible sur:
http://www.concertandco.com/ville/marseille-aix/billet-concert-3.htm d'autant que l'agenda se complète au jour le jour en fonction des saisies des salles, programmateurs ou groupes ...
 
Duo Impressionniste by Pirlouiiiit 20012018
Vous la connaissez peut être déjà sous le nom de Katel, vous l'avez sans doute déjà croisé à la basse dans Watch Clan, Hatman Session ou au cirque, ensemble ils foment un duo inhabituel et charmant

 
Et si la date de votre concert ou la programmation de votre lieu favori manquent n'hésitez pas à la/les rajouter via ce lien ici : http://www.concertandco.com/annonce.php

Le disque de la semaine

I am easy to find de the National écouté par Pirlouiiiit

Initié par une demande de collaboration du réalisateur Mike Mills (qui a coproduit le disque et signe un court métrage du même nom que ce dernier), "I Am Easy To Find" est déjà le huitième album studio du groupe The National, qui publie là l'une de ses plus belles et aventureuses réussites dans une discographie pourtant riche de nombreux chefs d'œuvre... Boostés artistiquement par l'intégration d'un nouveau personnage dans le casting de composition, Matt Berninger, Scott Devendorf, Bryan Devendorf, Bryce Dessner et Aaron Dessner en ont profité pour inviter moult chanteuses à partager le micro avec le divin frontman à voix grave officiant depuis les débuts du combo désormais culte. Cette volonté d'ouverture aboutit à une séries de duos, absolument renversants, mettant bien évidement en valeur les talents de Gail Ann Dorsey (qui jouait de la basse et assurait les chœurs chez le très regretté David Bowie), Lisa Hannigan, Sharon Van Etten, Mina Tindle, Kate Stables (du groupe This Is The Kit), Eve Owen et du Brooklyn Youth Chorus. Mais ces voix féminines joliment mises en avant permettent également de prendre conscience, s'il était besoin, du fait que Berninger est un très grand chanteur, qui sait parfaitement réaliser l'exercice du duo, tout en bouleversant en quasi solo tel un Leonard Cohen des années 2000 sur "Not In Kansas" ou encore "Light Years". Ces deux titres beaux à chialer dans son IPA font partie des éclatantes perles figurant sur un disque qui en compte un nombre honteusement conséquent : "Roman Holiday", "You Had Your Soul With You", "Hey Rosey", "So Far So fast", "Rylan", "Dust Swirls In Strange Light", "Quiet Light" etc etc. Sur ce bijou à la fois très sobre et d'une sidérante richesse qu'est "I Am Easy To Find", toute "l'équipe" The National évolue au meilleur de sa forme : Aaron et Bryce Dessner, qui signent les musiques, Matt Berninger, Carin Besser et Mike Mills, qui ont écrit les textes et trouvé les mélodies, Bryce Dessner, qui est responsable des orchestrations, et, last but not least, le groupe au grand complet, qui joue toujours magistralement et a élaboré collectivement des arrangements bluffants...

Liens : www.americanmary.com, www.instagram.com/thenational, www.facebook.com/thenationalofficial, twitter.com/TheNational, www.youtube.com/thenationalofficial, www.beggars.com,
www.4ad.com...

17 mai 2019 (4AD - Beggars France)

Portrait de la semaine

Monsieur Henri by Pirlouiiiit 25052019

La première fois que j'ai photographié Henri Costa dit Mr Henri c'était en 2000 lors de leur concert à la Machine à Coudre avec Old Time Relijun (un concert organisé par le Dépanneur). Depuis j'ai revu les Cowboys un bon paquet de fois ... samedi c'était a priori / peut être / je n'espère pas la dernière fois, d'après ce qu'avait l'air de dire Michel (le chanteur). Du coup j'ai profité d'un petit moment après les balances pour faire cette photo, vite fait, dans le bocal à fumeur du Molotov ...