Accueil Chronique album : Algiers - There Is No Year, par Pierre Andrieu
Lundi 18 octobre 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

Algiers : "There Is No Year"

Algiers :

Pop - Rock / GospelPunk

Critique écrite le 17 janvier 2020 par Pierre Andrieu


Même s'il a déjà joué au Stade de France (il a assuré la première partie de Depeche Mode à Saint-Denis, comme sur une dizaine de dates en Europe en juin et juillet 2017), le groupe américain originaire d'Atlanta Algiers reste encore trop méconnu alors qu'il sort son excellent troisième album, "There Is No Year", un sidérant mix futuriste de rock, gospel, soul, electro, noise, R&B, indus, jazz et punk. Il faut dire que, comme le laissent supposer les "ingrédients" utilisés dans sa musique, le combo formé par Franklin James Fisher, Ryan Mahan, Lee Tesche et Matt Tong se plaît à chercher de nouvelles pistes pour le rock en faisant moult expérimentations en studio. C'est une très bonne idée pour créer des titres qui tuent, certes, mais ce n'est pas exactement le meilleur moyen de vendre des disques à court terme. Quoique, comment résister à un tel déploiement de talents concentré en un seul disque ? Sur "There Is No Year", la superbe voix, très soul, de Franklin James Fisher et les textes intelligemment politisés (plus "Black lives matter" que "Make America great again"... ) se marient impeccablement avec l'impressionnante qualité de l'écriture des morceaux, une science des arrangements assez bluffante et une parfaite maîtrise des instruments (ce qui permet en plus de proposer des concerts très excitants !). Produit de mains de maîtres par le duo Randall Dunn/Ben Greenberg et patiemment enregistré à New York de 2017 à 2019, le troisième disque d'Algiers bénéficie, en plus d'un song/soundwriting exceptionnel, d'un gros son et d'une production aux petits oignons, ce qui devrait permettre sous peu une reconnaissance planétaire amplement méritée. Car, pour les êtres humains dotés de systèmes auditifs en état de marche, il sera assez difficile de ne pas succomber à l'électro soul teintée d'indus et de noise de "Dispossession" et "There Is No Year", à la pop hybride de "Hour Of The Furnaces", au trip hop 2.0 de "Losing Is Ours", au rock synthétique tubesque d'"Unoccupied", au R&B industriel lardé de jazz de "Chaka" ou encore au punk gospel de "Void" ! Grand disque par un grand groupe.

Algiers sera en concert à Barbey Rock Shool (Bordeaux) le 3 mars 2020, au Stereolux (Nantes) le 4 mars et à La Maroquinerie (Paris) le 5 mars, infos et billets ici...



Liens : www.facebook.com/Algierstheband, algierstheband.com, www.instagram.com/algierstheband, twitter.com/AlgiersMusic,
algierstheband.tumblr.com, www.beggars.com...



17 janvier 2020 (Matador / Beggars France)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 17 janvier 2020 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu

Algiers : les chroniques d'albums

Algiers : The Underside Of Power

Algiers : The Underside Of Power par Philippe
21/09/2017
Le gospel et le rock, en partie consanguins à leurs origines, sont souvent mariés pour des raisons évidentes : le premier apporte le prêche endiablé, le deuxième y ajoute l'énergie électrique qui décuple la force du message... Le dernier exemple en... La suite