Accueil Chronique album : Spook and the Guay - Ocho Rios, par Fulco
Mercredi 27 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

Spook and the Guay : "Ocho Rios"

Rock / reggae rock

Critique écrite le 13 mars 2000 par Fulco

Après un premier album explosif, les toulousains de Spook and the Guay reviennent avec une deuxième galette surprenante. A l'image des premières notes qui entament le disque sur un air d'accordéon, le moins que l'on puisse dire c'est que les Spook renouvellent leur répertoire ! (rassurez-vous ils ne se sont quand même pas embarqués dans le bal musette). Si l'esprit et les textes demeurent résolument rock, le contenu musical prend une orientation majoritairement reggae. Ce qui n'était qu'une composante d'un mélange musical à base de ska-rock latino, devient l'ingrédient principal de ce nouvel opus. Déclinées sous différentes formes, les sonorités jamaïcaines sont présentes sur de nombreux morceaux. La collaboration artistique avec Dr Ring Ring et Mad Professor atteste de la volonté d'évolution des Spook.
Le premier se fait l'embassadeur d'une scène germanique méconnue en France, le second confirme ses talents de maître-ès-dub spécialisé dans le mixage hypnotique. Notons aussi parmi les différentes interventions extérieures au groupe, la participation vocale de Bernado Sandoval qui témoigne de la vitalité de la scène musicale toulousaine.
Le résultat est un skeud déroutant pour une partie rock, un peu sectaire, de leur public, mais terriblement mature en ce qui concerne le son. Alors que "Mi Tierra" était une retranscription de la fougue scénique des Spook, "Ocho Rios" reflète la qualité et la richesse des compositions.
En ce qui concerne les textes, l'utilisation du français rend plus explicite le message. S'il demeurent similaires à ceux assenés en anglais ou espagnol, ils interpellent directement l'auditeur. Ils dressent un bilan sans fard de la mondialisation économique, génératrice d'un flot toujours croissant de précaires, sacrifiés sur l'autel du profit tout puissant. Au total, on a un disque qui tranche singulièrement avec le côté festif et survolté de la première heure, mais qui séduit allègrement par son ouverture musicale. .
Spook and the Guay : Ocho Rios (1999).
(Mr Loyal-MSI) Fulco, février 2000

 Critique écrite le 13 mars 2000 par Fulco

Spook And The Guay : les chroniques d'albums

Spook And The Guay : VIDA SONORA par Jeanjean
07/09/2004
Ben voilà, nouvel opus, nouvelle surprise ! Décidément, les toulousains n'en finissent pas de surprendre et confirment leur décalage (avoué) avec cette sympathique mais parfois gonflante (parce que caricaturale) scène "festive" française. En tournant... La suite

Spook and the Guay : Live par Rudy
08/04/2001
Franchement, pas de surprise à l'écoute de cette petite galette (6 titres) des toulousains de Spook, si vous hésitez encore, allez donc les voir en concert, sinon procurez vous vite ce CD qui transmet l'énergie du groupe en concert.Les versions live... La suite

Spook and the Guay : Ochos rios par Jovialeximur
28/03/2000
Formidable, même si celui-ci est différent du dernier, ils ont toujours autant de pêche à revendre. Un groupe composé de types très cool. Il permette même de monter sur scène avec eux (sympa non?).A surtout ne pas manquer ainsi que l'ancien "Mi... La suite

Spook and the Guay : Ocho rios par ninnin
11/12/1999
Encore une fois un magnifique album!! avec (comme l'a dit précedemment un confrère) de ces airs qui vous rentrent dans la tête (Killer girl, l'homme, on comprend pas, 12 balles dans la peau,..).à écouter d'urgence si ce n'est pas fait!!! Le... La suite