Accueil Laure Chaminas en concert
Mercredi 8 décembre 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.


Chanson cabaret à météo variable (du médiéval au punk).
Chanson cabaret à météo variable (du médiéval au punk).

Laure Chaminas : vos chroniques d'albums
Site

Laure Chaminas en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Laure Chaminas : l'historique des concerts

Ve.

22

Oct.

2021

Farouche Zoé en concert
Farouche Zoé + Laure Chaminas Farouche Zoé | Laure Chaminas
Intermédiaire - Marseille (13)

Sa.

03

Oct.

2020

François Billard en concert
Billard/djpp + Laure Chaminas Laure Chaminas | François Billard
Le Non-Lieu - Marseille (13)

Di.

24

Nov.

2019

Monsieur Vertigo en concert
Veromicha Des Rails Laure Chaminas | Monsieur Vertigo
AKDmia del Tango - Marseille (13)

Sa.

23

Nov.

2013

Festival Culture Bar-Bars en concert
Laure Chaminas + Un doigt dans la nuit Festival Culture Bar-Bars | Laure Chaminas
La Maison Hantée - Marseille (13)

Sa.

22

Juin

2013

Fête De La Musique en concert
Le Monde Futur + Laure Chaminas + Hush Hush Fête De La Musique | Fête De La Musique | Hush Hush | le Monde Futur | Laure Chaminas
La Maison Hantée - Marseille (13)

Ve.

30

Avril

2010

Laure Chaminas + Gars De France Gaz de France | Laure Chaminas
La Machine à Coudre - Marseille (13)

Di.

10

Janv.

2010

Ve.

18

Déc.

2009

Cowboys from Outerspace en concert
Cowboys From Outerspace + Lazybones + Les Jolis + Chaminas Band + Elektrolux + The Keith Richards Overdose Cowboys from Outerspace | Elektrolux | Lazybones | Laure Chaminas | Les Jolis | The Keith Richards Overdose
La Machine à Coudre - Marseille (13)

Laure Chaminas : les dernières chroniques concerts 4 avis

15 ans de la Machine à coudre : Lazybones, Laure Chaminas, The Keith Richards Overdose, Cowboys from Outerspace, Elektrolux

Critique écrite le 20 décembre 2009, par Philippe

La Machine à Coudre, Marseille 18 décembre 2009

15 ans de la Machine à coudre : Lazybones, Laure Chaminas, The Keith Richards Overdose, Cowboys from Outerspace, Elektrolux en concert

Nouvelle grosse soirée pour la Machine à Coudre qui ne craint décidément pas la surchauffe en ce moment. Il s'agit cette fois-ci de célébrer dignement les 15 ans de ce lieu, incontestablement le CBGB's de Marseille en tant qu'épicentre de la galaxie rock underground des Bouches-du-Rhône, peut-être bien l'une des plus riches de France et par ailleurs un lieu constant dans son engagement à produire des concerts de qualité à petit prix. L'occasion de saluer aussi les outsiders disquaires du Lollipop Music Store qui fêtent leurs 3 ans déjà ! ce même jour et tiennent également bon la barre, quitte à serrer les fesses pendant les temps difficiles. Je ne pourrai toutefois pas chroniquer le show-case organisé là-bas en début de soirée, auquel j'avoue n'avoir jeté qu'un regard en fonçant dévaliser leur bar en bonne compagnie. Pas plus que ces jeunes peigne-culs des Jolis que j'ai honteusement ratés en ouverture pour cause de timing archi-tendu : vin chaud au Recyclodrôme, asso de recyclage-réemploi rue Chateauredon (qui a offert ce soir une petite machine à coudre Singer à la Machine, ça tombe bien, le lieu n'en avait justement pas beaucoup !) suivi d'un ou plusieurs vins froids à Lollipop, et d'un petit restau sans intérêt. Raté Les Jolis,... Lire la suite

Corde Raide Editions 'Release Party' (Nitwits, Dolipranes, Lo, Chaminas, Lazybones, Le Nain, Backseat Girls, Les Puceaux, Elektrolux)

Critique écrite le 15 mars 2008, par Philippe

Machine à Coudre, Marseille 14 mars 2008

Corde Raide Editions 'Release Party' (Nitwits, Dolipranes, Lo, Chaminas, Lazybones, Le Nain, Backseat Girls, Les Puceaux, Elektrolux) en concert

Soirée bien sympathique, paraît-il pour fêter la sortie d'un nouvel opus dans la déjà très vantée collection des éditions Corde Raide. Enfin bon c'est aussi et surtout un prétexte pour une bonne trentaine de musiciens, de venir rigoler sur scène et en backstage en reprenant chacun son tour trois titres punk, avec plus ou moins de travail de préparation/adaptation avant. On monte dans la fosse à la seconde où terminent les Nitwits (dont on a toujours pensé, et écrit le plus grand bien), on passera donc directement aux Dolipranes, un trio de grands gars minces avec des grands nez, qui jouent très bien de leurs instruments, chantent un tout petit peu moins bien, en tout cas un punk-rock de très bonne facture. Cela dit ils reprennent surtout des titres de stars locales (les Dirty Solex, ça vous parle ? moi non). En tout cas c'est sympa, un petit côté Hatepinks en plus sérieux ... Parlons-en brièvement des Hatepinks tiens, ça sera fait : ils sont là tous les 4 et ne joueront pas ce soir pour des raisons obscures ou plutôt, qui les regardent - quoi qu'il en soit ils auraient eu une occasion unique de jouer unplugged, dommage. Ensuite, l'entrée en scène de Lo vire un peu au gag (Xavier le bassiste n'avait pas compris que c'était à... Lire la suite

Laure Chaminas

Critique écrite le 20 janvier 2007, par Pirlouiiiit

Machine a Coudre - Marseille 19 janvier 2007

Laure Chaminas en concert

Apres avoir passer le début de la soirée chez moi a mettre en ligne des vieilles photos, et la deuxième partie au Cabaret Aléatoire en compagnie des certes lourds mais diablement efficaces TTC, j'ai fait un petit crochet par la rue Jean Roque pour enfin voir le phénomène Chaminas sur scène ... Sa demo m'avait pas mal interloquée ... et je dois dire que sur scène c'est tout aussi troublant. Lorsque j'arrive l'autre groupe programmé ce soir (Molik Country Band) a bien évidemment terminé et Laure Chaminas est déjà sur scène. Accompagné par le fameux Pinky, et dans l'ombre le non moins célèbre J2P elle tient tête a un public plutôt attentif (a une exception près) sagement assis, ce qui contraste pas mal avec sa musique. Elle aussi est relativement statique sur la scène dépouillée, qui parait étrangement grande. Pinky clope au bec ou assis sur son tabouret est très discret. Il assure la guitare électrique lorsque Laure chante et prend l'acoustique lorsqu'elle prend l'électrique.... Lire la suite

Festival du Soleil 2006, Noailles (Yazmen, Vagabontu, Laure Chaminas, On Vend la Caravane, Cap'tain Carnasse et sa Momie, Amar, d'Aqui Dub

Critique écrite le 20 juin 2006, par Mystic Punk Pinguin

Quartier de Noailles - Marseille Du 16 au 18 Juin 200

Festival du Soleil 2006, Noailles (Yazmen, Vagabontu, Laure Chaminas, On Vend la Caravane, Cap'tain Carnasse et sa Momie, Amar, d'Aqui Dub en concert

Le Festival du Soleil, du quartier Noailles de Marseille. Un festival qui plonge dans le coeur populaire du quartier grâce à l'investissement d'asso locales comme le Mille Pattes. Musiques du monde, musiques urbaines mais aussi théâtre de rue, repas de quartier et comme d'habitude une large place faite aux minots. Difficile de faire une chronique de concert car en fait, on se pause rarement. On déambule entre les scènes, les sound system, selon son humeur du moment. Et on déguste les divers punchs des stands, avec cette année une mention particulière au punch-coco du Daki ling. Alors cette année, j'ai dansé sur les Yazmen, groupe cosmopolite, inspiré par l'Afrique du Nord au Sud, de l'Afrique noire au Maghreb, du gnawa au raï. Mais aussi sur cette même grande scène Vagabontu, la fanfare moldave qu'on a plus l'habitude de croiser dans la rue ! Des cuivres, de l'énergie, fidèle à eux-mêmes. Un petit détour devant une énergique battucada féminine, et une pause devant le Daki Ling où après que Laure Chaminas, la troubadour punk, ait éructé son amour des cacahouètes, prend place On vend la Caravane. Concept original, il joue derrière la vitrine pendant que le public est dans la rue. Et bien évidemment l'éclairage est rouge...... Lire la suite

Laure Chaminas : les chroniques d'albums

Laura Chaminas : Is Back

Chronique écrite le 28/02/2006, par Pirlouiiiit

Laura Chaminas : Is Back

Laure Chaminas est une drôle de chanteuse qui sévit du coté de Marseille depuis quelques années déjà avec ses chansons trash mais pas que. On peut rapprocher sa musique d'autres artistes marseillais comme Farouch(e) Zoe pour le coté décalé du chant ou Lux B pour le cote a l'arrache, mais aussi mais aussi aux Little Rabbits (lorsque ceux-ci reprennent Roller Girl de Gainsbourg) ou a Ultra Orange pour les morceaux aux sonorités plus électroniques. Cette demo enregistrée en live a la Machine a Coudre (évidemment qui d'autre prendrait la risque de programmer une déjanté pareille) fait bien ressortir le coté cradingue des morceaux les plus rock. A coté de... Lire la suite