Accueil Chronique de concert Robert Charlebois
Lundi 10 août 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Robert Charlebois

Trélazé ( Près d'Angers) 49 02 aout 2003

Critique écrite le par

J'avais lu que Charlebois avait des problèmes avec sa maison de disques et qu'il avait commis un album renouant avec le folk rock de ses débuts qui caracollait en tête des ventes au Québec, mais qui restait inconnu en France, car le label indépendant ne pouvait le distribuer en Europe, bref, ça s'annonçait bien.
Sauf qu'on était à peine 300 dans une salle qui pouvait contenir le double, public de festival d'été et de connaisseurs mélangés qui attendaient en transpirant sur des chaises en plastique qui nous tannaient le c...
Robert est arrivé, tête de boxeur comique et Gibson en bandoulière, un groupe de jeunes musiciens quebequois, guitare, basse, batterie et violon pour l'accompagner. Et il a la pêche ! il réussit à mélanger savamment ces grands classiques que sont Montréal, un gars ben ordinnaire, Lindberg, et les titres de son nouvel album. Si avec le temps, certaines voix se brisent, la sienne est restée intacte, puissante et juste. La présentation des musiciens sur j'taime comme un fou, endiablé, puis les rappels pour un blues et une version boogie rock de ent'deux joints et le final de Witchitai-to pour achever de nous convaincre que Robert Charlebois est ben le doux sauvage qui titre son dernier cd.

 Critique écrite le 12 août 2003 par Marco


Robert Charlebois : les dernières chroniques concerts

Robert Charlebois par Agnès Coursault
Bolbec gymnase Roncherolles, le 03/11/2007
Epoustouflant ! ça m'a rappelé la tournée 1976 très rock... Robert est en pleine forme (il a rajeuni) et a une pêche d'enfer. Une SUPER soirée ! La suite

Charlebois par Dominique
Valence, le 23 juillet 2004
Je n'avais jamais vu cet artiste en concert, j'ai été séduite. Tout d'abord, une présence scénique formidable, empreinte de chaleur, de dynamisme. Un véritable plaisir d'être sur scène. Et puis, des musiciens talentueux (j'ai adoré les parties violon), Charlebois lui-même s'éclate au piano et ça blues, ça rock, ça swingue, on a envie de danser, de... La suite