Accueil Chronique de concert Alb, Somna, Cho Yang, Lulabi
Vendredi 24 janvier 2020 : 11566 concerts, 25888 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Alb, Somna, Cho Yang, Lulabi

Orange Bleue, Vitry-le-François 1 décembre 2007

Critique écrite le par

Quelque chose est en train de se passer en moi. Un bouleversement. Je regarde les lumières de Noël et je suis heureux. Je les trouve belles. A Reims, elles sont bleues, ça me ravit. Samedi soir, je me suis retrouvé à Vitry-le-François. D'autres illuminations. Sur la place d'Armes, la porte de Paris, sous les halles. C'est encore plus beau. Second ravissement.
Voilà.
Je suis en train de basculer dans la mièvrerie.
Quatre groupes de la région étaient en audition à l'Orange Bleue en vue du Printemps de Bourges 2008 et de sa scène découvertes. Quatre groupes de la région, c'est vite dit. Sur les quatre départements de Champagne Ardenne, un seul était représenté, la Marne et sur les quatre formations trois venaient de Reims.
Ca ne veut pas dire qu'automatiquement, il y aura des Marnais à Bourges. Le jury de sélection peut très bien décider de n'en retenir aucun, s'il décide qu'ils sont tous à chier. Enfin... c'est ce qu'on m'a dit, je n'ai pas cherché à vérifier.
A l'Orange Bleue.
Aussi.
J'ai vu de très belles lumières.
Ce n'est pas seulement, ma nouvelle lubie. J'ai l'habitude d'aller voir des concerts de rock un peu partout et c'est assez rare, de profiter d'aussi belles lumières, qui mettent en valeur les artistes et leurs compositions, avec finesse, en s'adaptant à la personnalité de chacun. Pas des explosions matuvus, un éclairage juste. Quand je suis arrivé, un faisceau était braqué sur le visage d'une jeune femme.



Jeune femme que j'ai reconnue immédiatement. Je ne connaissais pas son nom. Je me rappelais juste d'une serveuse, il y a deux ans, au Backstage, un bar-restaurant derrière la mairie. Je me rappelle de son style improbable, son style pour servir. Elle oubliait des trucs, ou bien semblait nous faire la gueule, ou au contraire s'arrêtait pour discuter et nous parler musique. Qu'elle chantait dans un groupe, qu'elle aimait bien Bjôrk. Une fille charmante, mais un peu d'ailleurs, comme dirait Pierre Bachelet.
Sous le pinceau de lumière, elle était à bloc dans son personnage de chanteuse-diva rock. La bouche grande ouverte. Les yeux tourmentés. Autour d'elle, six hommes, jouant d'une batterie, de trois guitares et de deux claviers. Ensemble, ils forment Lulabi. C'était leur tout dernier morceau. Ils étaient en train de lâcher la purée, les guitares, fortes et saturées, les cymbales fracassées. Et Amandine, c'est son prénom, au milieu, en interprète tourmentée. C'était le tout dernier. Chaque groupe n'avait droit qu'à une demi-heure.



Le suivant, c'était Somna, dans lequel on retrouve le batteur de Lulabi, Julien Chamla, qui concourt donc dans deux projets différents. S'il devait être sélectionné Julien, dit Lala à Reims, préfèrerait sans nul doute l'être avec Somna, projet dans lequel il développe toute la sensibilité qu'il est capable d'exprimer du bout de ses baguettes. Sensibilité, plus que dextérité. Ce n'est pas qu'il en manque et on comprend en le regardant jouer qu'il faut beaucoup d'adresse pour faire sonner des cymbales comme du cristal, mais la musique de Somna, qui est une musique assise, une musique de musiciens, sans paroles, trois gars assis, avec, ou, derrière, son instrument (Lala + Gerard Tappa, guitare + Julien Fighiera, basse) cette musique qui pourrait ne ressembler qu'à une séance de démonstration, cette musique nous raconte des choses, pas trop fort, lentement, il faut être patient, comme devant un vieux qui revient sur ses souvenirs de jeunesse.
Ca m'a fait penser au Tortoise des premier et deuxième albums (pas tant que ça, après réflexion). Somna partage avec le groupe de Chicago des références communes comme le jazz et le rock progressif. A la longue, ça pourrait devenir pénible. Je me souviens que je m'étais ennuyé la première fois que je les avais vus. En février dernier. Cette fois, sur une demi-heure, c'était parfait. Je suis resté sur ma faim, c'est mieux, un peu de frustration.



La frustration doit avoir sa part dans la création des morceaux de Cho Yang. Des plaies mal refermées soignées à base d'électricité, d'accélérations, saturations, effets divers. Leur bible doit avoir pour nom Daydream Nation ou Confusion is Sex, quelque chose dans le genre, à moins que ce ne soit Turn on the bright lights. Ils sont quatre, avec deux guitares, dont l'un(e) chante, en anglais et aussi en français (bravo, bravo, vive le français). J'ai noté ainsi une suite de rime en oire, idées noires / septembre noir / mon désespoir / quand vient le soir / purgatoire. Ce n'est pas la grande joie, mais il y a une énergie et une conviction qui a donné à la performance tout son impact et son intérêt. Sans compter, toujours, l'apport des lumières.
Oh, c'était bien jusque là. Une soirée agréable, dans ces anciennes écuries, un public mélangé, les parents de certains musiciens, un bon contingent de Rémois, mais aussi quelques jeunes ("on veut du punk" - hurlé pendant Somna - la bonne blague) et beaucoup moins jeune comme cet homme.



C'était bien. Tranquille. Puis vint Alb.
Je vous le dis comment moi je l'ai ressenti.
Puis vint Alb.
Et ce fut merveilleux.
Ouais comme avec les éclairages de Noël.
Un ravissement.
Ou le 14 juillet.
Le feu d'artifice.
Rien que ça. Un petit feu d'artifices electro pop.
Et les mots joie joie joie dans la tête.





Il existe un groupe qui s'appelle ainsi. Joie joie joie. C'est mignon. Et effectivement, des fois, ça peut s'allumer dans les lobes frontaux et il y a marqué joie joie joie.
Trente minutes. Comme tout le monde. Avec à la fin, joie, joie, joie. Et pour vous dire, à quel point, cette émotion est bien sérieuse, renseignée et recevable, je ne me suis même pas aperçu qu'Alio (le brun) n'arrivait pas à tirer un son de ses claviers et de sa guitare. J'avais bien compris qu'ils n'avaient pas pu jouer un morceau, mais pour le reste, c'était du miel pour mes oreilles et pour mes yeux. Hum... du miel, ça colle... Non, alors, c'était Noël. Oui, c'est la saison après tout. C'était Noël. Ce soir, c'est Noël, comme dirait Didier.
Je les avais pourtant déjà vus sur scène, le 1er septembre. Je ne les découvrais pas. Les morceaux, je les avais déjà entendus.
Sauf que le choc fut aussi fort que si avait été la première fois, comme la première fois que j'ai vu De Kift(musicalement rien à voir). Une sensation très forte et rare.
Le batteur ? Vous croyez ? Il y a un batteur maintenant dans Alb, Masto. Ce type est très fort. Et fin, on dirait.
Là, je vais être obligé de faire une digression pour expliquer. Masto, je l'ai vu un foulard sur le visage, taper un beat d'enfer derrière Exco, à l'Appart, il y a trois semaines. Exco, en plus de se faire démonter la tête, fait du hip hop à Reims, avec plein de gens. Le 10 novembre, il a fait une soirée avec son collectif Panicrum et pour l'occasion a monté un groupe, The Broken Arm Band dans lequel figure outre Masto, Clément (Alb) et Guillaume (The Film, The Shoes, The Bewitched hands, The Doors, The Beatles, The Teletubbies...). Ca aussi, c'était excellent. Le son de ce groupe était excellent. Et dedans donc Masto qui cognait.
Samedi, dans Alb, je n'ai pas remarqué Masto (je n'avais pas remarqué les soucis d'Alio donc, hein, méfiez-vous), son jeu n'avait rien à voir. Il a su se fondre dans le groupe et y apporter... quoi... l'étincelle magique pour qu'Alb m'éclate à la figure. Et puis, encore, probablement, beaucoup de travail, il n'y a qu'à regarder les cernes de Clément pour se convaincre de l'humanité, la fragilité de la chose. Des répétitions, des insomnies, des tâtonnements, des expérimentations, des insomnies, des insomnies. Pour pondre des sons, des harmonies, des refrains, de la joie joie joie.




Vous serez heureux d'apprendre que Joie joie joie jouera au Ludoval samedi 8 décembre avec Pull et The Bewitched hands on the top of our heads et qu'Alb sort son premier album, lundi prochain, le 10 décembre, il est glissé dans un plastique orange en forme de mange disque comme le nom de l'album Mange disque avec des vignettes autocollantes.

Et quant au choix, ou non, d'un groupe champardennais pour participer au tremplin découvertes du Printemps de Bourges 2008, il faudra attendre la nouvelle année après que le jury aura visionné les quatre mini-concerts de Vitry qui ont chacun été filmés.


 Critique écrite le 05 décembre 2007 par Bertrand Lasseguette


Orange Bleue, Vitry-le-François : les dernières chroniques concerts

Tagada Jones + Sick Of It All + Kraken en concert

Tagada Jones + Sick Of It All + Kraken par Fabrice Lmb
L'Orange Bleue à Vitry Le François (51), le 06/04/2017
Il y avait foule ce jeudi soir pour assister aux très belles prestations de Tagada jones, Sick Of It All et Kraken... Une soirée placée sous les auspices du hardcore, du punk et du... La suite

Interview de Gomm par Bertrand Lasseguette
Orange Bleue, Vitry-le-François, le 16/06/2007
Voici une interview du groupe Gomm recueillie avant leur concert du 6 avril dernier à Vitry-le-François (Marne). Je les connais un peu. Marie, la chanteuse, est la sœur de Thomas, un très bon ami. Voilà pour l'anecdote qui n'intéresse personne d'autre que moi. Gomm est un excellent groupe. J'ai eu le coup de foudre en les découvrant en... La suite

Gomm, Hey gravity, Peplum par Bertrand Lasseguette
Orange Bleue, Vitry-le-François, le 06/04/2007
La soirée commence sur les chapeaux de roue. Perdu dans ma Twingo, je croise la route de deux jeunes sur leurs scooters. "L'Orange bleue ?" "-Vous n'avez qu'à nous suivre." Et j'arrive ainsi, en toute discrétion, avec deux lascars pour escorte qui m'ouvrent la voie en faisant des roues avant. Sur scène, ça pétarade sec aussi. Peplum, "The... La suite

AqME par TomTom {independent}
L'orange bleue à Vitry-le-François (51), le 06 novembre 2004
ct tout simplement excellent Aqme est vraiment un tres bon groupe tres bon set list tres bien joué ambiance de folie j'y ai laissé une oreille et un poumon mdr!je me suis ptetre jamais éclaT de tte ma courte vie en + yavé plein de jolies filles en + de Charlotte lol! un seul bémol le premier groupe était bof La suite