Accueil Chronique album : The Skints - Fm, par Lebonair
Dimanche 19 septembre 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

The Skints : "Fm"

The Skints :

Reggae Ska

Critique écrite le 21 mars 2015 par Lebonair

Trois ans après "Part&Parcel", tout juste entrecoupés par l'EP "Short Change", les Londoniens de The Skints retrouvent le producteur Prince Fatty. Le groupe du Nord-Est Londonien dans son style reggae-rock-ska motown-pop va comme un gant au producteur qui a déjà travaillé avec des artistes tels que Lily Allen, Sugarhill Gang et consorts. Un vrai terrain de jeu est offert à Prince Fatty tant la musique de the Skints est ouverte et éclectisme. D'autant plus que le concept de ce troisième album "FM" (pour "Frequency Murderation"!) est d'imaginer une radio pirate fictive, 103.skints, avec ses animateurs, ses jingles et sa programmation ska, reggae, dancehall et punk. Un concept ingénieux, jouissif qui rend là un hommage vibrant et très réussi aux radios pirates, qui furent à l'époque l'un des vecteurs du développement du reggae outre-Manche. Plus le temps passe, plus le groupe s'éloigne du son brut de décoffrage de leur début pour obtenir maintenant et sur ce nouveau disque un son plus travaillé et raffiné. Le travail du producteur Prince Fatty y est probablement pour beaucoup dans cette évolution. Si les morceaux sont frais, rafraîchissants et brillants, c'est également parce que le quatuor déploie une belle énergie, beaucoup d'envie et une diversité de chant remarquable. Trois des quatre membres prennent le micro et peuvent se combiner qui offrent à leur musique une ambiance particulière et savoureuse. Le batteur Jamie Kyriakides assure le refrain du premier single This Town, hommage à leur capitale avec les participations de Tippa Irie et de Horseman. Le guitariste Josh Waters Rudge se lance dans des couplets de deejay tandis que la merveilleuse Marcia Richards évolue entre un chant soyeux, brillant et phrasé intrépide. Les Skints se sont pointés en studio avec parfois seulement des refrains ou des embryons de chansons et ils ont laissé leur spontanéité faire le reste.Ce qui nous offre un résultat des plus frais. Ce joyeux mélange groove remarquablement bien. Le son est chaud, on a envie de lover, de danser, de planer et de partir loin...

Vignette Lebonair

 Critique écrite le 21 mars 2015 par Lebonair
 Envoyer un message à Lebonair