Suivez nous :facebooktwitterflux concerts
Accueil > Rechercher un artiste en concert > vos critiques d'albums pour Patrick Eudeline
Mercredi 7 décembre 2016 : 11769 concerts, 24182 critiques de concert, 5132 critiques de CD.

Patrick Eudeline, vos critiques d'albums


Patrick Eudeline


Ancien punk, le journaliste critique du mensuel Rock&Folk Patrick Eudeline revient à la composition et à la scène avec un nouvel album, Mauvaise Etoile, aux chansons pop et rock enregistrées à l'ancienne.

Jaime
creer une alerte concertandco

Rechercher une critique      Exprimez-vous !  
Artiste : Patrick Eudeline  Titre : Je reprends la route demain
Style : Pop - Rock / Livre
Patrick Eudeline - Je reprends la route demain La maison d'édition phocéenne Le Mot et le Reste n'en finit décidément pas de publier des ouvrages passionnants sur le rock et ses dérivés. La preuve en est une fois de plus avec Je reprends la route demain de Patrick Eudeline, ouvrage paru l'automne dernier, qui regroupe une quarantaine d'articles de celui qui est certainement un des plus éminents rock critique de ce pays, en activité depuis déjà plus de quatre décennies.
Selon Patrick Eudeline « Le Rock, on ne glose pas dessus, on raconte à la première personne l'effet qu'il a sur la vie ; ce qui compte, c'est de raconter de l'intérieur ce que le rock fait vivre » ; il revendique en cela l'héritage des grands critiques rock anglo-saxons comme Nick Kent ou Lester Bangs, qui considéraient que le rock est avant tout une aventure qui doit se vivre le plus intensément possible. A priori, Patrick Eudeline est un personnage qui peut paraître un peu agaçant à plusieurs égards : son image et ses postures de dandy punk pointilleux sur le choix des boots en python, sa fascination pour certains clichés destroy ou même ses tics stylistiques (« donc, point barre... »). Mais passons outre tout cela, Patrick Eudeline fut quand même un des principaux acteurs de la punkitude « made in France » avec son groupe Asphalt Jungle et ses articles pour le magazine Best au tournant des années 70 et 80. Il a été et reste un véritable passeur à la plume toujours pertinente et élégante. Je reprends la route demain, titre choisi d'après une chanson d'Antoine, regroupe assez peu d'articles rédigés pour Best (qui avaient été à l'honneur dans un précédent ouvrage, Gonzo) mais majoritairement ceux qu'il a écrits depuis la fin des années 90 pour Rock & Folk. Il aborde les sujets les plus divers de la rock culture au sens large : le punk, bien sûr, Daft Punk, Ozzy Osbourne, les Stones et même Brel et Rimbaud, et toujours sous un angle inédit. Par exemple, dans son très bel article sur Johnny Thunders, il insiste sur le fait que les New York Dolls étaient autant influencés par les mélodies et la romance des Shangri-Las ou du doo wop que par Les Stones ou les Small Faces, cassant ainsi leur image purement punk. Il vante aussi bien les mérites d'Antoine (dont « les Elucubrations » furent pour lui une révélation), de Scott Walker, de la Pop Bubblegum, du Lou Reed période Berlin ou, plus improbable, ceux de Dick Rivers ou Hughes Aufray (ici joyeusement "réhabilités"). A la lecture de tous ces articles dans leur ensemble, force est de reconnaître son éclectisme et une vision finalement assez éloignée des clichés rock'n'roll. Patrick Eudeline est un amoureux du format chanson, d'un songwriting de qualité et de la mélodie quel que soit le genre musical. Son intention est de montrer le dénominateur commun à tous les artistes : la qualité du songwriting et de l'interprétation et un certain sens de l'esthétique. Bien sûr, il arrive à nous donner envie de réécouter ou découvrir toutes ces choses. Il traite également de sujets plus actuels comme les Pussy Riot (qui sont pour lui la dernière incarnation de la vraie punkitude), le come-back inespéré d'Indochine, la musique à l'heure d'internet ou encore le phénomène hype Lana Del Rey, et ceci avec un regard subtil et détaché, toujours un peu suspicieux ou narquois mais jamais vachard pour autant. L'auteur a surtout l'art d'écrire ces articles comme on raconte une histoire. Il nous raconte ainsi sa propre histoire du rock, n'oubliant jamais justement de faire part de l'effet que celui-ci a eu sur son existence, grâce à d'amusantes anecdotes autobiographiques, sans tomber dans l'auto-complaisance. Je reprends la route demain est donc un ouvrage érudit et passionnant, jamais ennuyeux, qui se lit comme un bon roman. (Re)découvrir tous ces articles ainsi regroupés montrent non seulement la cohérence et l'originalité de la vision de Patrick Eudeline mais rappelle également le brillant écrivain qu'il est.

Signature : phil2guy
Fleche concert Envoyer un message à phil2guy
Page Web Conseillée : www.lemotetlereste.com
Artiste : Patrick Eudeline  Titre : Mauvaise étoile
Style : Pop - Rock
Patrick Eudeline - Mauvaise étoileAussi attachant qu’exaspérant le rock critic/écrivain/musicien/acteur Patrick Eudeline vient de sortir un disque à son image… Il suffit de lire une chronique du monsieur dans Rock ‘n Folk (loué à la médiathèque, cela nous ferait mal de soutenir les papiers risibles de Philippe Guns n’ Roses Manœuvre et Jérôme Coldplayyyyyyyy Soligny !) pour comprendre que l’homme est assez imbus de sa personne ; il n’hésite pas en effet à écrire pour ses lecteurs de « passionnantes » histoires sur sa vie (privée) de dandy camé, sur les rapports qu’il entretient avec son père et il ne parle que très accessoirement de musique. Ce qui est un peu énervant quand même… Malgré cela, et un style ampoulé/accidenté pouvant se révéler assez irritant, Eudeline retient l’attention, il a des choses à dire, il est cultivé et ses avis, s’ils sont loin d’être toujours pertinents, ont le mérite d’être décalés. On attendait donc l’album de l’ex punk du groupe Asphat Jungle – auteur du très bon Poly Maggoo – avec une impatience teintée de crainte.
Sans surprise, c’est avec un livret très égocentré (notre homme – peu avare en poses cliché – pris en photo sous toutes les coutures) que les onze morceaux paraissent. Une fois le disque inséré dans la platine, il faut tout d’abord s’habituer au chant qui sonne souvent archi faux et maniéré, à côté Daniel Darc (un ami cher, présent sur le disque pour un duo chaotiquement dissonant) est la plus grande voix du rock français. C’est dire… Passé cet écueil, on se concentre sur les textes, pas vraiment inoubliables mais bien déjantés, et sur les arrangements, qui évoquent la période Qui est in qui est out de Gainsbourg (avec choeurs féminins désuets), choisissent l’option boogie rock quand AS Dragon sert de backing band de luxe, ou décident de faire des détours rock psyché orchestré ou cabaret blues rock gothique. De nombreuses écoutes sont nécessaires pour se familiariser avec tout cela, mais après il faut avouer que le disque à son charme, malgré ses défauts (les geignements vocaux sur certains morceaux sont insupportables, certains arrangements sonnent limite « pompiers »), assumés semble-t-il. Patrick Eudeline prend un malin plaisir à faire ce que bon lui semble, et il a bien raison. Il s’autorise même des reprises. Stooges ? Kinks ? Velvet Underground ? Johnny Guitar Watson ? Non, c’est l’impayable diva des dancings pour retraités belges, Salvatore Adamo, qui a l’honneur d’être repris, au même titre que le classique Un jour mon prince viendra, par le chanteur désespéré idole des ados venant de découvrir que « le rock 'n roll, c'est coooool ».
Mauvaise étoile est à réserver aux fans de monsieur Eudeline et aux curieux désireux de découvrir son univers sombre, étrange et sans espoir. Ni une éclatante réussite, ni un ratage complet, l’album s’en sort avec les honneurs. Cela devrait même contribuer à renforcer la légende de loser magnifique de P.E. auprès de la jeune garde parisienne, qui se retrouve d'ailleurs compilée de manière assez discutable sur Passe ton bac d’abord (sorti en parallèle sur le même label). Sur ce live au Gibus, on se demande vraiment quels sont les critères de sélection… Est-ce vraiment Eudeline qui a choisi Second Sex, un groupe qui réussit à sonner comme les Strokes à 15 ans, avec Jean-Louis Aubert au micro ? Mystère… De toute façon, quelqu’un capable d’accepter d’écrire la biographie officielle de Steeve Estatof (rires) pour s’acheter de la drogue de bonne qualité méritera toujours notre respect. On souhaite à Patrick Eudeline de suivre sa mauvaise étoile encore un petit bout de temps, même s’il chante Je n’en ai plus pour très longtemps...

Site Internet : www.myspace.com/eudeline.

Mars 2006 (Suave / Rue Stendhal)

Vignette pierre andrieuSignature : pierre andrieu
Fleche concert Envoyer un message à pierre andrieu
1 à 2 sur 2 critiques trouvées
1 à 2 sur 2 critiques trouvées
Le festival P : concerts et billetterieLe festival R : concerts et billetterieLe festival P : concerts et billetterieLe festival L : concerts et billetterieLe festival 3 : concerts et billetterieLe festival P : concerts et billetterieLe festival F : concerts et billetterieLe festival D : concerts et billetterieLe festival A : concerts et billetterieLe festival H : concerts et billetterie
Copyright © Live Lab. Reproduction totale ou partielle interdite sans accord préalable.
Conditions générales d'utilisation