Accueil Sixtine group en concert
Mercredi 8 décembre 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.


Chants de Noël revisités entre jazz, cajun, notes argentines et les Triplettes de Belleville...

Sixtine group : vos chroniques d'albums

Sixtine group en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Sixtine group : l'historique des concerts

Ve.

21

Déc.

2007

Sixtine group Salle Luria - Lurs (04)

Sa.

15

Déc.

2007

Ve.

14

Déc.

2007

Sa.

23

Déc.

2006

Sixtine Group MJC - Rognes (13)

Sa.

22

Juillet

2006

Carrières en Rognes en concert
Yaron Herman + In And Out Le Big Invite Ngqawana + Sixtine Group Carrières en Rognes | In & Out | Yaron Herman | Sixtine group | Zim Ngqawana
Carrières - Rognes (13)

Sixtine group : les dernières chroniques concerts 2 avis

Yaron Herman + Sixtine Group + In and Out le big et Zim Ngqawana (Carrieres en Rognes)

Critique écrite le 31 juillet 2006, par Tom

Carrieres de Rognes 22 juillet 2006

Alors là, dès l'arrivée, je suis bluffé, les anciennes carrières offrent un cadre vraiment magnifique, j'approche de la tribune, la scène est idéalement placée, donnant à l'ensemble des allures d'amphithéâtre naturel. Et puis l'heure du spectacle approche et je suis surpris de voir que tout est presque plein, il reste quelques places par ci par là, sans être pour autant les uns sur les autres, bonne gestion du site. Pourtant avec une entrée à 15€, pour une première, je n'aurai pas cru. Renseignements pris, il semblerait qu'il y avait beaucoup d'entrées offertes... une entrée à 10€ pour tous serait pas mal d'ailleurs. Petite présentation de la soirée par un de nos organisateurs, remerciements pour les sponsors, rien d'extraordinaire, mais c'est normal, on applaudit et on passe au concert... Et bien non, on passe à un autre organisateur, un des musiciens de la soirée, le local de l'étape (pour le citer). Il nous présente les différents musiciens de la soirée et la façon dont ils ont essayé d'organiser la soirée. Là ça commence à devenir long. Enfin il arrive, Yaron Herman, au piano solo. Il se lance, fermez les yeux, on s'envole. En quelques mesures, oubliés les blablas précédents, là on rentre dedans. Très belle... Lire la suite

Yaron Herman + Sixtine Group + In and Out le big invite Ngqawana (Carrieres en Rognes)

Critique écrite le 27 juillet 2006, par Pirlouiiiit

Carrieres de Rognes 22 juillet 2006

Yaron Herman + Sixtine Group + In and Out le big invite Ngqawana (Carrieres en Rognes) en concert

Il y a quelques lieux et/ou assos chez qui on peut se rendre les yeux fermés (mais les oreilles grandes ouvertes), tellement ils nous ont habitué a une programmation de qualité. L'asso BaO (pour Bouche a Oreille) qui gère l'arrière boutique de l'Espace Doun en fait partie. C'est chez eux que j'ai découvert Narrow Terence (dont j'attends le premier album avec impatience), mais aussi Herman Dune ou que j'ai vu pour la première fois Jack The Ripper sur scène. Aussi lorsque ils m'ont parlé de ce festival dans les Carrières de Rognes je n'ai pas hésité. Apres deux soirs annulés pour cause de mauvais temps (dont un soir qui avait l'air bien sympa avec Musard et Misère et Cordes) l'ex carrière et son équipe de bénévole accueille un petit millier de personnes, ce qui est une jolie performance si l'on considère le nombre de festivals de jazz qu'il y a dans la région en ce moment. Au programme ce soir 3 groupes que je ne connais pas mais quelques noms dont j'ai entendu parlé ; dont le fameux Yaron Herman que j'ai déjà ratée deux fois a l'espace Doun. Apres une bonne heure de route (en venant de Marseille) et nous être désaltérés, nous prenons place sur les chaises en plastiques devant la scène. Apres quelques mots d'introduction d'un... Lire la suite

Sixtine group : les chroniques d'albums

Raphael Imbert - Sixtine Group : Peaces For Christmas Peace

Chronique écrite le 18/12/2006, par HFL

Raphael Imbert - Sixtine Group : Peaces For Christmas Peace

Petit Papa, quand tu descendras du ciel, ne l'oublie surtout pas dans les souliers ... Cet album, d'une richesse sans borne, n'est que pure réjouissance. De la légèreté, tout y est. Déjà, la fantaisie. Avec par exemple Santa Claus is Comin' to Town où, sans m'étendre, je relèverai déjà la prise de chorus du vibraphone sur Salt Peanuts, suivi d'un aboiement. Du même acabit, Santa Claus is back in Town, qui nous plonge carrément dans un univers entre "Les Triplettes de Belleville" et "Qui veut la peau de Roger Rabbit ?" ; I'll be home for Christmas, qui charme par son approche très Platters ; ou Frosty the Snowman, où les musiciens s'en donnent tellement à cœur joie que, outre les claquements de mains, on entend quelques chaudes réactions vocales, comme en club. Les cris des uns répondent alors aux cris des autres, et la fusion déjà totale n'en est que plus prenante. Mention spéciale également à la seule lady du groupe, Marion Rampal, qui a... Lire la suite