Accueil Chronique album : Metallica - Some Kind Of Monster / DVD, par Philippe
Samedi 12 juin 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

Metallica : "Some Kind Of Monster / DVD"

Metallica :

Metal - Hardcore

Critique écrite le 01 janvier 2007 par Philippe

M'étant (encore) fait traiter de vieux hardrockeur sur le retour par d'autres auteurs de ce site, j'ai une légitime revanche à prendre - ce rockumentaire sorti en 2005 et que je viens de voir tombe donc on ne peut mieux, d'autant qu'il est assez passionnant ! Venu faire un simple making-of du nouvel album, le cinéaste a du déchanter bien vite : le groupe Metallica, comme qui dirait inventeur du thrash metal et auteur de, entre 1 et 6 albums sublimes (selon les goûts, moi je dirais 3), a touché en 2001 au point de non-retour : après 20 ans d'existence, ses deux fortes personnalités ne pouvaient à peu près plus se sentir. Car si les trois piliers de Metallica ne sont de loin pas aussi stupides que ceux de Spinal Tap (à qui ils ont pourtant ressemblé dans leur époque "caniche" des maudites années 80), ils sont au moins aussi égocentriques.
A ma gauche James Hetfield, frontman, grand gaillard tatoué, autoritaire et fort en gueule, genre impulsif capable de plaquer le groupe en répétition pour partir en vacances en Russie. A ma droite le petit Lars Ulrich, batteur émérite (le seul que j'aie vu de mes yeux faire un solo en courant autour de la batterie) mais sacré emmerdeur dirigiste, lui aussi. Au milieu pour compter les points, le bassiste Jason Newsted ayant claqué la porte (ce qui a bien fichu la pagaille), ne reste que le doux Kirk Hammett (pourtant redoutable guitar hero) qui préfère s'esquiver en allant faire du surf...
Le début du film est assez pitoyable : incapables de s'écouter, ils essayent péniblement d'enregistrer entre deux engueulades ce que n'importe quel metalleux un peu averti reconnaît comme de la merde en boîte. La seule chose qu'ils trouvent à faire est de recruter un psy pour sportifs (à 40 000 $ par mois), en espérant régler le problème de leur absence totale d'envie de jouer ensemble. Evidemment la première étape aurait logiquement été de désintoxiquer Hetfield, alcoolo notoire... ce qu'ils feront dans la douleur : il s'absente plusieurs mois, refusant de parler à Ulrich, laissant les autres douter - excellente mise en lumière du processus de split, ici évité vraiment de justesse.
Pendant ce temps un autre coup dûr : Lars Ulrich s'est senti investi de la mission de défenseur des artistes contre Napster. Résultat, un procès retentissant et une haine tenace de certains fans, qui piétinent en public des albums de Metallica (mais pas les meilleurs, juste Load et Reload, pas fous les mecs). Problème qui vient encore un peu destabiliser le groupe qui tente de répéter en respectant les horaires de la cure de désintox du chanteur, celui ci ne supportant pas que les autres travaillent sans lui. Autre moment touchant, les retrouvailles avec Dave Mustaine, membre du quatuor d'origine, viré il y a vingt ans et vivant toujours dans le regret et le doute malgré sa petite affaire florissante (Megadeth, 15 millions d'albums vendus...). Beaucoup plus tard, la thérapie collective finit par porter ses fruits : ils finissent par détester unanimement l'intrusion du thérapeute tout en reconnaissant qu'il leur a fait un bien immense (ce que je crois être à peu près la définition d'une analyse réussie).
Le fait de recruter un nouveau bassiste, après un défilé impressionnant du gotha du metal, en la personne du bel enfant Robert Trujillo (une bestiasse aux doigts diaboliquement groovy issu de Suicidal Tendencies), achève de les ressouder. Ils sont alors prêts à retourner à la rencontre de leur public, qui témoigne d'un retour d'affection à la hauteur de la 'brouille Napster'. L'extraordinaire scène de leur retour à Rock am Ring, temple du metal, dans une ovation incroyable et sur une musique d'Ennio Morricone, donne littéralement le frisson, même si rien ne dit que ces retrouvailles vont pouvoir durer (en tout cas le groupe tournait toujours, fin 2006).
On pourrait imaginer le film réservé aux amateurs de metal, aux fans du groupe, qui en effet sont gâtés en extraits de studio et de live, montrant Metallica en train de faire parler la poudre (rappelons qu'ils sont les meilleurs dans leur catégorie). Cela dit derrière cette histoire singulière, il y a toute la difficulté du processus créatif collectif, problème qui doit se poser chez à peu près tous les groupes. Et puis une immersion intéressante même d'un point de vue technique, quand on est pas ingé'son : on voit à quel point Protools rattrape les cafouillages et on comprend mieux que tant de groupes soient si mauvais sur scène alors qu'ils sonnent excellemment sur album.
Une réflexion enfin sur la difficulté d'un groupe à s'inscrire sur la durée (il n'y en a pas tant qui tiennent si longtemps, sans départs ni arrivée). Et le plus fort pour conclure, c'est que de toute cette pénible période de doute (mais matière à cet excellent reportage souvent digne de l'émission Strip-Tease) est finalement sorti en 2003 un excellent album de garage metal, retour aux fondamentaux du groupe, le dépaysant et explosif St Anger que je chroniquerai (oui c'est une menace) à la prochaine insulte anti-metalleux que je subirai.
(2007)
Vignette Philippe

 Critique écrite le 01 janvier 2007 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe

Metallica : les chroniques d'albums

Metallica : Hardwired ... To Self Destruct

Metallica : Hardwired ... To Self Destruct par Philippe
28/11/2016
Retour en grande forme en 2016, pour les San-Franciscains de Metallica ! Depuis leur précédent - et excellent - Death Magnetic (huit ans déjà !), les aficionados ont bien eu des nouvelles régulières, d'abord via le mal-aimé (mais pas inintéressant !)... La suite

Metallica : Through The Never

Metallica : Through The Never par Philippe
06/11/2013
30 ans après ses débuts, le navire-amiral du metal, celui de Metallica, flotte toujours, malgré de sérieux coups de tabac essuyés sur la dernière décennie : parti de vraiment très bas, le groupe a fait un come-back flamboyant pour lequel les fans ont... La suite

Lou Reed & Metallica : Lulu

Lou Reed & Metallica : Lulu par Philippe
01/12/2011
D'après ce qu'on a pu lire à propos de cet album, le monde des chroniqueurs mainstream de 2011 (Libéraminrocks) se divise en deux parties (à l'exception notable de Rock'n'Folk) : ceux qui ne connaissent rien à Metallica... et ceux qui ne connaissent... La suite

Metallica : Death Magnetic

Metallica : Death Magnetic par Philippe
17/09/2008
Avis à la population, Metallica a fini sa crise d'adolescence et l'a d'ailleurs brillamment démontré en août à 26000 ch'tis d'adoption, ivres de bonheur à Arras. Restait à prouver pour la bande renouvelée et ressoudée qu'elle repartait du bon pied.... La suite