Accueil Chronique de concert Emir Kusturica & the No Smoking Orchestra
Jeudi 26 mai 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Emir Kusturica & the No Smoking Orchestra

Dock des Suds - Marseille 12 avril 2001

Critique écrite le par

Bizarre ce concert ... en effet comme tout le monde je connaissais Emir Kusturica le réalisateur (Chat Noir Chat Blanc, Underground ... mais aussi Arizona Dream), comme beaucoup j'avais entendu parlé de son No Smoking Orchestra. J'en avais l'idée d'un truc à la Bregovic, mais au vue des affiches je me suis dit que ça devait être beaucoup plus rock que ce dernier ...

Annoncé à 20h le concert n'a commencé qu'à 21h30 ... remarque je ne regrette pas d'être arrivé à l'heure car au moins on a pu se caler contre les barrières au centre et quand on s'est retourné au milieu du concert on a pu constater que la salle était pleine à craquer ...

Ils sont arrivés assez nombreux sur scène tous dans des tenues plus ou moins farfelues du survet au pyjama en passant par la tenue super ringard du chanteur. A leur tête Emir Kusturica exactement comme sur les affiches c.a.d. avec son chapeau de cow boy et son cigare (éteint) à la bouche. IL a tout de suite pris la parole pour nous introduire le concert à la manière d'Augier des Balayeurs de Désert, nous expliquant qu'on allait assister à un truc fou et qu'on risquait de finir à l'asile si on faisait ce qu'ils nous disaient de faire. Petite explication sur la unza unza musique etc ... Il nous a présenté les quelques guignols de la soirées : le clavier avec son parasol sur la tête et surtout le chanteur qui m'a tout de suite fait penser à Austin Power et qu'il a appelé Mustafa Bond (puis un peu plus tard James Brown Jr.).

Chemise en peau de léopard veste cintrées, chaussures blanches. Ce gars là qui s'est révélé être le chanteur m'a pas mal énervé tout le début du concert. Tout de suite à fond (il doit prendre des substances ce gars là !) lourd comme j'en avais pas vu depuis longtemps (cf ci dessous) et puis vraiment trop dans le style Austin Power ...

Le début manquait un peu de spontanéité, les phrases et répliques trop écrites. Des mises en scènes à la Massilia Sound System où ils font semblant de se disputer (à ce propos j'ai vraiment trouvé que Emir Kusturica ressemblait à Gari du Massilia avec la barbe et les cheveux en plus). A la différence du Massilia c'était très porté au dessous de la ceinture et hyper vulgaire. Ex : pendant que le violoniste fait un morceau de violon (si si !) le chanteur (encouragé par Emir) arrive par derrière et fait mine de le s.......r ... celui ci s'énerve, ils se courent après.

Pendant un autre morceau le chanteur perché sur le côté de la scène se branle avec son micro (désolé c'est un peu cru, mais y a pas d'autres mots) puis il mime une fellation sur le violoniste toujours avec le micro ... et tout cela dans la première grosse demi heure ... de purs moments de poésie ... c'est bien lui qui a fait les films dont je parlais au dessus ?!? sinon merci d'éviter de nous envoyer de l'eau dessus dès le premier morceau alors qu'il ne fait pas spécialement chaud ... (pas fini de râler celui là ?). Le petit passage genre on aime pas la musique classique mais le unza unza est un peu puéril aussi.

Sinon en ce qui concerne la musique c'était un espèce de rock ska sous influence tsigane avec un chant entre Paolo Conte, et Tom waits pour les moments calmes. Des influences balkaniques et parfois bretonnes speed. Des tas des trucs qui reviennent souvent que ce soit au violon ou saxo comme un air proche de la musique de Benny Hill (au moins à deux reprises), des standards comme When the saints ... Globalement j'ai trouvé que tout reposait sur le violon du fameux Leopold et du saxo. Paradoxalement on entend pas trop le tuba. Sinon aussi batterie + percu + basse + 2 guitares dont celle de Kusturica dont on voit bien que ce n'est pas le métier ...

Progressivement je pense que c'est devenu plus spontané sur scène ... en tout cas j'ai de plus en plus apprécié et suis rentré dans le côté festif du truc, plein de oï oï oï ! et je me suis régalé notamment pendant les deux version de Pitbull et la longue I'm not Roméo. Le chanteur a slammé en douceur, ils ont fait monter des filles sur scène à deux reprises dont la première pour les faire tenir un archer (de violon) géant et sur lequel le violoniste très fort a traversé la scène en jouant. Le chanteur débile en a profité pour sauter sur l'une des filles avant qu'elle ne redescende... la deuxième fois il s'est retenu et s'est contenté de danser.

Au final un bien bon concert bien sympa et dansant (le public n'a pas arrêté de pogoter). Dommage que Na Zdorovie n'ait pas pu faire la première partie d'un groupe comme ça car vu le monde et l'enthousiasme du public pour ce genre de musique ...

rem : les videurs pas très pro (s'énervent trop vite)
rem2 : quand les piles d'un numerique s'usent c'est d'un coup => pas de belles photos ce soir ?


Emir Kusturica : les dernières chroniques concerts

Emir Kusturica & the No Smoking Orchestra en concert

Emir Kusturica & the No Smoking Orchestra par BE?N
Espace André Malraux - Six Fours les Plages, le 05/05/2009
Et voilà ! Ma deuxième No Smoking expérience. Une file d'attente bien pleine, et, bien que je ne fasse aucune discrimination, les bobos et les plus de 45 ans étaient de sortie,... La suite

Emir Kusturica et The No smoking Orchestra par ratwoman13
Docks à Marseille, le 21/11/2007
Après 3mois sans concerts, quelle joie de se retrouver enfin au milieu d'une file d'attente pour passer un bon moment. L'entrée aux nouveaux Docks se passe dans le calme et la bonne humeur. Plein de monde, de tous âges et de tous horizons est venu, pour voir le célèbre compositeur de musique des célèbres films Chat noir Chat Blanc, le temps des... La suite

Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra par Ibro Dirka
Docks des Suds - Marseille, le 21/11/2007
Nous sommes en 1984... à Sarajevo... un groupe de jeunes répète dans une cave et enregistre son premier album/ Les JO d'hiver sont là et eux, font un carton dans la jeunesse yougoslave. Leurs morceaux, qui parlent des gens qu'on peut croiser tous les jours dans n'importe quelle ville du monde, parlent, eux, à tous les gens du pays. Ca,... La suite

Mano Solo; Sinclair; Fatals Picards, Emir Kusturica par Lucie.
Hall Rhenus de Strasbourg, le 22/04/2005
Le Festival Artefact de Strasbourg a bien commencé ce vendredi : c'était complet. A l'affiche la Rue Kétanou (que nous avons manquer malheureusement mais qui aparament on su mettre l'ambiance) Sinclair qui nous a supris tant par sa complicité avec le public que par son originalité sur scène (il nous a tout de mm fait chanter une chanson le... La suite

Dock des Suds - Marseille : les dernières chroniques concerts

Alt-J + Holy Two en concert

Alt-J + Holy Two par Sami
Dock des suds, Marseille, le 15/05/2018
Du rock au Dock des suds ? Ça se compte en années en ce qui me concerne, Rodrigo y Gabriela en 2014, hormis quelques souvenirs de festival Marsatac (un peu), fiesta des suds et... La suite

Fiesta des Suds : Amadou et Mariam + Labess + Big Flo et Oli + Mat Bastard + Puerto Candelaria  en concert

Fiesta des Suds : Amadou et Mariam + Labess + Big Flo et Oli + Mat Bastard + Puerto Candelaria par Lsl
Dock des suds Marseille , le 19/10/2017
La Fiesta est là depuis plus de deux décennies pour nous rappeler de continuer à aimer, rêver, danser et faire la fête ensemble et cette année tous les artistes conviés nous l'ont... La suite

Global Local #5 (La Chica, K.O.G and the Zongo Brigade, BCUC) en concert

Global Local #5 (La Chica, K.O.G and the Zongo Brigade, BCUC) par Lumak
Docks des Suds, Marseille, le 07/10/2017
J'arrive sur le dernier morceau de la franco-vénézuélienne La Chica, c'est dommage car j'avais envie de l'écouter, heureusement après quelques hésitations elle fait un rappel en... La suite

Uéi + Maarja Nuut & Hendrick Kaljujärv + Pachibaba + Walkabout Sound System (Babel Med 2017) en concert

Uéi + Maarja Nuut & Hendrick Kaljujärv + Pachibaba + Walkabout Sound System (Babel Med 2017) par Pirlouiiiit
Dock des Suds, Marseille, le 17/03/2017
En complément de la chronique de cette deuxième soirée du Babel Med par Sami qui a déjà parlé de Rachid Taha, Dj Djel Mars Band, A Filetta, Vocal Sampling, One Foot et... La suite