Accueil Fabien Debellefontaine en concert
Samedi 25 mai 2019 : 9205 concerts, 25484 chroniques de concert, 5257 critiques d'album.


Tubaïste

Site

Fabien Debellefontaine en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Fabien Debellefontaine : les dernières chroniques concerts 3 avis

Ping Machine

Critique écrite le 11 novembre 2011, par Mardal

Le Cri Du Port - Marseille 10 Novembre 2011

Ping Machine en concert

Le Cri Du Port, lieu indispensable du jazz à Marseille programme ce soir un OMQD (Objet Musical Qui Décoiffe) : Le stupéfiant Ping Machine. Sous la direction du guitariste compositeur Fred Maurin, quatorze musiciens -treize ce soir : pas de place pour le pianiste- débarquent sur notre planète. Leurs intentions sont pacifiques, artistiques, musicales. Leur prestation parfois atonale, parfois détonnante, est souvent détonante. Fred Maurin : guitare, composition et direction / Rafaël Koerner : batterie et percussions / Raphaël Schwab : contrebasse / Andrew Crocker : trompette / Fabien Norbert : trompette, trompette piccolo et bugle / Quentin Ghomari : trompette et bugle / Bastien Ballaz : trombone / Didier Havet : trombone basse et tuba / Florent Dupuit : saxophone ténor, flûte, flûte alto et piccolo / Fabien Debellefontaine : saxophone alto, clarinettes et flûtes / Jean-Michel Couchet : saxophones alto et soprano / Julien Soro : saxophone ténor et clarinette / Guillaume Christophel : saxophone baryton et clarinette basse. Si le potentiel sonore, la façade instrumentale et de nombreuses saillies venteuses sont là, identifiables et familiers, on hésite à parler de Big Band tant la musique s'en décale fréquemment, et sur de... Lire la suite

Jazz Connection 1/2 : Big Four Quartet + melc

Critique écrite le 25 mai 2011, par Mardal

Café Julien - Marseille 11 mai 2011

Jazz Connection 1/2 : Big Four Quartet + melc en concert

Sous l'égide du Cri Du Port, le Café Julien accueille ce soir deux groupes, le premier franchement Jazz : Big Four Quartet, vient de Paris, le second, tendance fusion, avec le rock, la pop : melc, est de chez nous. Les deux groupes se rapprochent par la contemporanéité de leur musique, une atmosphère urbaine, une modernité teintée de quelques pointes de futurisme. La soirée commence avec le Big Four Quartet : Stephan Caracci : vibraphone Julien Soro : saxophones et compositions Rafaël Koerner : batterie Fabien Debellefontaine : tuba L'association des instruments est peu commune, on n'a pas souvent l'occasion d'entendre un vibraphone et la légèreté des notes qu'il emet se marie singulièrement avec la rondeur du tuba, et celle plus convenue du saxophone. Les premières notes rappellent Steve Coleman & The Five Elements : en guise de thème, des phrases courtes, scandées de manière répétitive jusqu'à ce qu'une ouverture se fasse, telle une brèche pour partir sur des chorus, des improvisations. Ce type de construction est fort plaisant, on le retrouve sur plusieurs morceaux et l'appréciant particulièrement, je passe du bon temps. On peut regretter le peu de monde venu écouter ces musiciens, et le manque d'enthousiasme de... Lire la suite

Festival de Big Band de Pertuis Jour 2 : Paul Chéron Sextet Invite Nadia Cambours + Ping Machine (Festival de Big Band)

Critique écrite le 09 août 2009, par Mcyavell

Enclos de la Charité - Pertuis (Festival de Big Band) 4 août 2009

Festival de Big Band de Pertuis Jour 2 : Paul Chéron Sextet Invite Nadia Cambours + Ping Machine (Festival de Big Band) en concert

Nuit du 4 août 1789 : Abolition des privilèges. 220 ans plus tard, les privilèges existent encore. J'ai eu celui d'assister à la deuxième soirée du onzième Festival de Big Band de Pertuis. Deux parties bien distinctes : Pour commencer, Paul Chéron Sextet invite Nadia Cambours. Des camions couchés sur l'autoroute les ont fait arriver à la bourre. Le set débute avec une petite demi-heure de retard que nous oublierons vite. Le duo de clarinettes que Paul Chéron nous offre avec Jean-François Bonnel sur le premier titre est de bon augure. Trois créations de Sydney Bechet suivent. Des pièces peu connues revisitées par le sextet : I Had It But It's All Gone Now, What A Dream, Polka Dot Stomp. Paul troque sa clarinette contre un mini saxo, Jean-François la sienne contre un cornet à pistons, toujours pour une même réussite : Sydney Bechet is alive and well in Pertuis. La soirée est déjà réussie. C'est alors qu'arrive Nadia Cambours, robe noire et éventail rouge. Le répertoire change totalement. Middle Jazz time avec un hommage à Billie Holiday (5 titres) qui nous fait découvrir son timbre de voix. Moi qui ai eu le privilège d'entendre Melody Gardot voilà dix jours, je découvre une autre grande voix du jazz, chaude, puissante,... Lire la suite