Accueil Chronique de concert Ours + The Revel + Chris Shinn
Mercredi 19 février 2020 : 10823 concerts, 25924 chroniques de concert, 5287 critiques d'album.

Chronique de Concert

Ours + The Revel + Chris Shinn

Ours + The Revel + Chris Shinn en concert

Gramercy Theatre - New-York City (USA) 29 novembre 2019

Critique écrite le par



OURS : LE RETOUR !

Que le spectacle commence...

Grand frisson alors que la lumière s'éteint dans le Gramercy Theatre de New-York peu après 21h30 ; Ours est enfin de retour... Le groupe entre sur scène sous les cris des fans et les premières notes de "Razor" retentissent (nouveau titre du prochain album "Spectacular Sight III"). Puis apparait Jimmy Gnecco, l'essence du groupe, habillé et maquillé de noir, dans sa longue veste en cuir rouge. Ce Méphisto du rock dans son habit de maître de cérémonie démoniaque n'aura ce soir-là aucun mal à collecter l'ensemble des âmes présentes dans la salle, tant le public semble acquis à sa cause dès le premier morceau. Il est vrai que cela faisait des années que les fans espéraient le retour au complet du groupe sur scène.



... avec un nouveau groupe...

Si Ours a sorti un nouvel album en novembre 2018 ("New Age Heroine II"), la tournée promotionnelle qui avait suivi l'album avait été assurée par Jimmy Gnecco en mode solo acoustique, accompagné sur certains titres par April Bauer, la claviériste du groupe (et pour certaines dates par Hannah Gernand au chant). Ses concerts, aussi poignants que magnifiques (superbe moment à Washington DC en janvier 2019), déclinaient une version sobre de la musique de Ours, plus proche de l'esprit de l'album solo de Jimmy Gnecco ("The Heart"), que de la version "gros rock" attendue par certains fans.



Pour son retour aux affaires, Jimmy Gnecco s'est entouré d'un groupe quasi entièrement remanié. Ainsi, en dehors d'April Bauer, fidèle compagne de route depuis des années, tous les autres musiciens sont nouveaux. Exit notamment Static et Race aux guitares, ainsi que Chris Goodlof à la basse. A leur place, du sang neuf et bouillant apporté par des jeunes recrues : les frères Iasiello (Chris à la batterie et Mikey à la guitare) et Carmelo Risquet (à la basse). Ce nouveau groupe est bien en place dès cette première date. On ressent qu'une véritable alchimie se produit entre Jimmy et cette nouvelle mouture de OURS.

N'en déplaise à certains (très attachés à d'anciens membres du groupe), il semblerait que Jimmy ait trouvé là les parfaits artisans pour bâtir l'énorme mur du son qu'il avait en tête (grosses guitares, basse bien rentre-dedans et batterie monumentale - mention spéciale à Chris qui a beaucoup impressionné avec sa frappe puissante, le tout enveloppé par les nappes de clavier d'April). Si ce mur peut paraître infranchissable au premier abord de par sa puissance brute, la voix de Jimmy parvient pourtant, en le caressant, puis en s'envolant, à s'élever au-dessus de celui-ci.

Ours emporte l'adhésion du public, qu'il emmène avec lui pour ce voyage musical concocté pour cette soirée à New-York. Sur plusieurs titres, la jeune protégée de Jimmy, Hannah Gernand, vient enrichir le son en assurant de magnifiques parties vocales où la force de sa voix n'a d'égal que la force de l'émotion qu'elle procure. En sa personne, Jimmy semble avoir trouvé la parfaite compagne de jeu pour lui répondre vocalement, tant et si bien que leurs voix s'entremêlent jusqu'à se fondre, et se confondre parfois. Jimmy semble avoir une telle confiance en ses capacités vocales qu'il lui laisse une grande place sur "Burn" (qu'elle chante d'ailleurs sur son propre premier single sorti l'an dernier), ainsi que sur "Kill the band", qui ne doit pourtant pas être, vocalement parlant, un des morceaux les plus faciles du groupe.

... pour du rock pur et dur (mais pas que) ...

Pour ce concert, le ton est donné dès les premières notes : la soirée sera placée sous le signe du rock, du très gros rock, musclé, mais mélodique. Un concentré d'énergie brute, parsemé d'émotions en tous genres, qui s'adresse à vos tripes tout autant qu'à votre cœur.

La part belle est donnée aux nouvelles chansons, puisque pas moins de huit titres du prochain album, "Spectacular Sight III" sont joués ("Razor", "See the light", "Screaming out", "Across the clouds", "From where you are", "Burn", Slipping away", "You are the answer").

Pour autant, le groupe n'oublie pas les albums précédents, qu'il s'agisse de "Distorted Lullabies", le premier album du groupe (trois titres enchainés dans la première moitié du concert : "Fallen souls", "Drowning" et "Here is the light" ; puis "Sometimes" peu avant la fin) ; "Precious", le deuxième ("Kill the Band" chanté non pas par Jimmy, mais par Hanna Gernand) ; "Mercy", le troisième ("Willing") ; "Ballet the Boxer I", le quatrième ("Devil" et "Fall into my Hands") ou encore "New Age Heroine II", le cinquième ("Fly", "Pain Aside" et "New Age Heroine").



...qui sonne le grand retour de Ours

Peu avant la fin du concert, Jimmy remercie les artistes qui ont assuré les deux premières parties :

- Le groupe de rock The Revel, emmené par les frères D'Antuono (originaires du New-Jersey, tout comme OURS) qu'on croirait tout droit échappés d'un épisode des Sopranos. Le show proposé par ce groupe est très énergique. Du bon gros classic rock balancé comme il se doit, telle une boule de flipper marquant des points à chaque riff asséné, solo ciselé et cri poussé. A noter que leur premier EP "Don't let me go" a été co-écrit, enregistré, produit et mixé par Jimmy Gnecco.

- Chris Shinn (ancien guitariste et chanteur des groupes Unified Theory et Live) et son groupe, avec lesquels Jimmy indique qu'il voulait être sur scène depuis longtemps. Au menu un rock alternatif teinté de grunge qui a clairement fait son effet sur le public. De belles mélodies, une vraie énergie, le tout porté par une voix bien présente. Sur une note humoristique, Jimmy remercie Chris d'avoir joué plus longtemps que prévu, le poussant ainsi à raccourcir son set en raison d'un couvre-feu imposé par la salle, et lui permettant par la même de préserver un peu sa voix.

Après ces remerciements, le groupe s'attaque à "Fall into my hands", la chanson qui clôturait à merveille l'album "Ballet the Boxer I" pour remplir le rôle de clap de fin à ce concert magnifique ; un choix judicieux qui résonne comme un point d'orgue à cette soirée.

A l'issue de celle-ci, le groupe, tout sourire, remercie très chaleureusement le public qui, de son côté, salue par ses applaudissements ce retour plus que réussi du groupe.

Reste à attendre désormais d'éventuelles dates européennes si vous ne pouvez pas aller les voir aux Etats-Unis. Immanquable en tout cas et très chaleureusement recommandé !

SETLIST :

Razor (Spectacular Sight III)
See the light (Spectacular Sight III)
Screaming out (Spectacular Sight III)
Devil (Ballet the Boxer I)
Wounds of love (Spectacular Sight) [w/Hannah Gernand]
Fallen souls (Distorted Lullabies)
Drowning (Distorted Lullabies)
Here is the light (Distorted Lullabies)
Across the clouds (Spectacular Sight)
From where you are (Spectacular Sight III) [w/Hannah Gernand]
Fly (New Age Heroine II)
Pain aside (New Age Heroine II)
New Age Heroine (New Age Heroine II)
Willing (Mercy)
Burn (Spectacular Sight III) [w/Hannah Gernand]
Slipping Away (Spectacular Sight III) [w/Hannah Gernand]
You are the answer (Spectacular Sight III)
Kill the band (Precious) [w/Hannah Gernand]
Sometimes (Distorted Lullabies)
Fall into my hands (Ballet the Boxer I)



http://www.ours.net/
https://www.facebook.com/oursmusic