Accueil Chronique album : Marilyn Manson - The Pale Emperor, par Philippe
Jeudi 19 octobre 2017 : 13636 concerts, 24656 chroniques de concert, 5179 critiques d'album.

Critique d'album

Marilyn Manson : "The Pale Emperor"

Marilyn Manson :

Pop - Rock

Critique écrite le 12 mai 2015 par Philippe

Retour en grande forme du chanteur très grave (au sens harmonique du terme), de l'artiste multi-carte, de la grande goule blafarde, joyeusement subversive et finalement plutôt sympathique à force d'énerver des cons, Marilyn Manson ! Découvert chevauchant un porc dans l'une des meilleures et des plus dérangées reprises de tous les temps, Sweet Dreams, on l'avait ensuite plus ou moins apprécié sur scène selon les albums et les époques (créature presque flippante en 1999, guignol presque pathétique en 2007...). Et on l'avait quitté en freak paumé et hilarant dans le film Wrong Cops !
Neuvième album studio déjà, et dieu sait qu'ils ne sont pas tous inoubliables... pour tout dire le dernier vraiment marquant musicalement, Antichrist Superstar, va même fêter ses 20 ans ! Voguant au fil des modes artistiques, l'Empereur Pâle a en effet beaucoup erré, se cherchant aux frontières du metal et de la pop, entre une imagerie tour à tour horrifique, gothique, bionique, cabaret berlinois, art contemporain... Visuellement presque toujours passionnant, mais musicalement inégal - en gros, pas assez de bonnes chansons sur chaque album.
Avec The Pale Emperor, il entame peut-être bien un nouvel âge d'or (du grotesque, bien sûr), retrouvant d'entrée un sens du blues heavy, couplé à des paroles dérangeantes, sachant toujours enfoncer à sec le canon bien coupant d'un flingue dans le cul étroit de la fraction puritaine/hypocrite de l'Amérique ("We're Killing Strangers... so we don't kill the ones that we love !").
Deuxième étage de la fusée, il retrouve le sens du riff-qui-tue, façon Rammstein (ils lui doivent beaucoup !), avec l'irrésistible Deep Six - il y a longtemps qu'on n'avait pas headbangué avec Marilyn ... Troisième étage, il retrouve aussi la seule chose à peu près constante chez lui, la capacité à trousser des bonnes mélodies, à produire de la pop déviante et classieuse à la fois : citons Third day of a seven day binge, finie en s'arrachant littéralement les tripes, l'hyper-efficace The Mephistopheles of L.A. ou la balade quasi-satanique Birds of Hell awaiting. Retrouvant hélas parfois un petit tic énervant et récurrent chez lui, la double voix - qui marque un étonnant reste de manque de confiance en elle, alors que sa voix un jour analysée en laboratoire avait été décrétée "physiologiquement impossible", ou quelque chose dans ce genre...
Plus étonnant encore, Sir Brian H. Warner parvient même à nous émouvoir : Warship my wreck, contrepèterie sans doute mais surtout, titre assez poignant, semble un possible climax de l'album ! Le chanteur s'emploie aussi à réanimer son influence d'origine (et la meilleure, bien sûr), Trent Reznor, par exemple au fil de la groovy Slave only dreams to be king... A convoquer à nouveau de célèbres "enculeurs de mamans", pour être sûr de ne pas échapper à l'Explicit Lyrics (Beneath my feet), étiquette qui signale généralement les albums les plus intéressants venus des U.S.A...
Et à conclure tout en classe avec l'étrange Odds of Even, balade commencée pop en hauteur et finie grognée d'une voix sépulcrale, au fond d'un caveau sinistre, belle réussite pour conclure, ou presque... Puisqu'en bonus, la version deluxe offre trois morceaux au nom différent, en réalité des titres précédents en version acoustique, prouvant que la richesse des compositions telles que The Mephistopheles... et la beauté de sa voix n'ont pas besoin d'artifices. Guitare/voix non trafiquées, les titres de The Pale Emperor fonctionnent encore parfaitement ! Alors Welcome back, Sir, votre capacité à nous bousculer agréablement est intacte ! Et nous n'avons jamais oublié une de vos plus belles déclarations à vos nombreux détracteurs : You can not sedate... all the things you hate !
(2015)
Vignette Philippe

 Critique écrite le 12 mai 2015 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe

Marilyn Manson : les chroniques d'albums

Marilyn Manson : Smells Like Children par l'da!
13/05/2009
bancal,grinçant,torturé,psychébordelique,,un album à évité d'écouter bourré,sous peine de lésion cérebrale...remixs electro/destroy de ses premiers morceaux et reptises de groupes populaire s'enchainent, avec des chtios interludes "horror show". La... La suite

Marilyn Manson : THE GOLDEN AGE OF THE GROTESQUE par Fanny la folle
17/05/2003
Ce disque est grandiose ! C'est Manson à l'état pure ! Franchement je suis trop dégouté que twiggy soit parti mais bon c'est la vie. Remarque je trouve que sans twiggy il n'y a pas les mêmes sonoritées. Quand on compare "Coma white" a "mOBSCENE"... La suite

Marilyn Manson : HOLY WOOD par florent
12/11/2001
Franchement meilleur que tout ses autres album. Il est calme et hard par moment, c'est celui que j'ai preferé. Si vous aimez Manson, il faut l'acheter ! La suite

MARILYN MANSON : THE LAST TOUR ON EARTH par Mélanie du 27
01/01/2000
CE CD EST TOUT SIMPLEMENT GENIAL, TU AS VRAIMENT L'IMPRESSION D'ETRE AU COMCERT . TU AS ENVIE DE POGOTER , DE TE DECHIRER.LES MEILLEURES SONT GREAT BIG WHITE WORLD , DOPE SHOW , SWEET DREAMS , COMA WHITE ET THE LAST DAY ON EARTH. La suite