Accueil Marseille - Aix Newletter Live In Marseille 30 Avril 2018 : Esclavage moderne
Vendredi 17 août 2018 : 11752 concerts, 25130 chroniques de concert, 5221 critiques d'album.

Newletter Live In Marseille 30 Avril 2018

Esclavage moderne

Saga

Parfois une dessin vaut mieux que tous les editos maladroits ... ce n'est pas la première fois que je tombe sur des dessins de Daniel Garcia ... celui là intitulé " Your Own Personal Slaves " me touche particulièrement avec son sous titre " Which of these products do you use? " et les explications de son auteur : " Here's the illustration I've been working on the last few weeks - I wanted to do a piece about all the products we depend on, that are made or reaped by forced labor, child workers, sex slaves, etc. ".

pas grand-chose à ajouter .. si ce n'est que notre confort a un prix et que chaque acte (notamment de consommation) est un choix et qu'il a toujours des conséquences

Pirlouiiiit

N'hésitez pas à réagir à cette newsletter en écrivant directement à mrmiolito@yahoo.fr qui nous fera suivre

Cette semaine à Marseille

Cowboys from Outerspace by Pirlouiiiit 16122016
Difficile de faire l'impasse sur le double concert Cowboys From Outerspace et Deadwood pour les 20 ans de Lollipop Records au Moulin

 
toute la programmation de la semaine (et d'après) c'est par là
http://www.concertandco.com/ville/marseille-aix/billet-concert-3.htm

 
Si la date de votre concert ou la programmation de votre lieu favori manquent n'hésitez pas à la/les rajouter via ce lien ici : http://www.concertandco.com/annonce.php
 
K-méléon (Amorchestra) by Pirlouiiiit 17022018
samedi K-Méléon fera parti des MC de la Hip Hop Connexion 8 au 47 le lieu

Le disque de la semaine

II de Deadwood écouté par Philippe

Rhaaââh... Enfin ! Les mois et les années sont passées depuis la première rencontre du label Lollipop Records et du duo Deadwood (venu jouer en showcase dans le magasin du même nom, bien sûr, devant nos gueules déjà béantes), mais ça valait le coup d'attendre : Violette & Jeremy Deadwood ont enfin sorti très précisément et sur ce label (where else ?), le disque qu'on espérait tellement d'eux... Non pas que le premier fut mauvais, déjà riche en promesses électro-blues, mais il date d'une époque où les Deadwood n'étaient qu'un et donc nécessairement, moins inédit en sensations. Bien évidemment, Mr Jay a réalisé depuis qu'il avait trouvé la voix, The Voice, celle de Miss Vee, qui lui manquait pour cartonner et devenir réellement captivant...
L'album commence pourtant par un trompe l'oeil électro-rock avec basse à l'octave, façon Vive la Fête, sympa mais déjà beaucoup entendu ces dernières années. Tout rentre heureusement dans le désordre dès que les loups garous sont lâchés, à la bascule du morceau : le duo vocal retrouve sa place naturelle (dans les graves, donc), chatouillé par un orgue puis défoncé par une guitare et un Theremin. Puis ses marques sur Run Baby Run, belle cavalcade punk rauque (de plus en plus rauque) - et plus tard sur sa jumelle The Freaks - le genre de choses qui vous mettent une salle en ébullition sans coup férir.
Mais si tout ça est très bien fait, on les attend plutôt au tournant sur leur supplément d'âme : celui du duo horrifique, où le guitariste, grimaçant et trempé, seconde la jolie sorcière au regard fou, doigts crochus et boite à tonnerre, beaux comme des dieux déchus sur une scène zébrée d'éclairs... Précisément ce qui se produit quand le chanteur raconte enfin une Bed Time Story d'épouvante, à la façon de Christopher Lee ! Où le petit carillon (car il y en a toujours un, depuis Danny Elfman) finit noyé dans des nappes de guitares et batteries acides, déchirées de hurlements au moment où, on l'imagine, l'enfer s'ouvre sous nos pieds, au fond de la crypte... Ce long trip horrifique, en plusieurs phases paradoxales (allant jusqu'au hip-hop) serait déjà potentiellement une masterpiece en tant que tel...
Mais il se trouve que les gredins, déchaînés, le font suivre de ce morceau, le fameux, celui qui hante leurs concerts et les nuits qui les suivent, celui pour lequel le collectif LiveinMarseille les a poursuivis partout il a pu (5 chroniques à ce jour) : Sleepless Night ! En version enregistrée, un peu moins écorchée que dans nos souvenirs live, mais un poil plus riche aussi (violons, saxophones, trompettes, plusieurs couches de voix superposées...) se déploie donc cette somptueuse balade toxique où avec un peu d'imagination, on peut voir dialoguer Tom Waits et Shirley Bassey, légèrement éméchés tous les deux comme il convient, sur des nappes de violons façon John Barry. Et relancer encore et encore ce refrain... viscéral et obsessionnel.
Que faire après un tel pic émotionnel ? Par chance ces jeunes gens n'ayant pas du tout l'âge de leurs voix joliment amochées, ils ont également des capacités pluridisciplinaires : on a déjà évoqué l'électro ou le hip-hop, il se murmure que Madame serait même circassienne... Ils s'offrent donc une ultime digression avec Liquor Jack, qu'un Marilyn Manson en forme aurait pu enregistrer (tout en pompant le riff de Baby did a bad bad thing), à condition bien sûr de trouver la muse appropriée, lui aussi. Le tout avant de sortir de sillons délicatement, sur des hululements délicats et instrumentaux (The Owl). Au final, le II de Deadwood est un voyage somptueux comme une forêt pétrifiée, et qu'il nous tarde de retrouver sur scène... et dans nos cauchemars !

2018 (Lollipop Records)

Chroniques de la semaine dernière

* la chronique de la Carte Blanche de Hakim Hamadouche à la Meson par Pirlouiiiit à lire ici

* la chronique du concert de Beth Ditto à l'Espace Julien par Liodegio à lire ici

* la chronique du showcase de Naâman au Moulin par Zulone à lire ici

* la chronique du concert de No One is Innocent à Istres par Lisa à lire ici

* la chronique des Stems au Cherrydon par Gilles B à lire ici

Clip de le semaine

Après :
- General Elektriks,
- Sloy,
- HANK!,
- Stella Pire,
- the Pleasures
- Dominique A
- Vic Chesnutt
- Usken

nous vous proposons cette superbe reprise (en français) de The Mercy Seat de Nick Cave par Jean Louis Chinaski

si le clip n'apparait pas cliquer ici