Accueil Chronique de concert K.driver
Dimanche 29 novembre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

K.driver

Printemps de Bourges 23/04/2004

Critique écrite le par

Après une équipée, somme toute sans grand relief (juste un canard dans le pare-brise, une fuite d'huile fantôme et quelques vaseuses habituelles...) à travers les plates et vastes terres du Centre France, nos k(atre) drivers accompagnés de leur fidèle écuyer-manager Jean Hives et de Pascual le rascual alias l'homme du son, joignèrent sans encombres la Sainte ville de Bourges (en fin d'après-midi, vers 16H47 et des bananes, heure d'été).

Quel beau soleil attendait là nos preux et valeureux défenseurs de l'ordre du Saint Vénéré Rock'n Roll. Ayant pris possession de la place forte en un rien de temps (visite express du site) et après s'être adonné à un lâchage massif de flyerz pour rameuter la populace, notre quatre troubadours allèrent étancher leur soif au fond d'une taverne avoisinante (les loges).

18H moins 15 au soleil - Damned! Pas le temps de finir sa chopine que c'est déjà l'heure! Hop! Installation du matos en 2 temps 4 mouvements...hop! balance à l'arrache (autrement dis pas de soundcheck) et hop! en piste... - Bah, merde! où ki sont les gens! ?! - Ah si, j'en voit un ki bouge au fond!

Effrayé par la toute puissance sonique de la façade sûrement (et bien sûr par le groupe présent sur scène...hehe! ) le festivalier Bourgeois, n'étant pas o top de sa forme auditive, préfèra sagement se tenir à distance, plutôt que de s'éclater les membranes. Cela dit, un gueux et son compagnon à cinq pattes bravèrent le mur de décibels en franchissant les lignes de feu amies, tentant même à plusieurs reprises de débaucher 2 de nos hommes, en leur tendant une étrange mixture jaunâtre, sorte de cervoise locale (hum... très locale !) Mais leur intégrité et leur fidélité à la kro firent le reste...

45 min + tard et le monde ne serait jamais plus le même, l'escadron K avait posé son empreinte au fer rouge et marqué à jamais le territoire du festival,...surtout les loges! (non, je déconne). Une chose est sûre : Bourges s'en souviendrait pour longtemps ! (Oui,...qui ça?...Kanadraill vert??...non, désolé, je vois pas...) Ladies'n gentlemen...Une légende est en marche!

 Critique écrite le 27 février 2005 par Franz