Accueil Cat Power en concert
Mercredi 15 juillet 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.


La chanteuse américaine Chan Marshall alias Cat Power est considérée comme l'une des plus grandes voix actuelles. Désormais reconnue à sa juste valeur, Chan Marshall continue à creuser le sillon qui la guide depuis ses débuts, celui d'un folk n' blues country soul et donc des racines de la musique américaine... Son fantasme d'enregistrement à Memphis avec des pointures soul ayant été réalisé et réussi au delà de ses espérances avec l'album The Greatest et la tournée avec le Memphis Rhythm Band, Cat Power a poursuivi sa route entre électro pop, rock stonien et folk sidérant avec l'album intitulé Sun, publié en septembre 2012 puis des concerts en 2014 ! Cat Power était en concert au Trianon à Paris le 25 octobre 2018 afin de présenter en live un nouveau disque nommé "Wanderer" (sortie le 5 octobre 2018). En tournée en France en juillet 2019. En concert Salle Pleyel (Paris) le 10 juin 2021 et en tournée française ! (Photo : Boby Allin)

Cat Power : vos chroniques d'albums
Site

Dernière news

Cat Power en concert Salle Pleyel et en tournée en 2021 [Le 10/05/2020] A cause de l'épidémie de Coronavirus, Cat Power annonce qu'elle repousse d'un an ses concerts initialement prévus en France en juin 2020. L'auteure de l'album "Wanderer" sera donc en concert au Stereolux (Nantes) le 4 juin 2021, au Rocher de Palmer (Cénon) le... La suite

Cat Power : les dernières chroniques concerts 10 avis

Cat Power (This Is Not A Love Song Festival 2014)

Critique écrite le 03 juillet 2014, par Pierre Andrieu

Paloma, Nîmes 30 Mai 2014

Cat Power (This Is Not A Love Song Festival 2014) en concert

Beau à chialer des larmes de bonheur dans sa bière, voilà comme était le concert solo de Cat Power dans la grande salle du Paloma de Nîmes le 30 mai 2014 pour le This Is Not A Love Song Festival... A la guitare ou au piano, mais surtout au micro (quelle voix gorgée d'âme, nom de Dieu !), Chan Marshall n'a aucun mal à convaincre malgré le dépouillement du set proposé sur cette printanière tournée française... Certes, son jeu de guitare est souvent approximatif (mais ça on s'en branle, et si ce n'était pas le cas on serait allé voir les grabataires de Deep Purple au Hellfest ou le ridicule branleur de manches Joe Satriani), mais quand on a la chance d'écrire des morceaux aussi beaux et de savoir les chanter avec des cordes vocales produisant des notes aussi poignantes, on part avec un très grand avantage sur la concurrence. Surtout quand, en plus, on maîtrise l'art de l'arrangement décalé et/ou surprenant. C'est donc assez superbe, mais pour s'en rendre compte encore faut-il se donner la peine d'écouter le concert et de se laisser pénétrer par la musique, ce que ne font pas d'innombrables gens qui piaillent et auxquels on aurait volontiers envie de tordre le cou. Passons... En se déplaçant et en évitant les fâcheux, on arrive... Lire la suite

Cat Power + Ólafur Arnalds (Festival Days Off 2011)

Critique écrite le 05 juillet 2011, par Pierre Andrieu

Salle Pleyel, Paris 3 juillet 2011

Cat Power + Ólafur  Arnalds (Festival Days Off 2011) en concert

Cat Power en état de grâce... Extraordinaire concert de l'éternellement surprenante Cat Power - en état de grâce - dans le cadre majestueux de la salle Pleyel à Paris, à l'occasion du festival Days Off... Signe que le show de Cat Power - vue en concert de nombreuses fois de 1996 à 2008 pour des prestations soit réussies soit à moitié ratées, mais toujours illuminées par des instants de beauté uniques - était exceptionnel, deux jours après, on n'arrête pas d'y penser et d'écouter ses disques en boucle. Récit d'un live d'anthologie... Et là, c'est un petit miracle de deux heures qui se produit... Après une super belle première partie assurée par l'hyper doué songwriter pianiste Ólafur Arnalds et ses musiciens - qui offrent au public de mini symphonies instrumentales entre musique classique onirique, pop échevelée et électro étrange, délivrées avec piano, cordes et machines et évoquant Sigur Ros et Radiohead, -, une très longue attente (viendra, viendra pas ? ) s'ensuit... Puis Chan Marshall et ses précieux musiciens, le Dirty Delta Blues avec Judah Bauer de Jon Spencer Blues Explosion, un excellent batteur, un bassiste remarquable et un divin organiste, arrivent sur scène... Et là, c'est un petit miracle de deux heures... Lire la suite

Cat Power and The Memphis Rhythm Band + Franz Ferdinand + Katerine + Mogwai + Stuart A. Staples + Why ? + Islands + Calexico + TV On The Radio + Belle And Sebastian + The Spinto Band + Grizzly Bear + Isobel Campbell & Eugene Kelly + Band Of Horses + Howling Bells + Liars + The Pipettes + You Say Party ! We say Die ! (La Route du Rock 2006)

Critique écrite le 23 août 2006, par Pierre Andrieu

Fort de Saint-Père et Palais du Grand Large, Saint-Malo 11, 12, 13 août 2006

Cat Power and The Memphis Rhythm Band + Franz Ferdinand + Katerine + Mogwai + Stuart A. Staples + Why ? + Islands + Calexico + TV On The Radio + Belle And Sebastian + The Spinto Band + Grizzly Bear + Isobel Campbell & Eugene Kelly + Band Of Horses + Howling Bells + Liars + The Pipettes + You Say Party ! We say Die ! (La Route du Rock 2006) en concert

Encore une édition réussie pour la Route du Rock... Après le succès retentissant de l'année dernière (où tous les records d'affluence avaient été battus, grâce à la venue de The Cure), 2006 restera comme un bon cru au niveau fréquentation (21000 personnes sur les trois jours), et un excellent millésime en ce qui concerne la programmation, le gros point fort du festival malouin. C'est en effet ce "petit détail" qui fidélise le public avide de découvertes électro pop rock ; et donne envie de revenir tous les ans assister à des concerts dans le magnifique cadre naturel que représente Saint-Malo et sa région. On se déplace donc surtout pour voir en live des groupes peu connus et prometteurs sur un site superbe, mais pas forcément, comme le font certains, pour participer au défilé de mode des jeunes parisiens pseudo branchés, avec mèche presque rebelle et uniforme conforme à la collection printemps/été 2006 prônée par les revues à la mode. La collection été de la Route du Rock 2006 a, quant à elle, tenu la plupart de ses (jolies) promesses, permettant de passer trois jours très agréables au fort de Saint-Père (malgré un temps frais) et au Palais du Grand Large... Vendredi 11 août 2006 : Howling Bells : jeunes pousses... Lire la suite

Cat Power + Women And Children + Maximilian Hecker

Critique écrite le 25 mai 2003, par Pierre Andrieu

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 23 mai 2003

Cat Power + Women And Children + Maximilian Hecker en concert

Au programme ce soir à La Coopé, une très belle affiche réunissant la star indé tant attendue Cat Power et deux belles premières parties, Women And Children et Maximilian Hecker. Une affiche qui réservera pas mal de surprises, bonnes ou mauvaises... Maximilian Hecker Comme lors de son épatant concert en première partie de Lloyd Cole en 2002, Maximilian Hecker a réussi à capter l'attention du public avec ses chansons pop. Après quelques morceaux aux claviers, le jeune allemand s'empare de sa guitare pour jouer over, une magistrale ballade figurant sur son premier album, Infinite love songs. Sur ce recueil de morceaux propres à ravir les âmes romantiques, on retrouve aussi Cold wind blowing, que Maximilian Hecker ne manque jamais de jouer sur scène... Ce long et captivant titre est très calme jusqu'à ce que le réservé jeune homme enclenche violemment la distorsion de sa guitare. Le nouveau single Rose est joué à la fin du concert. Interprété aux claviers, il est l'occasion de quelques acrobaties vocales. Le morceau est interrompu quelques secondes avant son dénouement par les hurlements hystériques de Chan Marshall, visiblement fan des chansons de "Maxi" et... du vin rouge. On espère revoir le prometteur Maximilian Hecker avec... Lire la suite

Cat Power : les chroniques d'albums

Cat Power : Wanderer

Chronique écrite le 03/10/2018, par Pierre Andrieu

Cat Power : Wanderer

Toute la musique qu'elle aime, elle vient de là, elle vient du blues... Chan Marshall y met ses joies, elle y met ses peines, et tout ça, ça devient le blues par Cat Power. Après une longue pause peuplée de doutes, de graves problèmes de santé, d'une rupture avec sa maison de disques historique, Matador, et la naissance de son fils, celle qui nous avait séduit dès la sortie en 1996 de son disque de folk blues près de l'os nommé "What Would The Community Think" (où figure son premier "tube", "Nude As The News", que l'on grattouille au coin du feu dès qu'on en a l'occasion... ) et ses premiers concerts (ce show au Printemps de Bourges en 1997 avec Steve Shelley de Sonic Youth à la batterie !) revient à ses amours de jeunesse marquées au fer rouge par le blues, après des essais électroniques plutôt réussis... Dans le dépouillement le plus total (une guitare folk, un piano, pas beaucoup plus), la sublime voix de Cat Power n'en est que plus émouvante, on le savait déjà, mais là on en a une nouvelle preuve éclatante avec ce disque intitulé "Wanderer", où ses vagabondages désespérés se révèlent hyper touchants, c'est un euphémisme. Avec sa voix superbement voilée qui charrie tout son vécu, pas toujours rose, de petite fille... Lire la suite

Cat Power : Sun

Chronique écrite le 04/09/2012, par Pierre Andrieu

Cat Power : Sun

En ce début du mois de septembre 2012, Cat Power décide enfin de faire un tonitruant come back après une longue période sans donner de nouvelles par l'intermédiaire de ses disques (on se souvient quand même d'un très bon concert à la salle Pleyel en juillet 2011)... Son dernier opus, Jukebox, un disque de reprises, date de l'année 2008, et il faut remonter jusqu'à l'année 2006 pour trouver trace d'un chef d'œuvre, avec le superbement soul blues The Greatest. Enregistré et produit quasiment en solo avec l'aide de Philippe Zdar (de Cassius, l'homme qui a mixé le multiplatiné Wolfgang Amadeus Phoenix) au mixage et de son groupe de scène pour quelques guitare, basse, piano et batterie additionnels, Sun est censé être son disque le plus fluide, positif et commercial, sauf que la toujours compliquée Cat Power a voulu jouer seule toutes les parties de ses chansons dans quatre studios différents, et ce après avoir jeté à la poubelle les bandes d'un album entier. Et sauf que la torturée Chan Marshall reste plus que jamais instable, l'album ayant été finalisé lors d'une énième rupture amoureuse. Donc, même si elle semble s'éloigner du son folk blues de ses géniaux albums aux textes dépressifs avec des boites à rythmes Lo Fi, des synthés frais,... Lire la suite

Cat Power : Jukebox

Chronique écrite le 13/01/2008, par Pierre Andrieu

Cat Power : Jukebox

Huit ans après l'inépuisable The Cover Records, Cat Power donne une suite à son chef d'oeuvre The Greatest (paru en janvier 2006) avec un nouveau recueil de reprises admirables. Désormais reconnue à sa juste valeur (on utilise sa musique dans My blueberry nights, un film américain grand public et esthétisant où l'on fait même appel à elle pour jouer un petit rôle), Chan Marshall continue à creuser le sillon qui la guide depuis ses débuts, celui d'un folk n' blues country soul et donc des racines de la musique américaine... Son fantasme d'enregistrement à Memphis avec des pointures soul ayant été réalisé et réussi au delà de ses espérances avec l'album The Greatest et la tournée avec le Memphis Rhythm Band, Cat Power poursuit sa route avec The Dirty Delta Blues Band (featuring Judah Bauer de Blues... Lire la suite

Cat Power : Moon Pix

Chronique écrite le 06/05/2006, par Romain Lanje

Cat Power : Moon Pix

Chan Marshall sort en 1998 "Moon Pix", album relativement plus posé que ses précédents opus, avec une entrée comme samplée à la guitare (American Flag), une touche étrange de lueur dans la voix vient planer sur quelques morceaux. Etrange surprise, donc, quand on connait celle qui quelques albums auparavant grinçait "Great Expectations"... Mais cette tension émotionnelle qui fait la touche de Cat Power... Lire la suite

Cat Power : Vidéo











Cat Power : écoute