Accueil Chronique de concert The Magpie Salute
Vendredi 14 décembre 2018 : 10974 concerts, 25297 chroniques de concert, 5236 critiques d'album.

Chronique de Concert

The Magpie Salute

The Magpie Salute  en concert

Elysée Montmartre - Paris 10 novembre 2018

Critique écrite le par

Rich Robinson, le membre fondateur et compositeur principal des Black Crowes, est revenu au sommet de l'Olympe avec son nouveau groupe The Magpie Salute. En 2016, il avait eu la brillante idée après un dernier album solo de réunir plusieurs de ses anciens comparses dans le but de se retrouver et d'enregistrer en live au studio Applehead de Woodstock une série de reprises et quelques morceaux des corbeaux noirs. Sur les 10 titres, on pouvait entendre la première composition originale "Omission", une bombe de folk rock bien pêchu. Ce fut hélas le dernier enregistrement d'Eddie Harsch, le claviériste des Black Crowes disparu fin 2016. Depuis, la formation est montée en puissance pour devenir un des groupes les plus excitants du moment. Pour cela, il a fallu quelques ingrédients. Pour commencer, on retrouve au sein de the Magpie Salute le guitariste Marc Ford et le bassiste Sven Pipien (ils ont joués par le passé avec les Crowes), le charismatique chanteur John Hogg, le claviériste Matt Soclum et le batteur Magistro. Rich Robinson a donc retrouvé le plaisir d'être dans un groupe qui mélange l'ancien et le nouveau. Le tout premier album studio "High Water I" est sorti le 10 août dernier et il est tout simplement remarquable. L'année prochaine suivra un nouvel opus : "High Water II". En une phrase, ce n'est que du bonheur. Ce mur de son totalement jouissif nous a rendus très enthousiaste à l'idée de les voir en live ce soir. A l'approche de l'Elysée Montmartre, on a l'impression qu'on va retrouver un de nos premiers amours car on ne va pas vous le cacher, the Black Crowes, on a aimé passionnément alors ce soir, c'est le grand soir !



Pas de première partie et le concert est prévu à 20 heures. 20 minutes avant, il y a malheureusement pas grand monde dans la salle. Il faut dire que ce soir, la circulation dans Paris est catastrophique, comme d'habitude en réalité mais là, c'est le sommet en raison de l'actualité politique. On est un peu triste de voir cela mais on sera vite rassuré. A leur arrivée sur scène, finalement 17 minutes plus tard, on est bien 600 personnes ce soir pour accueillir l'immense Rich Robinson et ses compères. L'Elysée Montmartre est à moitié plein mais on est suffisamment nombreux pour être soulagé. En pleine tournée européenne (c'est la première date ce soir), ils étaient déjà passés à Paris à la Maroquinerie le 7 juillet dernier.



On ouvre le bal en douceur avec cette ballade mi-tempo "High Water" et l'effet est immédiat. Les premiers frissons arrivent et ils ne nous quitteront jamais. C'est la chanson "Mary the Gypsy" qui suivra et on décolle littéralement. Ce morceau qui ouvre l'album est l'illustration parfaite du talent immense de songwriting de Rich Robinson. Sur scène, on retrouve des riffs de guitare percutants, une guitare rythmique parfaite, un tandem basse/batterie incroyable, un clavier vintage/rétro qui sonne d'enfer et qui pulse et pour finir, la voix de John Hogg qui n'est pas d'une puissance extraordinaire mais dispose malgré tout de très beaux atouts. Il chante merveilleusement bien, il a tout de même du coffre et son timbre éraillé et chaud fait des merveilles. Il réussit l'exploit de nous faire oublier Chris Robinson le frère de Rich c'est une véritable performance qu'il faut souligner. The Black Crowes sont morts, vive the Magpie Salute !



Après 4 nouveautés, on aura le plaisir d'entendre une reprise de James Brown , une de Blind Faith , une vieille chanson écrite par Marc Ford et un premier titre de the Black Crowes, "What Is Home". Les souvenirs de notre vie, de notre passé refont surface. "Sister Moon" nous permet à nouveau d'explorer le nouvel album et on enchaine sur deux autres classiques des Corbeaux noirs, "Cold Boy Smile" et "Nonfiction". Sur le premier morceau cité, on retrouve en version acoustique Rich Robinson, Marc Ford et John Hogg. On est véritablement aux anges. De plus, on est vraiment gâté ce soir car le son est parfait et cristallin. On s'en aperçoit d'autant plus du coté du bar et face à la scène. Clairement, ce soir, tout est parfait. A défaut de disposer sur les planches de choeurs féminins enchanteurs, tous les membres du groupe participent au chant, à l'exception du batteur et du claviériste.



Marc Ford chante en lead sur deux chansons qu'il a composées par le passé, idem pour Rich Robinson sur un de ces titres solo et pour le reste, Sven Pipien, Marc Ford et Rich Robinson assurent les choeurs à la perfection sur de nombreux morceaux. On est éclaboussé par tout ce talent. Les musiciens sont heureux de jouer ensemble et cela se ressent fortement. On n'a d'ailleurs jamais vu Rich Robinson aussi souriant car avec les Black Crowes, il tirait toujours la gueule. On constate que le fait de ne plus jouer avec son frangin lui a fait un bien fou. Il est de notoriété publique que les frères se déchiraient très souvent. Il n'y a qu'à lire quelques interviews récentes données de part et d'autre et vous comprendrez mieux. Rich Robinson a l'air libéré et on est tellement heureux de voir et de ressentir tout cela ce soir.



La musique de Robinson nous avait manqué et on est évidemment prêt à le suivre encore de nombreuses années. On assiste à un très grand moment offert par un groupe énorme à la classe folle. C'est un de nos meilleurs concerts de l'année ! C'est donc 8 chansons sur les 12 titres de "High Water I" qui feront partie de la set-list qui comprendra notamment 6 pépites de the Black Crowes. C'est d'ailleurs avec trois d'entre elles qu'on terminera notre rêve éveillé. Le public, qui a eu un peu de mal à se réveiller au début, manifeste sa joie au fur et à mesure que le show se déroule. Les applaudissements nourris et chaleureux sont marqués par un grand respect pour Robinson and Co. L'interprétation à rallonge de "Wiser Time" fait partie des grands moments de cette soirée. Le duo de guitares Ford/Robinson est fabuleux et les deux garçons dégagent une immense complicité musicale. Rich Robinson, tout sourire, nous annonce une exclusivité. Ce soir, devant nous, John Hoggva interpréter au chant et pour la première fois sur cette tournée le fabuleux "My Morning Song" extrait du chef-d'oeuvre des Black Crowes datant de 1992, "the Southern Harmony and Musical Compassion". C'est vraiment que du bonheur et on termine ce voyage Rock Blues teinté de soul par un 19ème plaisir, le génial "Send Me an Omen". Ils nous quittent déjà, on aurait aimé rester davantage mais on regarde l'heure et effectivement, cette monumentale prestation a duré deux heures, le temps est passé trop vite. On ressort très heureux, impatient de les retrouver pour la suite de leurs aventures. Celles-ci ne font que commencer et on s'en réjouit...

On remercie énormément Olivier Garnier de Replica Promotion

Photos : Jérôme Agier

Set List :
High Water
Mary the Gypsy
Take It All
For the Wind
I Don't Mind
(James Brown cover)
Had to Cry Today
(Blind Faith cover)
I'm Free
(Marc Ford cover)
What Is Home
(The Black Crowes cover)
Sister Moon
Cold Boy Smile
(The Black Crowes cover)
Nonfiction
(The Black Crowes cover)
Color Blind
Devil's in the Details
(Marc Ford & The Neptune Blues Club cover)
Everything's Alright
(Rich Robinson song)
Can You See
P.25 London
(The Black Crowes cover)
Wiser Time
(The Black Crowes cover)
My Morning Song
(The Black Crowes cover)
rappel
Send Me an Omen


Black Crowes : les dernières chroniques concerts

The Black Crowes en concert

The Black Crowes par Lebonair
Paris, La Cigale, le 27/06/2013
En théorie, le 27 juin dernier, j'aurai dû passer toute la soirée avec The Black Crowes à la Cigale. 12 ans après leur dernier passage à Paris à l'Olympia, cela remonte au 11... La suite

Black Crowes par
Olympia Paris, le 29/06/1999
Grandiose, énorme La suite

Rich Robinson : les dernières chroniques concerts

Rich Robinson  en concert

Rich Robinson par Lebonair
Magasin Fargo, Paris, le 12/12/2012
Quelle bonne idée j'ai eu d'aller faire un tour sur le blog de Tonton Zégut (www.byzegut.fr) en décembre dernier. J'ai pu lire ce jour-là un sacré scoop. Rich Robinson, le... La suite

The Magpie Salute : les dernières chroniques concerts

The Magpie Salute en concert

The Magpie Salute par Jacques 2 Chabannes
Espace Julien Marseille, le 15/11/2018
Amorica's First ! Préquelle : "Prenez du plaisir, il en restera toujours quelque chose !", disait le grand Lao Tseu (ou bien était-ce son cousin Cheng Leu? Son voisin Pan... La suite

Elysée Montmartre - Paris : les dernières chroniques concerts

Triggerfinger + Intergalactic Lovers en concert

Triggerfinger + Intergalactic Lovers par Lebonair
Elysée Montmartre / Paris, le 25/11/2017
Le savoureux, sexy et dangereux trio belge Triggerfinger est passé dans la prestigieuse salle de l'Elysée Montmartre en ce samedi 25 novembre avec dans leur valise un 5ème album à... La suite

Pvris + Vukovi + Merge en concert

Pvris + Vukovi + Merge par Zulone
Elysée Montmartre, le 18/11/2017
C'est dans la superbe et élégante salle de l'Élysée Montmartre qu'une partie de Paris et d'autre venues d'ailleurs se retrouve ce soir pour le concert des Américain de PVRIS. La... La suite

Black Rebel Motorcycle Club en concert

Black Rebel Motorcycle Club par Samuel C
Élysée Montmartre - Paris, le 22/11/2017
En sortant du concert de Black Rebel Motorcycle Club du 2 novembre 2005 à l'Elysée Montmartre, j'écrivai notamment ceci : "[...] Comparé depuis ses débuts à The Jesus & Mary... La suite

The Jesus and Mary Chain  en concert

The Jesus and Mary Chain par lol
Elysée Montmartre, Paris, le 27/04/2017
C'est la première fois que je revenais à l'Elysée Montmartre depuis sa réouverture, après les longues années de fermeture qu'avait engendré l'incendie qui avait ravagé ce haut lieu... La suite