Accueil Chronique de concert Andreya Triana
Vendredi 22 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Andreya Triana

Andreya Triana en concert

Cargo de Nuit - Arles 02 Octobre 2010

Critique écrite le par

Personnellement, Andreya Triana .... Je ne connaissais pas du tout, pas même de nom.
Mais la programmation du Cargo de Nuit : j'aime.

Donc le petit rendez-vous du samedi soir est pris et en route vers cette salle arlésienne vraiment très sympa, intimiste et accueillante; à taille humaine comme je les aime.



Pas de première partie annoncée et effectivement, voilà la demoiselle qui monte sur scène , accompagnée d'un bassiste et d'un guitariste. L'arrivée est discrète : une toute jeune artiste, souriante, les yeux un peu baissés ... et là : elle commence à chanter "Darker Than Blue" tout simplement, les yeux mi-clos.
Et c'est une vraie voix qui monte dans la salle. Un peu rauque (plus que sur son album selon moi), un peu fragile, très contrastée et vraiment prenante. Et je ne suis pas la seule à être conquise : le public est séduit par sa fraîcheur et sa simplicité et lui fait une belle clappe à la fin de ce premier morceaux (qu'elle remercie avec quelques mots en français ... Très sympa).



Ensuite les morceaux s'enchaînent et sa présence s'affirme de plus en plus.
Elle alterne les moments "rien que pour nous" face à son micro, avec toujours beaucoup d'émotion et d'expressivité dans ses gestes, sur son visage et ceux où l'on peut la voir partager une jolie complicité avec ses partenaires ... Comme dans "I love You More Than You'll Ever Know", reprise de Donny Hathaway, qui n'est pas sur l'album mais qui laisse libre cours à cette voix vraiment très pure, cristalline sur ce genre de morceaux acoustique.



Et c'est là que la magie opère ... le public toujours un peu bavard dans ce genre de lieu où on reste debout, un verre à la main, devient attentif, les yeux rivés sur elle, pris par cette voix toute en nuances et cette jeune artiste vraiment lumineuse, touchante, qui dégage un charme et un charisme certains.



Elle nous fait voyager dans un doux mélange de funk jazzy et de ballade un peu plus soul, avec sa voix toujours contrastée. Vraiment un très bel exemple d'association de jeunesse et de maîtrise.
Les échanges avec le public sont très complices. De petits clins d'oeil en anglais (avec toujours quelques mots de français) font les liaisons entre les morceaux.



Elle se libère, donne de plus en plus de voix, rempli l'espace. Laisse tomber ses chaussures à talons compensés pour rester pieds nus et embarque le public avec elle dans un solo de voix sur "The Keeper" (qu'elle a enregistré avec Bonobo pour l'album "Black Sands"), qu'elle module en s'enregistrant au fur et à mesure sur sa petite boîte magique .... la salle reprend les paroles avec elle et lui fait une belle ovation à la fin : avec cris, sifflets et tout bien .... comme une grande !!
Sur le dernier morceau, elle est même accompagnée par un coeur de filles improvisé au premier rang. Avec qui elle termine quasiment en tête à tête, en riant sur le fait qu'elle ne sais pas trop comment la terminer. Puis elle quitte la scène en nous remerciant pour notre accueil.



Mais le public arlésien ne veux pas en rester là. Elle est bien sûr rappelée et revient seule pour nous faire une reprise de "Sweat Dreams" (Are Made Of This) ... Toujours avec sa petite boîte magique.
Puis un second rappel à capella : "One more and the last one" annonce-t-elle, avant lequel est est interpelée par un compatriote du Yorkshire, juste venue pour elle selon ses dires (ce qui la fait bien rire).
Mais le public ne va pas la laisser partir comme ça. On en veut encore.
Elle revient une dernière fois toute souriante en disant qu'elle n'avait rien prévu de plus, n'ayant enregistré qu'un album, mais ..... "You want more, so I'll give you more !!"
Et elle nous reprend "A Town Called Obsolete" et fini sur le devant de la scène, avec un public conquis et charmé.



Voilà .... c'était vraiment une très belle soirée.
La setlist pour finir :

Darker than blue
Draw the stars
I love you more than you'll ever know (reprise de Donny Hathaway)
Something in the silence
X
Up in the fire
Far closer
Lost where I belong
The keeper
A town called obsolete
Ain't
1er rappel : sweet dreams (are made of this)
2 Rappel : ?
3 Rappel : A town called obsolete


Extrait vidéo :



Andreya Triana : les dernières chroniques concerts

Andreya Triana + Lizzy Parks (Festival Jazz Sur La Ville) par Mardal
Le Poste à Galène - Marseille, le 09/10/2010
J'arrive en courant après avoir assisté au premier set des Black Brothers, pour entendre les trois dernières chansons de Lizzy Parks. Du coup je n'ose pas trop en parler, sinon pour en dire du bien : la voix de la chanteuse est agréable à écouter et très pêchue, ce qui est une nécessité quand on navigue en zone internationale Jazz, Soul et Funk.... La suite

Cargo de Nuit - Arles : les dernières chroniques concerts

Interview de Bertrand Belin  en concert

Interview de Bertrand Belin par Lartsenic
Cargo de Nuit, Arles, le 17/03/2016
De passage au Cargo de nuit de Arles, Bertrand Belin nous a consacré un petit quart d'heure. Nous continuons de creuser quant à ce qui se passe hors cadre: l'homme est brillant, ce... La suite

Bjorn Berge en concert

Bjorn Berge par jorma
Le Cargo, Arles, le 06/03/2015
De retour dans le Sud après plusieurs années d'absence, le serial picker de cordes Norvégien Bjorn Berge pose ses guitares acoustiques et sa grosse voix au Cargo d'Arles pour la... La suite

FISH en concert

FISH par Jacques 2 Chabannes
Le Cargo de Nuit Arles, le 10/02/2015
"A Fist Of Consequences !" (Une °poignée de conséquences !) ° Je sais que c'est traduit "à la louche", mais bon... c'est bien comme "ça" aussi, non ? Après un épisode... La suite

Raul Midon en concert

Raul Midon par Lionel Degiovanni
Cargo de Nuit - Arles, le 10/10/2014
Pour ce soir, direction le cargo de Nuit, la petite salle d'Arles qui reçoit Raul Midon. Ce personnage, cet artiste est vraiment hors norme. Il avait débuté sa carrière musicale... La suite