Accueil Chronique de concert Kargol's + Flying Pooh + Vincent Volt & Dick Hillowatt + Alakassa (Les Volcaniques de mars 2002)
Samedi 24 août 2019 : 11646 concerts, 25625 chroniques de concert, 5262 critiques d'album.

Chronique de Concert

Kargol's + Flying Pooh + Vincent Volt & Dick Hillowatt + Alakassa (Les Volcaniques de mars 2002)

Salle Animatis, Issoire 9 mars 2002

Critique écrite le par

Pour cette deuxième soirée des Volcaniques de mars, le public investit la salle de concert d'Issoire. J'avais un assez mauvais souvenir de l'ambiance lors des deux concerts auxquels j'ai assisté ici : Tue Loup et Autour de Lucie. A Issoire, un samedi soir, la pop calme est persona non grata : les gens s'étaient mis à hurler "Rock ‘n' roll", "Dégagez" et autres amabilités. Il faut les comprendre essayez de danser le rock sur Tue Loup, c'est un peu problématique !

Comme il ne faut pas rester sur une mauvaise impression, je fais les 33 km qui séparent Issoire de Clermont-Ferrand pour découvrir les locaux d'Alakassa qui sont chargés de chauffer la salle. Autant le dire tout de suite, ce mélange de ska, de metal et de... blues (sur le deuxième titre) ne m'a pas du tout fait kiffer, pour parler comme les jeunes, nombreux ce soir. Il est vrai que ce style me fait rarement bouger, ce n'est donc pas de leur faute ! C'est un jeune groupe qui semble capable de progresser d'après les fans de ce genre musical. Le public a eu l'air d'apprécier et l'a fait savoir au groupe en lui demandant un rappel.

Les excréments volants, alias Flying Pooh, arrivent ensuite sur scène. Ils ont enfilé leurs plus beaux déguisements. Une camisole de force pour le chanteur, des tissus à couleurs chamarrées pour le reste de la troupe : deux guitaristes, un bassiste, un clavier, un batteur et un deuxième hurleur. Ils ont baptisé leur musique "Croon core" car ils jouent une sorte de hardcore avec un crooner au chant. Et bien moi, j'appellerais ça "n'importe quoi core". Le monsieur qui se démène pour paraître le plus idiot et déjanté possible, assure aussi le "chant". Il a de faux airs d'Ozzy Osbourne avec ses lunettes de soleil et sa tignasse noire. Il passe la plupart du concert, plié en deux, à hurler le plus fort possible. Tout ceci est fait avec pas mal d'humour, on passe de la musique musette au hardcore en passant par le néo metal et le ska. C'est un inextricable fourre-tout musical : il faut leur reconnaître un talent et un professionnalisme certains pour arriver à s'y retrouver et à présenter un labyrinthe sonore cohérent dans l'incohérence. Le chanteur mettra bien une heure à comprendre qu'il joue à Issoire et non pas à Clermont-Ferrand : "ça bouge à Clermont ?", "vous êtes chauds à Clermont ?", "La prochaine va vous plaire, Clermont!". Il faut lire le programme avant de monter sur scène ! Flying Pooh est original et drôle mais sur la longueur, on sature un peu. Ils sont décidés à jouer jusqu'au bout de la nuit ou quoi ? Joyeux pogos et cris hystériques se succèdent dans le public jusqu'à la fin.

Pendant la pause, on a disposé sur scène un matériel digne des Chemical Brothers de la préhistoire. Il est temps pour Vincent Volt & Dick Hillowatt de repasser les costards et de se friser les cheveux au fer dans les loges ! Tout de noir vêtus (jusqu'aux lunettes), ils toisent le public de manière hautaine. Non, mais c'est quoi ça ? La mafia calabraise qui revisite la musique électronique ? Men in black ?



Il paraît que c'est de la techno préhistorique : ils n'utilisent que des boîtes à rythme qui ont fait la guerre. Sur le premier morceau, ils lancent les machines et empoignent une guitare et une basse. Vincent n'hésitera pas à jouer le même accord pendant 8 minutes et à monter sur la table tandis que son acolyte sort de sa basse des sons transformés par de multiples effets. L'effet est particulièrement hypnotique : la répétition des boucles et les projections de Kiki Picasso sur un écran géant transportent l'auditoire dans une dimension inconnue.
Certains se transportent même jusqu'au bar, choqués par la musique, par les projections ou bien par les deux ! Si la musique est assez extrême et provocatrice par son minimalisme et son coté répétitif, le film projeté vaut son pesant d'interdictions parentales. Le début : une pipe. Le milieu : deux femmes se masturbant et se broutant le minou. La fin : une séance de gode en gros plan. La ligne rouge est franchie ! Halte à la pornocratie ! Il est vrai qu'il est plus de minuit et qu'on est samedi soir : le porno du mois sans abonnement ! Les images sont brillamment retouchées (si je puis dire) de manière psychédélique, l'écran se divise en plusieurs parties, les images s'imbriquent les unes dans les autres pour créer un effet d'interpénétration qui colle bien au sujet.



Pendant ce temps là, la musique est toujours aussi tribale, les rythmes sont concassés et nous avons droit à de multiples solos de boîtes à rythme. Il y a un coté Martin Rev et Alan Vega dans la démarche de ces deux mauvais garçons. Comme chez Suicide, plus le concert avance, plus ça part en couille ! Encore de la "n'importe quoi musique" ! L'agression sonore fait fuir les gens, les plus courageux hurlent "Dégagez", "Dehors", "Kargol's". Ce doit être jubilatoire de choquer les fans de ska punk en triturant deux potentiomètres pendant une demi-heure. Le public ne peut même pas se consoler en écoutant les textes, dignes de Bob Dylan : répétition en boucle de "Listen to love" et "Allongé sur la plage" puis final sur "Et ouais". Virez-moi le parolier et engagez un véritable auteur, que diable ! Quand il ne hurle pas avec son ami Dick, Vincent pousse des hurlements dignes de Roger Waters pendant Careful with that axe, Eugene sur l'album Ummagumma des Pink Floyd. HAAAAAIIIIIIIIIIIAAAAAIIIIIIEEEEEEE ! ! ! ! ! ! ! Il faut les faire passer tard dans une soirée electro : les gens venus pour danser devraient gravement péter les plombs sur une telle musique. La musique de Vincent Volt & Dick Hillowatt donne parfois l'impression de se trouver sur le toit d'un hôpital psychiatrique en train d'assister au décollage problématique d'un hélicoptère, celui-ci finit d'ailleurs par s'écraser dans un fracas indescriptible. Palme d'or de l'originalité, de la provoc et des costumes pour Dick et Vincent !

Les jeunes demandent les Kargol's et ils ont gain de cause : les Perpignanais arrivent pour délivrer la bonne parole ska-punk-festif. Je n'arrive pas trop à faire la différence entre tous les groupes jouant cette musique. Il me semble que le concert de Kargol's est carré, bien envoyé, propice au défoulement mais bon, j'ai plus l'âge. Qui a hurlé : "Ta gueule le vioque " ? Pendant que les jeunes sautent en l'air, slamment, pogotent, crient (en un mot, s'éclatent), je m'éclipse, vexé, pour prendre une infusion "Saveurs du soir" en enfilant mes Charentaises.

(Photos prises au festival Osmose par Flore-Anne Roth, le 29 juin 2002.)

Flying Pooh : les dernières chroniques concerts

(mon) Rock en Seine 2005, 1/2 : Flying Pooh, The Sunday Drivers, Arcade Fire, Hot hot heat, Queens of the Stone Age, Jurassic 5, Vitalic en concert

(mon) Rock en Seine 2005, 1/2 : Flying Pooh, The Sunday Drivers, Arcade Fire, Hot hot heat, Queens of the Stone Age, Jurassic 5, Vitalic par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 25/08/2005
C'est avec grand plaisir qu'on se rend pour la deuxième année consécutive à Rock en Seine, le petit dernier des gros festivals, dont la programmation est encore globalement un... La suite

Slaïdup+Hounsi+EARL et Urban poizon+Flying Pooh par steackman
Angers, le 21/05/2005
Slaïdup : groupe de métal Hardcore qui a débuté la soirée en mettant la pêche. C'est un groupe pleins d'energie malgré qu'il faisait l'ouverture (pas facile), avec des compos vraiment bien travaillées du genre base métal et des parties Reggae/Hip Hop/Funky.Franchement une grosse claque; ça promet ... Hounsi : Fusion bien pêchue, ça groove pas... La suite

FLYING POOH par Carine
Le Batofar - Paris, le 07/05/2005
Arrivée au Batofar un peu tardive, puisque le premier groupe a déjà entammé les hostilités ... Lazy propose un rock puissant aux accents noise/metal, plutôt pas mal. C'est efficace, bien rentre dedans mais pas emballée plus que ça. Changement de plateau... et voici les tant attendus FLYING POOH ! Les ayant vus pour la dernière fois pour Viva... La suite

FLYING POOH par isa
Le Mars Attack - Angoulème, le 23/04/2005
Arrivée au Mars attack : Gatechien a déjà commencé... C'est un duo basse batterie à la Neurosis ! Attention, de vrai barjots ! Ils chantent du yaourt sur un son des plus rentre dedans ! ça s'crache à la gueule, ça transpire, ça boit d'la bière d'une main et joue d'la basse de l'autre ! J'connaissais pas et franchement, j'ai pas été déçue ! Si ça... La suite

Kargol's : les dernières chroniques concerts

Kargol's par a-eon flux
Balthazar - Marseille, le 09/05/2002
... ce concert de kargol's était pas si mal. toujours aussi festif le ska avec les trompettes mé bon kargols fo pas se le cacher c moins péchu qu'avant....je veux dire par là que c nettement plus mou, plus pop et plus ska édulcoré que punk craignos (c 'est peut être l 'effet no doubt!!! non j exagère un peu!!)... mé enfin y ont évolué depuis... La suite

PSYKUP (+ STUPEFLIP + KARGOL'S) par HUGZ plus2core.com
Théâtre BARBEY, BORDEAUX, le 03/05/2002
PSYKUP, déjà vu au KOSLOW en Décembre dernier a confirmé tout le bien que l'on pense d'eux: puissance et énorme potentiel!!! ce groupe est l'un des plus original de la scène française avec les parisiens de BLACK BOMB A... vraiment impressionnant !!! ils terrassent le public par leur spontanéité et leur imposante présence, les nouveaux morceaux que... La suite

KARGOL'S par philippe
Sainte-Croix (09), le 12/07/2001
Superbe soirée organisée par l'asso. Art'cade avec sous chapiteau 2 concerts. Tout d'abord un groupe dont je ne connais plus le nom mais qui mélange quelques musiciens toulousains (Spook & the guay et compagnie). Apres un peu plus d'une heure de concert bien chaud grâce notament aux cuivres, la place aux Kargol's etait venue. Pour tous ceux qui... La suite

kargol's par mickey
Satellite Perpignan, le 24/03/2001
Un des meilleurs groupes de skapunk, slams et pogo a gogos! La suite

Vin 100 Volts & Dick Hillowatt : les dernières chroniques concerts

Mouloud + Vincent Volt & Dick Hillowatt + Rom1 vs DronE "Nuit des Arts Electroniques" par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai Clermont-Ferrand, le 23/03/2002
A 21 heures précises, une Mercedes grise se gare devant la Coopé. Aussitôt, une bande de mafieux dignes de "Réservoir Dogs" sort de cette voiture chère à Joey Starr. Cinq hommes habillés en costards noirs et lunettes noires fendent la foule (restreinte à cette heure) pour monter sur scène. Devant leur succès galopant, Vincent Volt & Dick Hillowatt... La suite

Salle Animatis, Issoire : les dernières chroniques concerts

Suzanne Vega en concert

Suzanne Vega par Pierre Andrieu
Salle Animatis Issoire, le 14/10/2008
Une charmante soirée en acoustique avec Suzanne Vega à la salle Animatis à Issoire, voilà de quoi passer - en toute simplicité - d'agréables moments entre folk, pop et bossa... La suite

Jean-Louis Murat (Tournée Moscou) en concert

Jean-Louis Murat (Tournée Moscou) par Pierre Andrieu
Salle Animatis, Issoire, le 06/04/2005
C'est la saison des amours... C'est le printemps, les jeunes filles sont en fleur, les garçons également ; pas la peine de tourner autour du pot, tout le monde a une... La suite

Louis BERTIGNAC par Marie-Laure
ANIMATIS ISSOIRE, le 24/03/2006
Super concert de Louis. Super prestation de ses musiciens. Ils se sont donnés à fond. Public un peu froid au début mais totalement conquis. On en a pris plein les mirettes. Du pur bonheur. Merci Louis, Hervé, Cyril (et le guitariste dont j'ai oublié le nom) ! ET VIVE LE ROCK !!! La suite

Keren Ann + Sébastien Martel par Pierre Andrieu
Salle Animatis, Issoire (63), le 24/01/2003
Après l'époustouflant concert de Dominique A. en solo en novembre, c'était au tour de Keren Ann et Sébastien Martel de fouler la scène de la salle Animatis d'Issoire. La prestation de Sébastien Martel a interpellé le public, applaudissant généreusement et claquant des doigts quand l'artiste le suggérait... Il faut dire que ce jeune homme... La suite