Accueil Chronique de concert No One Is Innocent (release party de l'album Frankenstein)
Vendredi 20 avril 2018 : 10649 concerts, 24950 chroniques de concert, 5210 critiques d'album.

Chronique de Concert

No One Is Innocent (release party de l'album Frankenstein)

No One Is Innocent (release party de l'album Frankenstein) en concert

Bus Palladium, Paris 28 mars 2018

Critique écrite le par



A l'occasion de la sortie deux jours plus tard de son 7ème album, nommé "Frankenstein", No One is Innocent nous proposait de faire la fête dans une salle mythique parisienne, le Bus Palladium. Cette "release party" marque donc le retour aux affaires d'un des plus grands groupes de rock français qui célèbre cette année les 25 ans de son histoire et les 15 ans du duo Kemar - Shanka. Une nouvelle tournée s'annonce également avec les premières dates qui ont débuté en région parisienne quelques jours auparavant et cette caravane contestataire, au grand coeur et aux cinq poings levés passera à nouveau par Paris le 21 novembre prochain, à la Cigale.



Dans cette salle parisienne qui a conservé son âme et son esprit baroque, on retrouve ce soir l'entourage du groupe et notamment ceux qui ont participé de près ou de loin à l'album "Frankenstein" et notamment le label, le producteur Frédéric Duquesne (actuellement guitariste des Mass Hysteria et producteur des MH depuis 2007) ainsi que le tourneur, les amis, copains musiciens, des journalistes et bien évidemment des fans qui n'auront eu qu'à débourser la modique somme de 8 euros pour rentrer, il faut le souligner. Par contre, concernant le prix de la pinte (10 euros) pratiqué par la salle, on peut également en parler mais là, d'une manière négative car c'est un peu honteux.



Il est 21 heures 30, on est 300 personnes à peu près dans l'intimité du Bus quand on voit débarquer tout sourire Kemar, qu'on ne présente plus, Shanka, le guitariste, Popy, le second gratteux et dernier arrivé dans la formation, Bertrand Dessoliers, à la basse, et pour finir Gael Chosson, à la batterie. Une nouvelle page de No One Is Innocent s'ouvre à ce moment-là et elle se nomme "Frankenstein". On le savait d'entrée que cette soirée serait particulière. Ce soir, c'est la fête, c'est le plaisir des retrouvailles et on baigne dans la convivialité, et la bonne humeur. Les No One ont une terrible envie de repartir à l'aventure et de jouer les nouvelles chansons de ce nouvel album qui, comme le précédant "Propaganda", est puissant, compact, sévèrement burné et efficace de bout en bout.



Après une intro qui couvre l'entrée des artistes, on prend notre premier coup de poing avec un premier extrait du nouvel album, "Desperado", et on enchaine avec la même puissance par un "Silencio" d'enfer, un extrait du précédent skeud, "Propaganda". On est bien dans la même veine sur ces deux derniers albums et ce fameux "Frankenstein" sera bien à la hauteur du précédent, qui fut considéré à sa sortie en 2014 comme étant un des meilleurs albums de No One is Innocent. On poursuit en piochant à nouveau dans "Propaganda" avec le très remuant "Kids Are On The Run" qui nous fait sauter comme des kangourous.



Suite à cette entrée remarquable, les No One vont enchainer les reprises et nous rappeler que ce soir, c'est une date particulière. Cette "release Party" a été organisée avant tout pour fêter ce nouvel album, pour s'amuser entre copains et partager, crier, hurler notre passion commune pour le rock et la musique en général. Parmi ces 10 reprises bien balancées en forme de vibrant hommage à des groupes qui ont marqué leur vie, on se souviendra longtemps de celle de Kim Wilde et de son célèbre tube "Kids In America" tellement elle fut excellente, et marrante par-dessus le marché. C'est Alex (chant/guitare) des Sticky Boys et sa voix caverneuse à la Lemmy qui se chargera du chant. Sur la petite scène du Bus Paladium, on retrouvera également à ce moment-là le bassiste des Sticky Boys. Plus tard, dans la soirée, on entendra au chant sur un cover de Devo l'ami Arno Futur. Durant ce joyeux bordel, Popy et Shanka auront également l'occasion de tenir le micro. Tout le monde s'éclate et Kemar, entre autres, s'amuse comme un gamin.



C'est si bon de vivre un tel moment qu'on a la grosse banane. Kemar dégueule d'amour, d'envie, de rage et il semble que le temps n'a pas d'emprise sur lui. Entre chaque morceau ou presque, on s'embrasse, on se fait des bises et on remercie à tout va. On va finir par 4 morceaux surpuissants de No One. C'est l'hymne du groupe, "La Peau", sorti en 1994 qui démarre cette série puis ils enchaineront sur leur nouveau tube "Ali (King of the Ring)" qui déboite vraiment puis on finira par le fracassant "Charlie" qui nous secouera à nouveau terriblement. En dernier morceau, on conclura par une nouveauté très prenante "La Gloire du marché". Il est 23 heures et le groupe nous salue, serre des poignes, nous remercie d'être venu lui faire la fête et nous donne rendez-vous sur une prochaine date pour un véritable concert (enfin, sans toutes ces reprises) et notamment ce fameux 21 novembre 2018 à la Cigale qui nous fait saliver d'avance.

On vous prévient, les No One is Innocent reviennent en excellente forme et toujours avec les mâchoires serrées. C'est clair, ce n'est pas avec ce monde peu reluisant qui se dégrade de jour en jour que les garçons vont desserrer les dents. Ce soir, on s'est vraiment éclaté, merci les garçons ! On vous souhaite une très belle tournée !



Remerciements à Marie Monrose et VERYGROUP

Set list :
Desperado (nouveauté)
Silencio
Kids Are On The Run
Down on the Street (The Stooges cover)
Kick Out The Jams (MC5 cover)
Bullet in the Head (Rage Against the Machine cover)
Tire Me (Rage Against the Machine cover)
Holiday (The Subways cover)
Territorial Pissings (Nirvana cover)
Kids In America (Kim Wilde cover) (with Sticky Boys)
20th Century Boy (T. Rex cover)
Paranoid (Black Sabbath cover)
Frankenstein(nouveauté)
Mongoloid (DEVO cover) (with Arno Futur)





No One Is Innocent : les dernières chroniques concerts

Tagada Jones + No One Is Innocent en concert

Tagada Jones + No One Is Innocent par Sodis Xiii
L'Usine, Istres, le 28/04/2017
En cette période électorale, les deux groupes phares et bruyants de la scène punk rock française sont sur la route pour une mini-tournée, afin d'éveiller les consciences mais aussi... La suite

Du Bruit sur Paris avec No One Is Innocent, Tagada Jones, les Shériff  en concert

Du Bruit sur Paris avec No One Is Innocent, Tagada Jones, les Shériff par Lebonair
Elysée Montmartre, Paris, le 22/04/2017
Le samedi 22 avril dernier, veille des élections présidentielles, s'est tenue une soirée exceptionnelle à l'Elysée Montmartre. L'évènement "Du Bruit sur Paris" réunissait à... La suite

No One Is Innocent, Beat Says en concert

No One Is Innocent, Beat Says par Marcing13
le Moulin Marseille, le 08/12/2015
Ce soir le Moulin a fait le plein pour accueillir No One Is Innocent. En 1ère partie Beat Says délivre un Funk Rock assez classique. Leur set sera écourté la faute a une grosse... La suite

No One is Innocent en concert

No One is Innocent par Cedmcvsdiego
Rock School Barbey - Bordeaux, le 05/11/2015
Le groupe de fusion No One Is Innocent reprend la route en 2015 afin de défendre son récent album "Propaganda" bien plus réussi que "Drugstore", son prédécesseur datant de... La suite

Bus Palladium, Paris : les dernières chroniques concerts

Lussi in the Sky en concert

Lussi in the Sky par Arnaud D
Bus Palladium - Paris, le 13/12/2013
Mais que fait un sudiste un vendredi soir sur Paris ? Qui plus est, un vendredi 13, jour de bonheur ou de malheur selon les croyances ! Et bien, ce sera un jour de bonheur et on va... La suite

Interview de <i>RECOIL - Alan Wilder</i> en concert

Interview de RECOIL - Alan Wilder par Floribur
Bus Palladium - Paris, le 23/04/2010
Prélude à la Strange Hour, un Strange Day pour moi, ce vendredi d'avril. Je m'étais retrouvé pour les besoins "matériels" de l'interview du soir (un enregistreur de secours, merci... La suite

RECOIL - A Strange Hour with Alan Wilder & Paul Kendall en concert

RECOIL - A Strange Hour with Alan Wilder & Paul Kendall par Floribur
Bus Palladium - Paris, le 25/03/2010
Si on m'avait dit qu'un jour je rencontrerais Alan Wilder dans le bus, je ne l'aurais pas cru. Encore moins dans un bus en forme de boîte. De nuit ; Et pas de jour mais je parlais... La suite

Julia Kent en concert

Julia Kent par Lantin
Le Bus Palladium - Paris, le 22/01/2010
Un premier album joué dans une salle mythique qui réouvrait pour la première fois. Un pari risqué pour les organisateurs. Un pari réussi pour l'artiste, très connue pour sa... La suite