Accueil Chronique de concert Indochine
Jeudi 21 mars 2019 : 11096 concerts, 25407 chroniques de concert, 5245 critiques d'album.

Chronique de Concert

Indochine

Indochine en concert

Le Dôme - Marseille 13 Novembre 2009

Critique écrite le par

Météoritique.
Ce mot résume bien l'impression donnée par ce concert : ça vient du cosmos, à l'instar des paroles toujours un peu space de Nicola Sirkis, c'est gros, lourd et chaud quand ça traverse l'atmosphère, et ça fait l'effet d'une bombe quand ça arrive.

J'avais déjà eu l'occasion de voir Indochine en concert lors des tournées Wax, Dancetaria et Paradize, et j'avais été positivement marqué par l'ambiance qu'ils arrivaient à générer, mais là je crois que c'était encore mieux. Peut-être moins intense dans un premier temps malgré la dynamique apportée par la transition entre les chansons légères ou militaristes des années 30 diffusées pour mettre dans une espèce de bain rétro (On ira pendre notre linge sur la ligne Siegfried, arf !) et Indo ; Mais ils se sont très largement rattrapés ensuite, et ça n'en finissait plus, du jamais vu pour moi : près de 2h45 de live et dans les 30 titres !

Pas trop de regrets donc d'avoir loupé la première partie (Glow) même si j'aime bien découvrir des guest stars (ou plutôt pas stars), car ça aurait fait sacrément fatigant tout ça. Vu qu'un concert d'Indo c'est un investissement physique certain !


Askan de Glow (ça en jette, ça fait très personnage de jeu de rôles)


Et puis cette fois, en plus de l'aspect physique, il y avait un certain poids psychologique à encaisser, avec ces images de guerre -surtout de tranchées sales et humides- alternant sur les 5 écrans géants nous dominant et nous encerclant quasiment (du moins ceux qui étaient dans la fosse).




Bien sûr, à l'habitude d'Indo, c'est un fouillis historico-culturel un peu grand n'importe quoi, en l'occurrence avec des images mélangées tirées d'époques bien distinctes (première et seconde guerres mondiales, guerre froide), mais je ne nierai pas que ça faisait son effet, assez impressionnant par moments.

Globalement, une esthétique assez sombre portée sur le gris, souvent de beaux visages de femme, d'ados/enfants ou de Nico accompagnant bien les titres tristes évocateurs de séparations et de mort du dernier album.


duo virtuel avec Suzanne Combeaud




Et puis des moments un peu différents, comme ces superbes images rapprochées de la Lune, que l'espèce de mouette en images de synthèse cheap survolant l'astre n'arriva pas à gâcher (sur le célèbre titre J'ai demandé à la mouette).

Et toujours la "fanempathie" caractéristique de Nico : ses contacts innombrables avec les premiers rangs, un petit bain de foule gentillet, des mots dédiés...



...et même un joli bouquet d'adolescentes invitées à monter sur scène en fin de concert puis disparaissant ensuite dans les sombres recoins de l'arrière-scène pour on ne sait quelle activité louche, mon dieu my god. On pardonnera donc au guitariste Boris Jardel son excitation manifeste, après avoir reçu en cadeau un monumental soutif 100% Made in Fanland.


Ca lui fait de l'effet apparemment, toutes ces filles et leurs sous-vêtements !


Pour parler titres, une dominance naturelle du dernier album La République des Meteors, avec notamment les superbes Go, Rimbaud Go! (en ouverture après la véritable instrumentalo-bruitiste Republika Meteor Ouverture), La lettre de métal, Le Grand Soir, Le lac, ou encore Junior Song (encore merci Aurélie et Grégory pour me l'avoir offert, cet excellent album, que j'ai redécouvert lors de cette soirée avec plaisir !)


Le batteur François Soulier dit Mr Shoes (je propose aussi la variante "El Señor Zapato", ça fait plus indo-révolutionnaire), ex-Treponem Pal


L'album Paradize de 2002 avait également les faveurs du groupe, avec le délicieux J'ai demandé à la Lune, mais aussi les très efficaces Marilyn et Electrastar, ou encore le gothique Le Manoir. Mention pas spéciale pour ce Punker qui porte plutôt mal son nom, et à la lourdeur notable. "Est-ce que tu viendrais faire du sexe avec moi ?" Heu, sans façons, merci, vous êtes bien brave mon cher, mais non. Ceci dit y'avait un paquet de jeunettes très enthousiastes à cette idée manifestement (je reconnais qu'ils sont toujours bons pour "exciter les petites filles" comme ils disaient en 1984).


En plus il se filmait lui-même, le pervers !


Pour le reste de la discographie, une sous représentativité notable de l'avant-dernier double album Alice & June, mais qui s'explique peut-être par son "exploitation" optimale lors de la méga-tournée qui y était consacré. Au programme : June, Alice & June, et Jason, Brenda, Cynthia, Philomène, Gustave, Glaviouzzor, Floribur & June (ha, pardon, je crois qu'une petite erreur s'est glissée dans ma playlist, il s'agissait plutôt d'Adora).


Le bassiste Marc Éliard


Sinon, un grand vide pour les années 90, à l'exclusion de peut-être mon titre favori de toute la période, donc woo hoooooo ! (avec une voie aiguë) : musique chouette, paroles marrantes, le grand retour, j'ai cité Drugstar ! Bon, comme j'étais à peu près le seul à me trémousser là-dessus dans mon coin de fosse, ça voulait sûrement dire que les fans de cette époque étaient rares et les indo-indics devaient l'avoir fait remonter au groupe.


Oui, vas-y Matu(szenski), elle est trop bonne la petite mélodie de Drugstar !


Et puis, bien sûr, difficile d'imaginer Indo sans évoquer les Eighties. Pour moi, ils ont clairement prouvé depuis un paquet de temps maintenant qu'ils ont su évoluer musicalement dans plusieurs directions souvent inspirées. Mais ils n'ont pas renié pour autant leurs premières années, et c'est très bien : L'Aventurier m'a paru particulièrement puissant, par rapport à d'autres versions live, 3 nuits par semaine reste parfaitement au goût du jour.


Nico et l'ex-fan devenu guitariste-clavier-compositeur-producteur d'Indo Oli de Sat (encore un sorti d'une aventure fantastique !)


Et pas mal d'autres tubes de l'époque ont été cette fois intelligemment "medleyisés", juste pour le plaisir de profiter d'un couplet et d'un refrain, mais dans un concentré d'enfer : Des fleurs pour Salinger, Les Tzars (juste un peu bofbof pour l'instrumentation), Kao Bang (quel pied de hurler avec eux ces paroles surgies de mes années collège "contre les dragons elle frappe les yeux ferméééés, heyyyyy !") ou encore le 1er titre que j'ai connu d'eux, Canary Bay et ses filles en short (comme quoi leurs paroles m'ont toujours fait marrer depuis le 1er jour, Nico est trop fort).


Pleure pas, tout ça c'est loin mais t'es encore bon !


Bémol juste pour 3e sexe, dont cette incontournable version piano/voix commence à sérieusement me courir sur le haricot tellement elle est convenue. A l'époque où elle était pensée comme une intro au cœur du titre, ou liée au Mes regrets de Michel Polnareff, encore, ça avait son sens. Mais là je trouve ça d'un creux et d'une émotivité forcée en décalage avec ces paroles si peu émouvantes, alors que y'a tant d'autres titres d'Indo adaptés à l'intimisme... Quand allez-vous enfin vous décider à y rebalancer du gros son, qu'au moins on s'éclate dessus comme des bourrins ?


Bon, là aussi c'était tout calme, mais c'était bien vu par contre.


En dehors de tout ça, à signaler aussi la courte apparition du You Spin me Round des Dead or Alive, difficile à reconnaître au début mais intéressant.

Et une grosse déception : ne pas avoir eu droit au Je t'aime tant de Jacno repris sur leur dernier album, voire à un meilleur titre de lui.
OK c'est peut-être macabre, mais j'aurais pensé que le décès de l'artiste il y a quelques jours aurait inspiré Indo pour un hommage sympa (qu'ils ont fait je crois sur une autre date récente, mais pas à Marseille). Bon, ben puisque c'est comme ça, allez, moi je le fais le petit hommage : "Il avait une petite douleur pour seule mémoire, et peut-être quelque fantôme dans ses tiroirs..." / "Les objets sont très très sournois, l'autre jour j'ai vu des papiers qui foutent le bordel sur ma table, la télé qui n'arrête pas de me regarder, et ce fer à repasser en veut à ma peau..." / "Un peu de beauté plastique pour effacer nos cernes, de plaisirs chimiques pour nos cerveaux trop ternes, que nos vies aient l'air d'un film parfait... laa la, lalalalaa la..."
Hum.
Adieu Jacno (passe le bonjour à la belle Pauline).

Et merci quand même Indo. C'était très bien !

Un grand merci aussi à la "famille yanndu13" pour leurs photos, et à bientôt j'espère pour un pot concertandco avec de l'Indo en zique de fond (comment ça y'aura que nous ?).

> Réponse le 18 novembre 2009, par Neodwin

Fan depuis de nombreuses années ... je suis toujours fasciné par ce groupe que l'on croyait fini. Le thème de l'album est respecté à la lettre sur cette tournée. Je suis toujours impressionné par la prestation scénique de ce tout jeune groupe de 30 ans de carrière et de ce tout jeune chanteur de 50 ans. Merci les Boys et Nicola ( pour ce concert magique et pour m'avoir touché la main au tout début du live. ) Petit clin d'oeil au photographe de Concert And Co qui est fan depuis 30 ans et qui a réalisé ce soir-là un rêve ; Au plaisir ...  La suite | Réagir

> Réponse le 19 novembre 2009, par Pirlouiiiit

A la lecture de ces chroniques je regrette presque de ne pas être venu au Dôme ce soir là ... car leur passage à l'Espace Julien en 2000 ! (purée 9 ans !) ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable ... Peut être la prochaine fois si Yann me laisse y aller ;-)  Réagir

> Réponse le 22 novembre 2009, par -clo-

Aprés avoir lu cette chronique, je regrette de ne pas avoir acheté une place quand j'en avais l'occasion...  Réagir

> Réponse le 22 novembre 2009, par Yann B

rectification pour Pirlouiiiit. C'était le mercredi 3 juin 1998 au "cours Ju" pour la tournée WAX ;)   Réagir

> Réponse le 28 novembre 2009, par Ed

C'était du délire. ENORME!!!! Quelle énergie, quel spectacle, quelle ambiance, très certainement le meilleur concert que j'ai vu depuis U2. A la différence que c'est français. Je suis content de leur succès, ils le méritent. Ils ont mis des places à un prix très raisonnable, ils sont sympa sur scène. Vive Indochine et merci eux pour ce momment de bonheur. C'est sincère.  Réagir

> Réponse le 01 décembre 2009, par Célia

trop top ! c'est la première fois que je vois indochine en concert et c'est une ambiance complètement magique qui s'est crée ce soir la. Tout le monde était debout à chanter et danser du début à la fin. Impressionnant !! Merci et à très bientôt pour une autre soirée aussi géniale !!!  Réagir

> Réponse le 06 janvier 2010, par MissParamount

[Zénith Sud de Montpellier - 16 novembre 2009] Alors je vois que pour Adora, il a recommencé... Hou le pervers !! (tu parles, t'as pas arrêter de regarder) En effet, pour Drugstar, avec ma meilleure amie, nous étions quasiment les seules à chanter et danser dessus ! Haha, Indomaniacs et on assume :p (si on appelle danser se trémousser comme on peu dans la fosse) En tout cas, Nico a toujours un bon contact avec le public,c'était un vrai plaisir !! Les scènes étaient mélangées en un cafouillis artistiques si j'ose dire, ça faisait son effet. (surtout dans la fosse) J'arrête d'encenser le concert, car en petite gamine délurée de 14 ans que je suis, mon point de vue est loin d'être objectif. (tout le monde l'a remarqué, ha bon ?) Et surtout; putain d'public, putain d'concert, SHAYYYYYYYYYYYYYYYYYYY !!!!!!!!!!!!! ...hem...  La suite | Réagir

> Réponse le 07 avril 2010, par Floribur

Houlà, faudra que je pense à venir voir les commentaires après que j'aie posté une chronique, parce que je n'en ai jamais vu autant ! Effet Indo, à n'en pas douter. Merci à Neodwin pour sa photo bonus très sympa. Pour Miss Paramount : j'ai pas arrêté de... regarder les "prises" de Nico ? Ben ma foi ça faisait partie du show, non ? Attention à tes oreilles si tes parents apprennent que tu danses sur Drugstar devant un chanteur louche et à proximité d'un chroniqueur libidineux ! Pour Pirlouiiit et Clo : ne regrettez pas de pas être venus, car mon avis n'est que celui d'un type qui assiste à peu de concerts. Certes, ça encense pas mal aussi sur les concerts plus récents du groupe à ce que je vois, donc je devais pas être dans le faux, mais prudence ! Surtout de la part d'un mec qui aime...  La suite | Réagir


Indochine : les dernières chroniques concerts

Indochine - 13 Tour en concert

Indochine - 13 Tour par lol
Zenith d'Orléans, le 03/05/2017
Indochine est le groupe de rock le plus populaire en France depuis le début des années 80. Actif depuis 1982, capable de remplir plusieurs Stades de France, le combo de Nicola... La suite

Indochine  en concert

Indochine par Xavier Averlant
Le Trianon, Paris, le 09/12/2015
Pour la fin de l'année 2015, Indochine a décidé d'offrir à ses fans un concert gratuit "sur invitations" mais retransmis sur la nouvelle plateforme de streaming TIDAL. Ce... La suite

Indochine en concert

Indochine par Lebonair
Stade de France, Saint-Denis (Paris), le 27/06/2014
Indochine a rempli deux Stades de France les 27 et 28 juin 2014... En préambule de ces deux soirs, j'avais reçu une rapide présentation par mail de cet évènement : "Dans moins... La suite

Indochine + Klink Clock (Black City Tour 2) en concert

Indochine + Klink Clock (Black City Tour 2) par Pirlouiiiit
Dome, Marseille, le 30/11/2013
Me voici dans la délicate situation de devoir faire la chronique en n'ayant vu que 3 morceaux. En effet je comptais rester aussi longtemps que possible pour remplacer le... La suite

Le Dôme - Marseille : les dernières chroniques concerts

Toto en concert

Toto par Gandalf
Dôme de Marseille, le 25/03/2018
Toto c'est pour moi, typiquement le genre de groupe dont je n'ecoute quasiment jamais les albums studio, les trouvant assez inégaux ou mollassons sur la durée, mais qui ne m'a... La suite

Shaka Ponk + ALB (The Monkadelic Tour 2018) en concert

Shaka Ponk + ALB (The Monkadelic Tour 2018) par Lsl
Le Dôme - Marseille, le 09/02/2018
Shaka Ponk ! Que dire d'eux qui n'a pas déjà été dit ? Toute la difficulté de cette chronique réside dans cette question. Ce groupe vous fait voyager dans un univers unique,... La suite

Vianney en concert

Vianney par ce
Le Dôme Marseille, le 30/11/2017
Tu as beau te dire que tu as de la marge, mais je ne m'attendais pas à voir le Dôme pratiquement plein ce soir, ce qui ne facilitera pas l'accès à la salle. Il faut trouver sa... La suite

Frero Delavega + Bon Air en concert

Frero Delavega + Bon Air par Lumak
Le Dôme - Marseille, le 03/03/2017
J'arrive au Dôme à la fin de la première partie, assurée ce soir par Bon Air, qui est est un duo basque faisant de la musique pop folk. Le publicn et plus précisément les... La suite