Accueil Satanicpornocultshop en concert
Lundi 10 mai 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.


Collectif d'Osaka, Satanicpornocultshop donne vie à un patchwork dadaïste et délirant. Leur mix combine électronique, hip-hop, disco des années 80, pop et folklore japonais. Ces adeptes du collage musical, proposeront une véritable performance sonore et visuelle. Au programme : set dj, vj live et théâtre de marionnettes.

Site

Satanicpornocultshop en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Satanicpornocultshop : l'historique des concerts

Ma.

02

Oct.

2007

Satanicpornocultshop Palais de Tokyo - Paris (75)

Me.

30

Nov.

2005

Satanicpornocultshop Montévidéo - Marseille (13)

Satanicpornocultshop : les dernières chroniques concerts 2 avis

satanicpornocultshop

Critique écrite le 06 août 2007, par raymond r

Paris la villette 06 juin 2006

Ennuyeux, facile, la musique est en play-back (pseudo lap-top) et le reste n'est que clichés, exotisme et mépris...

satanicporncultshop

Critique écrite le 01 décembre 2005, par royalbidet2

montévidéo, marseille 30 nov 2005

Dernier concert de la série des oneshots orchestrés par Montévidéo (merci à eux pour faire venir des groupes (extremement) rares en France et à marseille, comme Melt Banana), foule des grands soirs, mais plus hétéroclite (et alternative) que d'habitude. Au programme deux sets du collectif japonais SPCS, plutôt habitué au clubbing déjanté, entrecoupé par un spectacle de marionnettes(?), voyons voir ... ça commence par un DJ set en solo, soutenu par un VJ. Ambiance tranquille au départ pour chauffer, puis, rapidemment, on rentre dans un truc plus cassé, rythmes bancals superposés, voix broyées, un peu dans la veine du dernier excellent album de Mr Oizo. Zapping arbitraire sophistiqué et brut, servi par un japonais au petit sourire en coin figé. Ca fuse, le son est très bon, ça aurait mérité un quart d'heure de plus; on sent que le public a envie de faire la fête, mais on se retient, on est dans un auditorium quand même, faut pas déconner. On enchaine avec les marionnettes du même collectif, et là, stupeur: manips à vue à l'arrache, drap qui se casse la gueule, histoire plutôt classique (un perso avec un nez-bite entreprend un voyage initiatique, combat des monstres, et finit écrabouillé par une comète... Lire la suite