Accueil Chronique de concert Blackalicious & Lifesavas + Otis Stacks
Mardi 31 mars 2020 : 10083 concerts, 25960 chroniques de concert, 5290 critiques d'album.

Chronique de Concert

Blackalicious & Lifesavas + Otis Stacks

Blackalicious & Lifesavas + Otis Stacks en concert

Moulin, Marseille 22 Octobre 2015

Critique écrite le par

Si la programmation du Moulin depuis qu'il a rouvert fait souvent la part belle au rap hexagonal, les concerts de hip hop US s'y sont fait jusque là très rares et hasard du calendrier il y en a deux à quelques semaines d'intervalles.



Avant la venue des Cunninlynguists c'est un joli plateau proposé par l'asso Comparses & Sons (à qui l'on doit d'avoir vu d'excellents concerts de The Coup ou The Procussions à Venelles) avec Blackalicious dont c'est le tout premier passage à Marseille.

La première partie est assurée par le duo Otis Stacks du Danois JustMike, producteur de Dafuniks avec sur scène le chanteur californien Elias et le rappeur JGivens.
Ambiance très timide pour un groupe qui livre pourtant une prestation des plus plaisantes.



Le costaud Elias n'a pas vraiment la voix qui correspond à son allure et s'avère un soulman délicat, parfois à la limite du mielleux.

Une voix qu'on pourrait rapprocher des Anglais Smooth & Turell ou de Jamie Woon, puissante et pleine de variations.

Pour ce qui est de JGivens, on appréciera ce coté prédicateur décalé avec un flow saccadé mais intelligible.



Le public réagira surtout lors d'une reprise du "Ms Fat Booty" de Mos Def puis d'un titre sur l'instru du "Simon Says" de Pharaohe Monch, deux tubes devenus des classiques sortis en 1999, l'année où l'on a découvert Blackalicious avec l'album "Nia".

Un coup d'essai qui reste leur coup de maître, mêmes si les disques qui lui ont succédé ("Blazing arrow" (2002), "The Craft" (2005) et le tout récent "Imani vol.1") n'ont pas à rougir de la comparaison.



J'ai eu la chance de les voir en 2003 puis 2006 aux Eurockéennes de Belfort, la première fois ils avaient retourné un chapiteau avec grande classe, la deuxième dans une plus grande scène et en plein après midi m'a moins laissé de souvenirs.

Cette toute première date marseillaise tombe vraiment bien après avoir écouté en boucle leur dernière galette depuis quelques semaines, dans une petite salle toute acquise à leur rap funky et hyper percutant.

On avait eu l'occasion de voir le dj Chief Xcel à Marsatac en 2013 avec le projet (passé un peu inaperçu) Burning House mais quelle joie de retrouver cet incroyable performeur qu'est Gift Of Gab.



Il a certes pris un coup de vieux certain au niveau visuel et sera assis à de nombreuses reprises, il n'en demeure pas moins un des mc's les plus impressionnants de la planète rap, avec ce timbre rocailleux et ce flow hors norme qui ferait passer Eminem ou Busdriver pour Grand Corps Malade.

Blackalicious ne sont pas seuls sur scène, il y a leurs protégés Vursatyl et Jumbo du groupe Lifesavas pour les épauler, et quasiment donner un concert dans le concert.



Loin de parasiter l'ensemble, ce micro partagé va donner un live d'une grande générosité, au rythme à couper le souffle, il a du durer un peu plus d'une heure sans aucun temps mort.



Leur collaboration sur le dernier album de leur aînés, "That night" était déjà un des sommets du LP, c'est aussi un des morceaux les plus appréciés du public.



Les autres pépites du disque semblent avoir été composés pour bouger les foules, de "Alpha & Omega" en passant par "The Blow Up", "Blacka" et le single "On Fire tonight".

Les classiques du duo sont quasi tous au rendez vous, de "Deception" à "Paragraph President" en passant "Make you feel that way", "Chemical" sans oublier LE moment de bravoure "Alphabet aerobics".



Un de ces moments de bravoure où plus Gift Of Gab rappe vite plus l'assistance se lâche, crie et ondule autant que permet cet espace confiné.

Une soirée remarquable autant pour le public que pour le groupe qui s'il a beau avoir des années de concerts et gros festivals derrière lui, semblait vraiment ravi d'une ambiance pareille.

Blackalicious : les dernières chroniques concerts

Eiffel + Nada Surf + Dave Gahan + Blackalicious + Zebda (Eurockéennes 2003) par Pierre Andrieu
Belfort (90), Grande Scène, Chapiteau, Loggia, Plage, le 06/07/2003
C'est devant une plage bondée que le groupe français Eiffel lance cette troisième et dernière soirée des quinzièmes Eurockéennes de Belfort. Si le groupe est très à l'aise dans les petites salles comme la Coopérative de Mai, il se débrouille aussi très bien dans des lieux moins intimes. Energique, bien rock mais pas très surprenant, le... La suite

Compte rendu complet des Eurockéennes de Belfort 2003 par Pierre Andrieu
Belfort (90), le 18/07/2003
La quinzième édition des Eurockéennes de Belfort a été une indéniable réussite artistique mêlant habilement découvertes et stars. Le très nombreux public (90 000 personnes en 3 jours) a pu assister à d'excellents spectacles de groupes couvrant tout le spectre musical. A Belfort, les fans de pop, rock, punk, électro, metal et hip hop... La suite

The Polyphonic Spree, Tony Allen, Nada Surf, Dave Gahan, Blackalicious, Asian Dub Foundation, Massive Attack (Eurockeennes 2003) par Sami
Belfort, le 06/07/2003
Une musique intemporelle, une vingtaine de musiciens (section de cuivre, flûte, harpe, guitare et orgues...) et de jeunes choristes en robes blanches, menée par un chanteur complètement déjanté, The Polyphonic Spree est une drôle de secte baba cool, une sacrée suprise qu'on est pas prêt d'oublier, même si l'album est difficilement écoutable en... La suite

Moulin, Marseille : les dernières chroniques concerts

Camélia Jordana + Siem Folknomade en concert

Camélia Jordana + Siem Folknomade par Sami
Moulin, Marseille, le 09/11/2019
Les voix féminines et la Méditerranée sont à l'honneur au Moulin, qui, contrairement à ce qui était annoncé, est en configuration "petite salle" ce soir. Siêm Folknomade Pour... La suite

La Maison Tellier +  Blind Cinema en concert

La Maison Tellier + Blind Cinema par Sami
Le Moulin, Marseille, le 24/05/2019
Le Moulin a toujours été une des salles les plus ponctuelles de Marseille, beaucoup plus que les transports en commun en tout cas. Du coup comme souvent on aura juste le temps... La suite

Bukowski + Ultra Vomit en concert

Bukowski + Ultra Vomit par Philippe
Le Moulin, Marseille, le 10/05/2019
Soirée (évier) metal potentiellement débile et bien régressive, avec les quasi-mascottes du Hellfest : les fameux Ultra Vomit de Nantes ! Le public devant l'entrée semble... La suite

No One Is Innocent + Tagada Jones en concert

No One Is Innocent + Tagada Jones par Aulie
Le Moulin, Marseille, le 24/11/2018
Samedi 24 novembre 2018, direction le Moulin à Marseille pour assister à une soirée 100 % rock engagé avec les groupes Tagada Jones et No One In Innocent pour leur "Bruit dans... La suite