Accueil Chronique album : KALI YUGA - LE RAP C..., par Olivier Boyron
Mardi 1er décembre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

KALI YUGA : "LE RAP C..."

Rock / acoustic

Critique écrite le 27 décembre 2002 par Olivier Boyron

Un maxi 4 titres de Kali Yuga, un groupe aux promesses ici concrétisées. Puisqu'il nous faut bien définir leur musique, on va employer le terme "hip hop", un terme sur lequel les cinq musiciens de Kali s'appuient pour dé-raper vers des univers aux multiples et agréables reflets. Bien enracinés dans le terreau d'un pourtant difficile quotidien, ils poursuivent le cycle des évolutions tout en se jouant des règles que certains voudraient trop figées. L'ère nouvelle peut enfin débuter...

A l'heure où l'abus de samples, de boîte à rythmes et autres gadgets à la froide technologie nivelle le rap dans un, bien souvent, nouveau conformisme, Kali Yuga marque d'entrée sa différence en renouant avec des instruments aussi efficaces que simples. Une guitare, une basse et une batterie accompagnent ici deux M.C. dans une quasi palpable complicité. La virtuosité de chacun n'a d'égal que leur sensibilité qui explosent toutes deux dans un cocktail plus efficace qu'un tant usité Molotov.
"Ce n'est pas ceux qui crient le plus fort qui se font le mieux entendre" et jamais cette équation n'aura été aussi vraie.

Tels de modernes alchimistes les Kali Yuga nous distillent un Hip hop aux forts accents groove mâtinés de latino et de rock découlant d'une si rafraîchissante source qu'on la voudrait intarissable. Instruments et voix se mêlent parfaitement. La fluidité des paroles porte leur regard lucide et ironique au travers des dédales d'un monde écorchant nos utopies. Ici, en écho à un "Spleen" enfin assumé, la guitare se fait plaintive tandis que plus loin elle s'électrise pour un brillant "Open spirit". Aucune sensation n'est rejetée, mais au contraire elles sont digérées et transcendées au travers de morceaux aux climats aussi divers que nos humeurs. Légers et graves à la fois leurs textes ne se départissent jamais d'un salvateur humanisme qui, bien loin du "paraître" d'un certain show business, renforce encore leur crédibilité.

Kali Yuga c'est un son, un ton et un fond dont l'homogénéité ne donne que du bon. Il y a donc fort à parier qu'il élargissent très rapidement leur déjà fidèle public à des cercles de plus en plus divers. Alors, en attendant que votre route croise la leur, n'hésitez pas à poser et reposer vos oreilles sur leur très réussit maxi

 Critique écrite le 27 décembre 2002 par Olivier Boyron