Accueil Chronique de concert Leonard Kotik
Dimanche 20 mai 2018 : 9633 concerts, 24986 chroniques de concert, 5216 critiques d'album.

Chronique de Concert

Leonard Kotik

Leonard Kotik en concert

La Machine à Coudre, Marseille 18 janvier 2018

Critique écrite le par

Retour à la Machine à Coudre après une absence à durée indéterminée (et un peu honteuse) - fort heureusement ces gens-là ne sont pas du genre à vous regarder de travers quand vous les avez séché depuis probablement plus d'un an, et vous font toujours bon accueil, c'est bien pour ça qu'on les aime... Retour en douceur quand même, et ce soir juste pour un chouette one-man-band que je sentais plutôt bien. Si Leonard Kotik a commencé devant un public peu dense, la petite salle du haut s'est sacrément remplie pendant sa prestation (il a joué vers 22 heures, c'est donc pile là que les gens arrivent ici, c'est bien connu...).

Petit bonhomme du genre secos, à l'air d'abord un peu renfrogné (ou intimidé ?), une mine du genre "toute-façons-tout-le-monde-me-déteste-ou-s'en-fout", avec une casquette et un t-shirt de marin (...ou de vieux punk : si ça se trouve il est les deux à la fois). Il gère avec doigté aussi bien son jeu de guitare (sans fioritures, mais très carré), que le son de celle-ci avec pas mal de pédales (pour faire de son acoustique, une électrique, il en faut !), mais aussi une boîte à rythme, des boucles enregistrées en direct... autant dire qu'il ne s'ennuie pas ! Quoi qu'il en soit il génère un super son, joué au volume idéal, c'est un plaisir à écouter ! Et pourtant Lemmy sait si nos oreilles ont déjà saigné ici... De petits ratés de démarrage à gérer tout ça en même temps, de temps à autre, ne le déconcertent pas, il enchaîne stoïquement.

Certains de ses morceaux sont assez raccord avec l'ambiance Joy Division qui a précédé son arrivée, d'autres sonneraient plus dark wave limite corback, post-punk désabusé, crampsiens mais au niveau du chant - ambiance mélodies et riffs simples, beaux et sombres à la fois, souvent empilés en boucles. Il chante d'abord avec parcimonie, d'une voix râleuse/plaintive assez classieuse, puis un peu davantage et avec de plus en plus d'écho dans son micro. En terme de rythme, on est entre la balade rock un peu énervée, le blues toxique, parfois la marche électrique, alternant des passages légers et de courts et imprévisibles orages soniques distordus, où il nous laisse entrevoir les portes de l'Enfer... Dans le genre, je vous défonce pas la gueule ou les oreilles mais sachez que mais je pourrais, si je voulais... Plusieurs titres se révèlent donc très prenants sur la durée, me faisant taper furieusement du talon, et gigoter aussi le reste de la salle.

L'ambiance prenant bien, le public étant arrivé, la confiance (ou une meilleure humeur) semblent lui revenir peu à peu, et son chant aussi en devient un peu plus gouailleur - on ira pas jusqu'à dire joyeux, quand même. C'est donc tout naturellement qu'il se lancera presque avec le sourire dans un petit rappel, avec un nouveau titre, passé a priori avec brio. A l'issue de son set très plaisant d'environ 40 minutes, la salle est pleine au point que l'oxygène s'y est sérieusement raréfié... Je cède donc à mes bas instincts de quadragénaire et je prends la décision (tout à fait méprisable, j'en conviens) d'en rester sur cette excellente impression. Désolé pour les autres qui ont suivi mais au moins la salle était pleine et bien chauffée pour eux. Et après tout, d'après ce que j'ai vu, Leonard Kotik était la seule personne dans la salle à avoir les cheveux plus gris que les miens...

En bonus : la présentation en V.O. du monsieur, sur sa page bandcamp (à découvrir...) :
LK is one half of the Grrzzz band playing his own feelings. The mood is cold, erratic, accurate and hot. It swims in the swamps of twisted decay and rising blaze. A voice with FX is riding with an electro-acoustic guitar, often burst by Metalzone distorsion. A looper helps to strenghth the sound. It's both strong and fragile matter that walks on a thin string hit by a rainy wind over the void. Oui, bon, c'est à peu près ce que j'ai dit, non ?

Photos : ah, non. pas de vrai appareil, les 3 que j'ai faites sont trop moches, ce serait pas sympa. T'en as pas une ou deux des fois ?

Setlist un peu cryptique (mais merci !) :
Repeat
Ice
I Can't tell
Minotr T
Swan
I am LK
Wsw (Warsaw)
Cure

Encore :
Ch.Sh



La Machine à Coudre, Marseille : les dernières chroniques concerts

Stella Pire + Jawohl Mi Amor en concert

Stella Pire + Jawohl Mi Amor par pirlouiiiit
Machine à Coudre, Marseille, le 24/03/2018
Après superbe concert de Bögö au théâtre du Têtard, pas assez de temps pour aller manger un bout, mais largement assez de temps pour repasser à la maison pour raccompagner notre... La suite

Moondawn + Sirius Void + Moon Rã en concert

Moondawn + Sirius Void + Moon Rã par Philippe
La Machine à Coudre, Marseille, le 16/02/2018
Une absence totale d'illustrations, et un retard phénoménal à l'allumage, vont me permettre de faire seulement une chronique sans doute un peu light. Pas question pourtant de ne... La suite

Catalogue + Walking Idiots + Usken en concert

Catalogue + Walking Idiots + Usken par pirlouiiiit
Machine à Coudre, Marseille, le 02/02/2018
Avant hier j'étais vraiment fatigué ... aussi le truc raisonnable en sortant du gala des glaces (pendant lequel j'ai pu apprécié les talents cachés de certains et me rendre... La suite

HANK! + Allister Sainclair en concert

HANK! + Allister Sainclair par Lacrymoboy
La Machine à Coudre, Marseille, le 14/12/2017
C'est, comme d'hab, avec un certain délai que j'écris la chronique de HANK! qui jouait jeudi dernier à la Machine à Coudre. Et comme d'hab, le temps me semble manquer mais j'ai... La suite