Accueil Chronique de concert Rhymesayers European Tour : Grieves & Budo + Blueprint + Brother Ali + DJ Rare Groove + Evidence + Atmosphere
Lundi 21 octobre 2019 : 13276 concerts, 25727 chroniques de concert, 5269 critiques d'album.

Chronique de Concert

Rhymesayers European Tour : Grieves & Budo + Blueprint + Brother Ali + DJ Rare Groove + Evidence + Atmosphere

Rhymesayers European Tour : Grieves & Budo + Blueprint + Brother Ali + DJ Rare Groove + Evidence + Atmosphere en concert

La Machine du Moulin Rouge, Paris 9 novembre 2011

Critique écrite le 27 novembre 2011 par Stéphane Pinguet



La voilà la soirée Hip Hop qu'il ne fallait pas rater cette année, c'était le mercredi 9 novembre 2011 à la Machine du Moulin Rouge, le Rhymesayers European Tour.

Pour ceux qui ignorent ce qu'est Rhymesayers, voilà un bref résumé : créé en 1995 par Sean "Slug" Daley, Anthony "Ant" Davis, Brent Sayers et Musab Saab et originaire de Minneapolis, le label devient avec les années LE label de hip-hop U.S. à suivre. Voilà pourquoi l'annonce de cette tournée européenne avec cette date unique en France était la meilleure chose qui pouvait arriver chez tout les amateurs de hip-hop indie. Une affiche alléchante avec Grieves, Blueprint, Brother Ali, Evidence et bien sûr Atmosphere ! Avec en prime un excellent Dj pour animer la salle entre les sets.


Grieves & Budo

La soirée commence tardivement (22h quand même) avec l'arrivée du jeune Benjamin "Grieves" Laub sur scène, récente signature du label. Le talentueux Mc vient ici défendre son album "Together/Apart", sorti quelques mois plus tôt. Accompagné de Budo sur scène, son pote multi-instrumentiste (une véritable pile électrique) et surdoué. Le duo enchaîne les titres, de véritables tubes, à toute vitesse, de "On The Rocks", à "Bloody Poetry", et son superbe solo de trompette en passant par "Against The Bottom". Budo passe du clavier à la guitare et de la trompette au tambourin avec une facilité déconcertante, pendant que Grieves assure son rôle de Mc comme un chef, réchauffe la salle et met une ambiance de folie! Un set malheureusement trop court qui se termine au bout d'une demi heure...





Blueprint

Une quinzaine de minutes plus tard, (c'est l'avantage du hip-hop, les changements de plateau sont relativement courts!), voilà que déboule Blueprint sur scène. Accompagné d'un bassiste au look de metalleux et d'un dj, l'ancien membre de Soul Position reste concentré sur ses morceaux et parle peu au public, ce qui est assez déconcertant au premier abord après le passage de Grieves et Budo, mais on s'y fait. Musicalement, Blueprint navigue entre abstract hip-hop, spoken words et des sons plus durs, souvent électroniques. Son set nous donnera envie de se replonger dans son dernier album "Adventures in Counter-Culture".





Brother Ali

La soirée s'enchaîne à un rythme effréné, à peine le temps de boire une petite bière à 5€ (ha... Paris !) que déboule déjà sur scène le grand Ali Newman, plus connu sous le nom de Brother Ali, secondé par Ant, également beatmaker pour Atmosphere. Ali est l'un des artistes majeurs du label mais également l'une de ses plus grosses ventes (son dernier album en date, "Us" est entré 56ème sur le Billboard's Top 100 à sa sortie au Etats-Unis) Le rappeur albinos réveille la salle et tout le monde agite bras en l'air, une bonne partie de la salle semble être présente pour lui, son set est légèrement plus long que les deux précédents artistes, en trois bon quart d'heure, tous les meilleurs morceaux du Mc sont joués ("Uncle Sam Goddamn", "Good Lord", "Truth Is"), avec en supplément, un morceau extrait de son nouvel opus, prévu pour le Printemps 2012. On a hâte d'y être !




Evidence

Quelques minutes plus tard (qu'on ne voit pas passer), merci à l'excellent DJ Rare Groove (qui d'ailleurs restera derrière ses platines pour le set suivant), voilà que déboule Evidence. Le rappeur, originaire de Los Angeles et récemment signé sur le label du Minnesota, est plus connu pour son travail aux côtés de Dj Babu et Rakaa Iriscience dans Dilated Peoples. Son rap plus oldschool, un brin gangsta (juste ce qu'il faut) est d'une rare efficacité, le Californien incite le public à agiter leurs bras de droite à gauche sur le tubesque "It Wasn't Me" (premier morceau de son set), et continu sur sa lancée sur les morceaux suivants, communiquant beaucoup avec les gens. Apparemment très content d'être présent ce soir, le Mc garde un sourire au visage tout son set durant ; fier de présenter ses nouveaux morceaux (extrait de "Cats & Dogs") et sa première prod' par Dj Premier, l'un de ses "maîtres", avant d'enchaîner sur d'anciens titres en samplant sur un morceau les Beatles, et les Beastie Boys sur un autre. Michael Perretta, de son véritable nom, quitte la scène presque une heure plus tard, laissant une salle chauffée à blanc.





Atmosphere

La soirée touche à sa fin, et les spectateurs (moi y compris) attendent "le clou du spectacle", la tête d'affiche : Atmosphere. Quelques personnes quittent la salle, certainement à cause de l'heure tardive (1h du matin, l'heure des derniers métros...), les malheureux rateront l'un des meilleurs concerts de la soirée. Le duo, quadragénaire est composé de Slug au micro et d'Ant derrière ses platines, est ici accompagné de Nate Collins à la guitare et aux choeurs et d'Erick Anderson aux claviers, ces derniers sont de plus en plus présents sur les tournées du groupe, comme sur les enregistrements studio, dont "The Family Sign", leur septième effort. La formation du Midwest nous présente ici un véritable "best of" de leur discographie, commençant par "Trying To Find A Balance", extrait de "Seven's Travel" (histoire de mettre tout le monde dans le bain) avant d'enchaîner sur le tubesque "Shoulda Known", le poing en l'air, puis sur de vieux morceaux, comme "Between The Lines" (sur "Lucy's Ford) avant de revenir sur des plus récents, comme "Puppets", "Commodities", la magnifique ballade "Guarantees" , le mélancolique "The Last To Say" et les singles "Just For Show" et "She's Enough". Un set intense, bien ficelé, mélangeant des morceaux "rentre dedans", mais également des chansons plus calmes, introduites à chaque fois par un Slug qu'on sent réellement content d'être là, arborant fièrement son t-shirt Carhartt "Rhymesayers European Tour" (sponsor de la tournée).



La formation quitte la scène un peu avant 2h du matin, oubliant quelques tubes (argh, pas de "Best Day" ce soir...). En guise de rappel, tous les Mc's présents ce soir reviennent pour un freestyle à tour de rôle, Slug, Blueprint, Evidence, Grieves et Brother Ali pour terminer. La grande classe !

Une grosse soirée se termine (près de 4h de hip-hop !), la salle affichait "Sold Out" ce soir, comme la quasi totalité de la tournée européenne, il est plus de 2h du matin, à peine le temps de discuter avec les artistes et de se faire dédicacer quelques disques (pas de grosse tête ce soir, tous sont particulièrement accessibles et sympathiques) et on nous raccompagne vers la sortie... Une seule question nous brûle les lèvres : quand aura lieu la prochaine date Rhymesayers sur Paris ?


Photos : John Brunner. Retrouvez plus de photos sur son site, http://johnbrunner.smugmug.com/Concert et sa chronique du concert http://mezzic.com/2011/11/14/concert-review-photography-rhymesayers-european-tour-at-la-machine-du-moulin-rouge-paris

La Machine du Moulin Rouge, Paris : les dernières chroniques concerts

Trisomie 21 en concert

Trisomie 21 par Vv
la Machine du Moulin Rouge, Paris, le 17/11/2017
À chaque fois, Paris me remet a ma place dans la société : sur le bas coté, insignifiant, indésirable. La vie au pas de course, tête baissée, des autochtones, empêche l'estropié de... La suite

Chinese Man feat. MC Taiwan, Tumi, Mr Raf, ... (Racing with the Sun) en concert

Chinese Man feat. MC Taiwan, Tumi, Mr Raf, ... (Racing with the Sun) par Pirlouiiiit
La Machine du Moulin Rouge, Paris, le 08/11/2012
Venu à Paris pour deux jours de boulot intense, me voici finalement libéré dès jeudi soir ... du coup aucune hésitation je file du côté de Pigalle. Pour le cas où j'en aurais eu... La suite

Chokebore + Team Ghost en concert

Chokebore + Team Ghost par Pierre Andrieu
La Machine du Moulin Rouge, Paris , le 31/10/2011
Galvanisé par la présence d'un public fervent et gonflé à bloc par la réussite d'un EP flambant neuf intitulé Falls Best (Vicious Circle, 2011), le groupe de punk hardcore 'n... La suite

Triggerfinger l'interview en concert

Triggerfinger l'interview par Lebonair
Loges de la Machine du Moulin Rouge, Paris, le 21/05/2011
Le surpuissant trio belge Triggerfinger nous avez accordés du temps dans la joie et la bonne humeur le 21 mai dernier juste avant leur fantastique concert donné à la... La suite