Accueil Chronique de concert Goulamas'k, The Fabulous Freaks, Les Doigts Tordus, Dégage si ça t'gène
Vendredi 16 novembre 2018 : 12512 concerts, 25245 chroniques de concert, 5234 critiques d'album.

Chronique de Concert

Goulamas'k, The Fabulous Freaks, Les Doigts Tordus, Dégage si ça t'gène

Goulamas'k, The Fabulous Freaks, Les Doigts Tordus, Dégage si ça t'gène en concert

Salle des fêtes, Brout-Vernet (03) 3 novembre 2018

Critique écrite le par

C'est par un petit soir frisquet de novembre, tout juste après empoisonnement généralisé de nos têtes blondes à coups de Haribo que, mon chauffeur et moi-même, nous risquons à quitter notre beau Puy de Dôme pour les sauvages contrées du Bourbonnais. C'est, plus exactement vers la salle des Fêtes de Brout-Vernet que nos pneus se dirigent. Ce soir, l'association Wepachaba organise un mini festival avec 4 groupes : The fabulous Freaks, Les Doigts Tordus, Goulamas'k et Dégage si ça t'gène. Soirée idéale pour un photographe/chroniqueur en convalescence, la pluralité des styles me permettant d'espérer une rééducation efficace de ma plume et de mes objectifs !


The fabulous Freaks

C'est avec un retard digne d'un cabinet médical que les vichyssois de The fabulous Freaks entrent en scène vers 20h45. Ce combo formé en 2016 et composé de Aurélien Bouquet à la batterie, Fabien Gontier à la basse, Pierre-Y Burlot au chant et à la guitare et de Cédric Routier à la guitare propose un rock énergique dont les compositions intéressantes ne sont pas sans rappeler, parfois bien trop à mon avis au niveau de la voix, le travail de No One is Innocent. Leur set est efficace, appliqué bien que cette dernière ne leur permette pas un jeu de scène exubérant. Il n'est pas évident de chanter comme Kemar et de sauter partout comme lui ! Malgré tout, les compositions sont bonnes, les textes intéressants et The Fabulous Freaks devrait faire rapidement un bon petit bout de chemin sur la scène locale.


Les Doigts Tordus

Arrive ensuite, après un changement de plateau pendant lequel, comme bien souvent, on se rend compte que c'est le boxon à sonoriser ces instruments acoustiques, Les Doigts Tordus. Eux non plus je ne les avais jamais vus bien qu'ayant déjà assez souvent entendu leur nom. Ils sont trois sur scène désormais. Leur partie féminine ayant quitté le navire pour cause d'éloignement géographique, il reste maintenant pour mettre le feu sur scène : Thibaut Bellier au chant et à la guitare, Olivier Coigny au chant et à l'accordéon, Florent Lapchine au chant, au saxophone et aux percussions. Ils sont venus avec leur public, ayant déjà à leur actif pas mal de date et d'expérience scénique. Ma première impression est une panique inconsidérée, moi fan de rock poilu, de guitares pointues, je vais devoir me fader de l'accordéon, instrument qui me donne presque autant de boutons qu'il en possède lui-même. Bon, je respire un grand coup, bois une bière qui fait mal à la tête et ouvre mes esgourdes. Seconde impression : ben mazette ça joue bien, ça bouge bien, c'est presque agréable (super compliment de ma part). Les textes, souvent engagés sont biens écrits, les parties musicales complexes avec des ambiances parfois bastringues, parfois latino, parfois orientales, parfois de l'Europe dite de l'Est. Le public déjà conquis, connais les paroles et de ce fait l'ambiance monte agréablement dans cette salle des fêtes qui, petit à petit se remplit. Je dois l'avouer, à mon grand désarroi, j'ai bien aimé et passé un bon moment.


Goulamas'k

Troisième groupe de la soirée et a priori la tête d'affiche : Goulamas'k. J'avoue, malgré leur 20 ans de carrière, plusieurs centaines de concerts, et bien je ne connais pas du tout, je n'avais même jamais entendu parlé d'eux. Bon faut bien dire que la scène punk/ska/festive/occitane, c'est pour moi la face cachée de la lune. Mais bon, ils ont une bonne tête les Goulamas'k, de belles crêtes, des jeans déchirés, des kilts... ça devrait le faire comme on dit.



Ces Languedociens ont la patate, mais la vraie, la grosse. Ils sont pas sur scène pour sodomiser des diptères. Il y a du métier c'est évident, mais il y a aussi du plaisir, de l'énergie. Les influences sont multiples : des textes engagés et de grosses guitares qui ne sont pas loin des Sales Majestés, du Ska que ne renieraient pas les Espagnols de Ska P, des parties reggae/world digne de la Mano Negra, et même des passages qui me rappellent du bon vieux Tri Yann !



Les textes scandés en occitan ou en français mettent en mots les maux de notre monde : misère, réfugiés, écologie... malgré tout cette musique reste festive et l'ambiance dans la salle monte d'un cran. Bien évidemment, on a les deux ou trois gaziers gazés qui pogotent sur tout ce qui bouge, mais ça fait partie du spectacle, du folklore ! Sur scène par contre pas de folklore, guitare, basse, batterie sont au cordeau, le saxophone amène une touche que n'aurait par renié Madness s'ils étaient de Béziers, l'homme en kilt chante, trombonnacoulisse, bombarde, cabrette sans arrêt, le chanteur harangue sans cesse..... Pas de répit, pas de prisonnier, et au bout de 90 minutes d'énergie pure, le set se termine sur un "Bella ciao" qui contrairement à certaines reprises vomitives actuelles, a un vrai goût de révolte, de "résistance" et de liberté.


Dégage si ça t'gène

Comme bien souvent, ce sont les punks bourbonnais de Dégage si ça t'gène qui vont clôturer la soirée. Alex, sautillant comme un zébulon sous speed, nous envoie un punk hardcore sans concession. Ça joue fort, peut être un peu trop, les vu-mètres sont dans le rouge, Hervé, à la batterie poumtchaque tel un train emballé. La guitare est acérée comme une lame de rasoir. Ça envoie sévère, mais à 2 heures du matin c'est peut être un peu trop, en tout cas pour moi. C'est donc avant la fin de leur set que Papy retourne vers la voiture de son chanteur/chauffeur pour retourner dans le brouillard vers la civilisation !!!

Au final, une bonne soirée avec trois belles découvertes : The Fabulous Freaks, les Doigts Tordus et Goulamas'k et une bonne confirmation pour Dégage si ça t'Gène. De plus, il est à souligner l'organisation quasi parfaite et le nombre impressionnant de bénévoles de l'association Wepachaba : de l'accueil à la buvette tout roule parfaitement. Un son de très bonne qualité, ce qui dans une salle des fêtes n'est pas forcément simple, le seul bémol étant le manque de lumière sur scène ce qui ne facilite vraiment pas le travail photographique.


Goulamas'k : les dernières chroniques concerts

Duck Tape + Boucan Clan + Goulamas'k (Festival Boucan d'Hiver) en concert

Duck Tape + Boucan Clan + Goulamas'k (Festival Boucan d'Hiver) par Philippe
Centre culturel, Charleval, le 26/01/2018
Soirée très sympa et même petit voyage dans le temps, ce vendredi soir à Charleval, 13. Le groupe Boucan Clan, que je ne connaissais que de nom, semble avoir une activité... La suite