Accueil Chronique de concert Kaly Live Dub - Ashkabad
Jeudi 17 octobre 2019 : 13812 concerts, 25720 chroniques de concert, 5267 critiques d'album.

Chronique de Concert

Kaly Live Dub - Ashkabad

Kaly Live Dub - Ashkabad en concert

Akwaba - Châteauneuf de Gadagne 01 Février 2014

Critique écrite le par

Ce soir, ce sont nos retrouvailles avec L'Akwaba ! Non pas que nous l'ayons boudé volontairement pendant cette année 2013 qui vient de s'achever, mais plutôt parce que ça c'est fait comme ça ... Le hasard et puis le fait qu'on se laisse prendre pas le tourbillon des programmes et de la vie. Bref. Erreur majeure et réparée en ce début 2014 et, ironie : c'est pour retrouver Kaly Live Dub, justement découverts ici et surtout beaucoup aimés (même par la non amatrice du genre que je suis).

Après le petit tour obligatoire (et toujours amusant) par le Bus-Billetterie, nous nous installons dans la salle pour la première partie. Une découverte que j'espère aussi bonne que Kaly ne l'a été il y a trois ans.



Ashkabad est un duo machine et guitare, qui commence cash et quasi dans le noir, avec une musique un peu à la Hugo Kant (sans la flûte ;) !) La chaleur de ce premier morceau fait rentrer tous ceux qui étaient encore dehors (et comme il pleut, pas de raison d'y rester d'ailleurs !)

Mix de voix et d'instruments, sur fond oriental, avec la guitare jouée en mode Reggae et la lumière qui balaye la salle ... Par contre, toujours pas un pète de cette dernière sur scène, mais du bon son (et comme je ne suis pas photographe, c'est tout ce qui m'importe !)

Au second morceau, le guitariste nous fait découvrir qu'il est aussi chanteur. Droit comme un " i " et donnant une tournure plus Electro à la musique. De son côté, le machiniste ne tient plus en place. Puis c'est en mesure et à l'unisson que leurs corps battent la mesure.



Entre chaque morceau, on a droit à notre " Merci l'Akwaba ! ". Petit faux départ sur la troisième, mais pas grave : ils gèrent et ça vaut vraiment le coup de recommencer ! Toujours cette alliance de la guitare et de la voix avec les machines ... Cliquetis de clochettes et grosse ligne de basse. Jolis contrastes et musique travaillée. La voix apporte aussi beaucoup à l'ensemble (et en général rarement présente sur ce genre musical, donc belle initiative). On devine à peine leurs silhouettes à travers la fumée, tout juste éclairées par trois rampes de spots alternatifs. Public en ombres chinoises ... Très fantasmagorique comme rendu visuel !

" Rapprochez-vous donc ! Je ne vous vois pas dans tous les cas, mais je veux vous sentir ... " Encore un ch'tit problème technique. Marche, marche pas ... " C'est bon, je l'ai ! " entend-on d'un coup. Ils sont cash, simples et natures. On enchaîne sur un morceau ressemblant davantage à celui de leur entrée. Une alternance très agréable et qui retire toute sensation de lassitude. Eux dansent et s'éclatent littéralement sur scène. Un vrai plaisir à voir. Avec des pauses qui leur donnent la possibilité d'enchaîner sur des redémarrages de folie, ce qui leur donne envie de nous demander " Du bruit, Bordel !! Après y'a Kaly !! "



On renoue avec la voix du guitariste, mais cette fois sur des rythmes beaucoup plus saccadés. Son chant en fait de même, comme pour se mettre au diapason. Un côté beaucoup plus expérimental et en tout cas bien plus Electro.

Mais voilà que reviennent les petits problèmes techniques ... Angelo (à la table) est appelé à la recousse. Ça chambre pas mal dans le public. Recommence, recommence pas ? En tous cas, ils font leur max.

Finalement, ils trouvent la solution " Et merci pour votre patience ". Les samplers de trompettes viennent à la rescousse. Puis viennent des sons très sourds. Une musique puissante et massive. De celles qui ont le don de vous faire hocher de la tête. Je peux même vous dire que ça bouge pas mal dans le public et que ça devient la grosse éclate sur scène !



" On va attaquer le dernier morceau ... " Des comiques crient " Remboursés ! " Ce sera instrumental (donc non chanté), avec un final échevelé comme tout à l'heure et nos deux énergumènes qui ne se ménagent pas (tu m'étonnes qu'ils aient chaud !). Derniers sons avant de nous quitter ... Comme une soucoupe volante qui aurait atterrit.

Il y aura tout de même un rappel un peu bizarre (ou du moins bizarrement amené) mais avec, ceci étant, une bien belle accélération sur la fin. Une très bonne entrée en matière pour cette soirée et un groupe que j'aurai grand plaisir à entendre à nouveau.



Rodj : Guitare & Chant
Bast : Machines

Setlist
1 - Yum Kaax
2 - Ilya
3 - Diplomatica Club
4 - Warria
5 - Big Fish
6 - First Step
7 - Hard Times
8 - Too Much
9 - No More T
––––––––
10 - Dubheat

***************************************************************************



Mise en place de Kaly Live Dub dans le noir, en espérant un peu plus de lumière par la suite pour mon cher photographe (pas sûre aux vues de la première partie) ... Mais lorsque la fameuse lumière se fait, c'est dans une ambiance de fumée opaque, au milieu de laquelle on les devine plus qu'on ne les voit et où seul le batteur semble être mono-instrumentiste. C'est ainsi que tout commence, que leur musique, comme un géant invisible, avance sur nous. Un mélange parfaitement dosé de machines et d'instruments.

Les liaisons sont elles aussi sonores et, au second morceau, cinq écrans se mettent en marche. Une sorte de BD découpée grâce au jeu des toiles blanches les accompagne. Très bel effet visuel, avec la silhouette du guitariste qui se découpe toujours au centre. Un univers pas forcément sombre, mais plutôt énigmatique et très intense.



Roulement de batterie et un morceau d'inspiration un peu plus Reggae pour No Bother Jump, avec la bande son d'une ligne chantée. Et toujours ces visuels, avec des images assez captivantes, qui rendent le jeu de scène très vivant.

" C'était Learoy Green pour la voix ", qui reste encore avec eux pour un second morceau. La lumière comme un soleil qui s'installe. Le public qui danse d'une pied sur l'autre. Une belle vague humaine sous mes yeux (pour moi qui suis en hauteur). Très beau à voir depuis ma place et dans une jolie harmonie avec la musique.

Petit Dub improvisé annoncé. Quelques oiseaux viennent se mêler aux sons des percus. Ils sont dans le noir complet, avec une voix en colère de film américain qui déroule. Soleil vert sur la salle ... Ils savent vraiment mêler visuel et musique à la perfection. Ce n'est pas seulement un concert, mais tout un univers qui s'offre à nous. Y'a pas à dire : ils en imposent !



A mi-concert, on ne les voit même plus. Seulement les écrans qui semblent déplier de l'origami en 3D, sur une musique totalement Electro à présent. Leur champ d'action est décidément très large et tout est aussi captivant ! Les machines se répondent, comme pour un duel, et ces morceaux découpés d'une même grande image qui défilent sont vraiment superbes. On évolue dans un univers parallèle et, quand la musique se fait arabisante, l'ombre de mains féminines dansantes montent du public.

Ces mélodies vous possèdent et vous transportent, mélangeant influences et inspirations. Une musique sur laquelle il est quasi impossible de rester sur place sans être pris par une envie de bouger. Et quand elle se robotise, les images se saccagent elles aussi. Les musiciens n'apparaissent que subrepticement, à la faveur d'un éclair de strombi ... Le voyage continue.



La salle se réveille aux cris de " Sir Yes Sir ! " de Cross Ruling et nous sommes transportés par ces sons qui semblent tourner tout autour de nous. Intro de quelques secondes à la flûte ... On est dans Cendrillon ... Et l'instant d'après, on a quasi du gros rappeur qui nous balance du " Fuck You " en veux-tu, en voilà ;) Le moins que l'on puisse dire, c'est que ça décoiffe Kaly Live Dub !!

Petit détours par l'Afrique ... A chaque nouveau morceau, nouvelle surprise et surtout nouvelle aventure ! Animaux et paysages défilent, se transforment et se déforment. Toujours Learoy Green pour la voix et toujours un peu d'Afrique dans le thème musical de la dernière ... " Merci à vous d'être venus ! On va se quitter là-dessus... " Trop peu de réaction à leur goût, alors ils s'amusent : " C'est tout ce que ça vous fait qu'on s'en aille ?!? " (Rires) " Bon, on revient ! " Oui, Ok. Sauf qu'ils ne sont pas partis, mais pas grave !



Un rappel qui n'en est techniquement pas un donc, mais vu ce que nous nous prenons dans les oreilles, on ne va pas chipoter : Ça vaut le coup ! Ils se retrouvent en duo de guitares tout devant, quand la lumière revient (pas longtemps, je vous rassure !) et puis, le morceau terminé, ils quittent la scène réellement cette fois ... Pour y revenir (Rappel ... et un vrai !) dans une ambiance bleu nuit. A nouveau des guitares bien présentes, comme pour la précédente. Des voix-off. Et puis ils apparaissent une dernière fois, avant de re-disparaitre dans l'ombre.

Les écrans reviennent, avec leurs personnages de BD mêlés à des images très urbaines. Une musique plus portée sur le Dub et des personnages qui défilent dans une course désespérée ... Vers quoi ? Mystère ! Sirènes de guerre. Ambiance étrange avant de conclure simplement : " On va vraiment s'en jeter une petite dernière. Merci pour votre accueil ! "



Stéphane Bernard : Machines & Guitare
Paul Kozmik : Guitare & Clavier
Eric Frascone : Basse & Clavier
Mathieu Trouillet : Batterie & Programmation

Setlist
1 - Cluster
2 - Allaxis
3 - No Bother Jump
4 - Dub A My Side
5 - Funny Bway
6 - No More Dread
7 - Enjoy
8 - Moog Lee
9 - Find Us
10 - Cross Ruling
11 - Pack Ice
12 - Can I Make A Wish
13 - Hard Man
––––––––––––––
14 - Repercussions
––––––––––––––
15 - Lightin' The Shadows
16 - Run And Go Hide
17 - Chord Note

Chronique réalisée par l'équipe de Concerts en Boîte

Kaly Live dub : les dernières chroniques concerts

Kaly live dub - Niveau Zero en concert

Kaly live dub - Niveau Zero par Ysabel
Akwaba - Châteauneuf de Gadagne, le 20/11/2010
Une première expérience pour moi ce soir à l'Akwaba et c'est une très bonne surprise à l'arrivée. Bon, elle est un peu gâchée par la pluie, mais ce n'est pas grave; il m'en faut... La suite

Kaly Live Dub en concert

Kaly Live Dub par Vilay
Victoire 2 - Saint Jean De Vedas, le 15/10/2010
Kaly Live dub fait partie de ces groupes électro-dub qui s'apprécient devant la scène avec un gros son en façade. Une fois de plus Victoire 2 répondait à cet impératif et l'a... La suite

Kaly live Dub + Dubmood versus dj Facteur en concert

Kaly live Dub + Dubmood versus dj Facteur par Ratwoman13
L'Escale - Aubagne, le 29/11/2008
Après quelques mois d'absence en salle de concert, je suis enfin de retour pour du bon son. Samedi soir l'Escale recevait une soirée Electro avec les Fameux lyonnais de Kaly live... La suite

Kaly live dub + Kaophonic Tribu + Debout sur le Zinc par Bwaiss
Fac de psycho, Nice, le 13/06/2003
enfin je vois Kaly en concert....ça faisait longtemps que je voulais voir ce groupe de la vague de la lyonnaise de dub. Mais déjà première surprise ils jouent en premier (lumière du jour) le son est relativement bon, et le public le temps qu'il se chauffe devient bien chaud à la moitié du set de Kaly. ET Franchement c'est bon, on a la basse bien... La suite

Akwaba - Châteauneuf de Gadagne : les dernières chroniques concerts

Catfish + Kcidy en concert

Catfish + Kcidy par Lionel Degiovanni
Akwaba - Avignon, le 07/03/2015
Ce soir, départ pour le concert dans un lieu bien sympathique, l' AKWABA ! Je vais revoir ou plutôt redécouvrir CATFISH que j'avais pu découvrir lors du Paléo festival l'été... La suite

Les Robertes + Heymoonshaker en concert

Les Robertes + Heymoonshaker par Lionel Degiovanni
Akwaba - Chateauneuf de Gadagne, le 02/11/2013
Ce soir-là, direction l'Akwaba, petit lieu très sympathique, dans le Vaucluse. Ce lieu est niché dans Châteauneuf de Gadagne et accueille souvent des petites perles. La... La suite

Natty Jean + Danakil Band + Dias + Korodjo + Conquering Sound en concert

Natty Jean + Danakil Band + Dias + Korodjo + Conquering Sound par Bertrand 13rugissant
Akwaba (Chateauneuf de Gadagne), le 16/03/2013
Soirée organisé par Korodjo c'est la Faites Sans OGM. Tout le weekend, des débats, des ateliers autour de cette problématique on ne peut plus d'actualité. Et pour animer nos petits... La suite

Body/Head + Das Simple en concert

Body/Head + Das Simple par Mai-lan
Akwaba - Châteauneuf de Gadagne, le 23/09/2012
Des autres on a jamais cessé d'entendre parler. On savait Thurston Moore de nouveau aux prises avec ses délires adolescentesques, Lee Ranaldo libéré de Sonic Youth, plus présent... La suite