Accueil Chronique de concert Les Musicales du pays de Saint Gilles, Cie Ernesto Barytoni, Les yeux d'la tete
Lundi 27 janvier 2020 : 11181 concerts, 25891 chroniques de concert, 5285 critiques d'album.

Chronique de Concert

Les Musicales du pays de Saint Gilles, Cie Ernesto Barytoni, Les yeux d'la tete

Les Musicales du pays de Saint Gilles, Cie Ernesto Barytoni, Les yeux d'la tete en concert

Brem sur mer 13 Juillet 2018

Critique écrite le par

J'arrive à Brem sur mer où une belle scène a été montée en face d'un théâtre de verdure, et j'ai la bonne surprise de voir que je n'ai rien loupé !



Effectivement La Cie Ernesto Barytoni joue à droite de la scène principale, son spectacle Kasi Classik en revisitant la musique classique.
Beethoven, Mozart trônent sur le camion / scène de leurs portraits qui seront d'ailleurs quelque peu malmenés.



Le spectacle s'articule sur une variation de mimes théâtraux, une bonne pointe humoristique et une grosse partie musicale.



Le trio passe dans ses coulisses régulièrement et alterne les instruments. C'est un petit cours d'histoire de la musique on ne peut plus ludique qui est offert aux locaux comme aux vacanciers.



Tous les ages en ont pour leur compte ! Le concert est d'ailleurs dans le cadre des Musicales du Pays de Saint Gilles donc gratuit...



Puis sans temps mort, les premières notes sonnent de la scène et la foule s'y amasse rapidement devant pour accueillir Les yeux d'la tête.



Cela fait un bon moment que j'en entend de très bon échos, de gens amateurs de chanson française authentique, donc je suis plutôt confiant sur la suite de la soirée.



Et en effet, les textes sont incisifs, à la fois écorché vif, et avec une légèreté d'où émane une joie de la vie simple, et les plaisirs de la fête.



Les thèmes abordés passent tout naturellement par la liberté, les relations amoureuses tumultueuses, les songes et réflexions sur notre monde.



L'accordéon plonge cette musique dans un univers d'après guerre. On se croirait sur un quai de port, tout juste éclairé par des lumières blafardes de réverbère, poussant la porte d'un zinc de marins.



Mais le show est comme un festin gargantuesque... Les plats s'enchaînent, bien garnis et différents à chaque fois !



On passe de la musique klezmer à de la cumbia sud américaine avec des chorégraphies entraînantes en passant par des balades acoustiques pour faire descendre le rythme cardiaque !.
En trame de fond les 2 chanteurs guitaristes nous livrent un regard touchant et pertinent sur l'Homme (parisiennes, les amoureux des vents publics).



Il y aura même pendant le rappel le quart d'heure américain avec I don't speak english, magnifique !
La structure du morceau est bluffante autant musicalement que dans le mix de standards parfaitement écrits.



Sur ce titre à rallonge, tous les musiciens brillent chacun leur tour, se réappropriant un mythe différent.
L'accordéon se régalera d'un Dr Dre qui fait bouger les enfants sur les épaules de leurs grands parents...



C'est sur liberté chérie, le nom de leur 3ème et dernier album que les Yeux d'la tête clôturera cette soirée festive.
C'est emplit d'étoiles dans les yeux que la foule se disperse tranquillement, avec comme point d'orgue un sourire universel. Bravo La Bande ! (et chapeau l'ingé lumières!)



Merci à la Communauté de communes de Saint Gilles pour ces manifestations gratuites, dans tous ces villages qui méritent d'accueillir de beaux concerts comme celui ci.
Prochaines étapes personnellement, Rona Hartner à Saint Maixent et Volodia à Landevieille !