Accueil Chronique de concert Queens Of The Stone Age + Camp Claude
Jeudi 21 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Queens Of The Stone Age + Camp Claude

Queens Of The Stone Age + Camp Claude en concert

Critique écrite le par

Aucune observation désagréable à faire sur cette chronique, puisque mon bon camarade Pierre a entendu la même chose que moi, et avec le même enthousiasme. Mais difficile, pour un chronicopathe comme moi, de ne pas mettre quelques mots pour mémoire sur un concert, surtout si c'en est un du meilleur groupe de rock en activité du monde !


En tout cas il vaut sans doute mieux pour la première partie française, Camp Claude, que Pierre soit arrivé en retard, ça évitera que leur première référence sur ce site soit émaillée de sa légendaire méchanceté ! Entre nous (puisque ma chronique ne sera pas rattachée à ce nom de groupe), ce fut quand même une vraie purge que d'écouter cette sympathique mais approximative chanteuse de pop, ni très planante ni très dansante, que je qualifierais de sous - Lana Del Rey (...qui est déjà elle-même une chanteuse d'estrade de supermarché gonflée à l'hélium !). Ah ! Cette hostilité patente dans l'immobilité parfaite de la fosse pendant tout leur set... Le public a néanmoins eu la gentillesse d'applaudir poliment entre les titres de ce groupe, à sa décharge pas du tout, du tout approprié pour ouvrir pour les gardiens du temple du rock stoner. Mais le public a applaudi, surtout, quand elle a annoncé qu'ils allaient faire leur dernier titre... Sans rancune mademoiselle, mais la prochaine fois ouvrez plutôt pour Woodkid !


Déjà vus sur cette tournée à Lyon il y a 6 mois, il faut signaler que nos bien-aimés Queens of The Stone Age ont donné à Montpellier, et c'est tout à leur honneur, un concert très différent et qui ne semblait pas plus baclé ni moins réfléchi que le précédent :
- La set-list était comme cul-par dessus-tête (sur les premiers et derniers titres joués notamment : No One knows est passé du dernier rappel à la quasi-introduction du concert, et Feel good hit of the summer a fait le chemin inverse ! !), le tout donnant l 'impression d'un set ramassé et pète-sec, spécialement dressé pour faire plaisir aux membres de leur public qui désapprouvent leur évolution "pop" récente ;


- il n'y avait pas le grand écran avec les projections des chouettes animations de Boneface (voir photos ratées sur la chronique de Lyon, qui donnent une idée), mais on a eu à la place un light show classique, mais super propre et par moments même, assez impressionnant. Pour "seulement" 3500 personnes, jauge du soir (pas franchement classe, pour le grand sud de la France !), il est possible qu'un camion ou deux n'aient pas fait le détour - peu importe tant que le groupe était bien là, lui ;
- pas de grands et longs jams (pas de Better living through chemistry par exemple) comme à Lyon, parties hautement psychotropes et qui m'avaient fait décoller au plafond de la Halle Tony Garnier : les 20 minutes de concert en moins étaient sans doute bien là, et dans l'absence du titre Kalopsia ;


- en contrepartie, quelque titres bien teigneux et rarement entendus en live comme 3's & 7's. En particulier aussi, un titre furieusement peu connu (j'ai à peine identifié son refrain !), Fun Machine dont Pierre a parlé, et qui a semblé aussi assuré dans son exécution que n'importe quel autre.
- et toujours, un ou deux titres à mon goût ou anciens trop entendus, ou nouveaux et dispensables mais dont Josh et son gang semblent ne pas pouvoir se passer (In my head, Make it with chu, Smooth Sailing...)
- par contre, et quel que soit l'état d'ébriété du Ginger Elvis (on sait de source sûre d'une connaissance étant allée en backstage avant qu'il avait attaqué la soirée assez fort...), une perfection toujours absolue dans la voix : pas une note aigüe ratée ni vrillée, y compris dans les morceaux calmes à prise de risque maximum (The Vampyre of ... ). Pas pour rien que ce mec est mon idole.


A noter à titre plus "guide du routard" de futurs visiteurs de cette salle : il y a un hôtel Campanile pas trop cher et assez cool, Avenue Einstein à 15 minutes à pied du Zénith de Montpellier (le bar de l'hôtel a trois bières à la pression et ferme à 23 h 30 seulement, pratique donc quand le concert finit à 22 h et quelque !). Il faut impérativement prendre à boire et à manger bien avant le concert dans ce Zénith (bars pris d'assaut et serveuses notoirement inefficaces), salle qui est très vilaine par ailleurs y compris pour son acoustique. En tout cas l'ingé-son ne s'en est pas sorti et n'a pas pu produire un son vraiment clean, mis à part sur les chansons calmes (ce qui est plus facile évidemment).


Et enfin à titre personnel : j'ai pu enfin montrer mon groupe préféré à la mère de mon enfant, et ça lui a plu ! J'ai tenu assis auprès d'elle et avec d'autres camarades pendant le concert et craqué au rappel. Descendu tout seul dans la fosse pas trop dense, j'ai donc pris la décision ô combien pertinente pour un père de famille de foncer dans le tas et de m'approcher, pour une fois (pour la première fois en 6 concerts !), tout devant ! Me faufilant dans le pogo final de Songs for the Dead, tel un renard des surfaces, j'arrivai donc 3 minutes avant la fin, au 4ième rang au milieu, soit à moins de 3 mètres de Joshua Homme, dont je suis fanatique (l'apparition du prénom "Joshua" dans le brainstorm pour le prénom de notre enfant, prénom qui a finalement gagné vu qu'il a eu la bonne idée d'être un garçon, lui doit beaucoup !...).


Ravi de l'avoir vu de près, magnétique, putain de beau gosse, quoique totalement bourré et crevé avec de sévères poches sous les yeux en fin de set. A la toute fin, il a posé sa guitare sur un socle, qui a valdingué : je l'ai vu tendre le bras avec effort et renoncer, épuisé, en faisant un petit geste dépité de la main. Je reste convaincu que si cette putain de guitare était restée à la portée de sa main, ils auraient peut-être fait encore une chanson... Qu'à cela ne tienne, à la prochaine Monsieur, anytime, anywhere... et merci au technicien lumière qui, en plus d'avoir fait un excellent taf, m'a gentiment donné sa set-list ! Rhaaaâââââ !!! Un miracle que je n'aie pas fait pipi dans ma culotte de tant de joies !

PS : une fois n'est pas coutume, à signaler un fort bon article sur ce concert dans la PQR, Midi Libre, assez représentatif de l'effet boeuf que font les QOTSA quand on les voit pour la première fois...

Merci à Stéphanie/Zys pour les photos !

Dernières chroniques concerts

Franz Ferdinand + Frànçois & The Atlas Mountains en concert

Franz Ferdinand + Frànçois & The Atlas Mountains par Nwmb
Zénith de Montpellier, le 20/03/2018
Apéro français Groupe franco-britannique faisant partie du label Domino Records (tout comme Franz Ferdinand), nous avons eu le droit à la poésie envoûtante et... La suite

Queens Of The Stone Age en concert

Queens Of The Stone Age par Pierre Andrieu
Zénith de Montpellier, le 01/06/2014
En pleine tournée mondiale des plus grandes salles de concert et des festivals les plus énormes pour promouvoir ... Like Clockwork, les fiers Queens Of The Stone Age se sont... La suite

Texas - Girl called Johnny en concert

Texas - Girl called Johnny par Ysabel
Zénith Sud - Montpellier, le 23/10/2013
Ambiance musicale un peu western au Zénith Sud de Montpellier ... Salle plutôt sympa et gros Fan Club de Texas en place. On attend avec impatience de découvrir une première partie... La suite

Gossip en concert

Gossip par Tiziana Annesi
Zénith - Montpellier, le 26/11/2012
Une fois n'est pas coutume, je ne m'étendrai pas sur la première partie du concert de Gossip qui a eu lieu au Zénith de Montpellier : trop peu d'informations divulguées et surtout... La suite