Accueil Tous les festivals Festival Pantiero : les artistes en concert
Dimanche 21 octobre 2018 : 13582 concerts, 25206 chroniques de concert, 5229 critiques d'album.
Festival Pantiero

Festival Pantiero

12 & 13 juillet 2017
Cannes


Si ce festival met à l'honneur la scène électronique internationale, il n'en oublie pas moins de proposer également d'autres genres musicaux : afrobeat, afro house, électro dub, house, électro-pop, hip-hop, reggae, électro-jazz. Les soirées concerts se déroulent sur la terrasse du Palais des Festivals et des Congrès.

Festival Pantiero : vos critiques de concerts
Site

Festival Pantiero : les dernières chroniques concerts 16 avis

Motorama, Woodkid, Blackmail, Factory Floor (Festival Pantiero 2014)

Critique écrite le 02 septembre 2014, par Marcing13

Pantiero Cannes 8 aout 2014

Motorama, Woodkid, Blackmail, Factory Floor (Festival Pantiero 2014) en concert

Cannes en plein cœur de la French Riviera. Son soleil, sa croisette et ses paillettes, et son palais des festivals, ses stars et son festival... Non ce n'est pas du fameux festival international du film dont on parle mais bien du Pantiero, le festival estival, en marge des Plages Electroniques, à la programmation éclectique mais résolument pointue. Le Pantiero, c'est un lieu incroyable, un toit terrasse où tout est parfait, jusqu'à la pelouse artificielle, une organisation sans faille, le must be des festivals du sud de la France. Et pour ce Pantiero 2014, une programmation alléchante : Woodkid, La Femme, Glass Animals, Bonobo et bien d'autres encore... Tous les soirs, le Festival Pantiero nous propose de démarrer la soirée par les gagnants d'un concours, le grand vainqueur ayant l'honneur de participer à l'édition 2015 des Printemps de Bourges. Dans ce cadre, c'est Boreal Wood, un groupe local qui propose une pop synthétique, presque ambiante, très agréable qui nous est proposé pour démarrer la soirée. Pas étonnant car le duo composé d'Anthony Herbin et d'Elizabeth Cervetti est fan des Cocteau Twins et que le producteur de leur prochain EP n'est autre que Robin Guthrie, l'ancien guitariste du groupe. Boreal Wood, que j'ai... Lire la suite

Festival Pantiero : Dirty Beaches + Frustration + The Hives + The DukeBox Stuntmen

Critique écrite le 16 juillet 2013, par Raphael Santa

Palais des Festivals - Cannes 11 Juillet 2013

Festival Pantiero : Dirty Beaches + Frustration + The Hives + The DukeBox Stuntmen en concert

Pantiero ... un festival de musique entre mondanité cannoise et musique hyper underground sur la terrasse à ciel ouvert du Palais des festivals. Une ouverture de soirée atmosphérique devant une petite centaine de personne avec le le Taïwanais de naissance et néo- Montréalais Alex Zhang Hungtai et ses Dirty Beaches. C'est dans des catacombes suintantes d'airs visqueux qu'est allé chercher son rock expérimental, les atmosphères viciées et vicieuses d'une musique obsédante. Fils naturel de Suicide et de l'enfer, de David Lynch et de l'opium, il évoque Chris Isaak qui aurait fini par doubler le dragon à force de le chasser...noirceur et frousse garantie. L inter-concert est assuré par The DukeBox Stuntmen : les 2 DJ du Duke (bar branché marseillais). Ils proposent une musique garage-punk-soul-rock décalée. Le show est surtout derrière les platines... 2 véritables dandy tatoués survoltés ... même en connaissant que 10 % des chansons diffusées , le dj set met une vrai patate ! Place ensuite au rock cassant et urgent des parisiens de Frustration. Une musique sèche et nerveuse, à la fois cold-wave & post-punk, portée par leur chanteur charismatique Fabrice Gilbert, secondé par des choeurs tonitruants. ... Lire la suite

Pantiero festival : Walls + Gold Panda + Trentemoller + Nathan Fake

Critique écrite le 09 septembre 2011, par Croc-Blanc

Terrasse du palais des congrès - Cannes 13 août 2011

Pantiero festival : Walls + Gold Panda + Trentemoller + Nathan Fake en concert

Le Pantiero festival, c'est avant toute chose un cadre des plus atypiques : la terrasse du palais des congrès de Cannes, qui cumule les avantages d'être au bord de l'eau et en plein centre-ville, est un lieu agréable pour les yeux (standing croisette oblige) mais aussi pour les pieds des festivaliers, avec un surprenant gazon synthétique qui, s'il doit être abominable à nettoyer d'un soir sur l'autre (on évitera d'imaginer les combos bière / chewing-gum / vomi), est particulièrement agréable à fouler. Disons-le, l'impression globale en arrivant en haut des escaliers du palais est plutôt excellente. Un tableau un peu trop beau pour être honnête ? Hélas... Sur le papier, le line-up a pourtant tout pour faire saliver l'amateur de musique électronique de bon goût (si, si, on peut le dire) : entre Gold Panda dont la côte a explosé depuis la fin 2010 avec son premier LP Lucky Shiner, Trentemoller qui a sorti la même année l'un des albums les plus surprenants et les plus réussis de la scène électro (Into The Great Wide Yonder), et enfin le génial Nathan Fake qui, s'il nous a sevré de nouvelles créations ces deux dernières années, reste (et restera) ce qui se fait de mieux en électro progressive et atmosphérique pour encore un bon bout de... Lire la suite

Festival Pantiero : Suuns + Zombie Zombie + Blonde Redhead + A Place To Bury Strangers

Critique écrite le 15 août 2011, par Sami

Terasse du Palais des festivals, Cannes 11 Aout 2011

Festival Pantiero : Suuns + Zombie Zombie + Blonde Redhead + A Place To Bury Strangers en concert

Le soleil n'est pas encore couché que Suuns débutent cette soirée. Je ne connaissais de ces Canadiens que le premier morceau joué, l'impressionant "Arena" qui ne donne pas dans le rock de stade mais embrase la terrasse dès les premières secondes. Un espèce de space rock avec un clavier obsédant, un chant maladif qui rappelle Clinic et une tension qui restera palpable pendant tout le concert. On peut se demander pourquoi leur album sorti à l'automne dernier n'ait pas fait plus de vagues, et qu'ils soient programmés aussi tôt dans la soirée tant leur prestation solaire met tout le monde d'accord, des groupies hipsters aux routiers de l'indé les plus blasés. Zombie Zombie suivent et annoncent d'entrée la couleur, ce soir ils ne joueront que des reprises de John Carpenter. Vus dans de trés mauvaises conditions au printemps, c'est cette fois un plaisir d'entendre leurs relectures hypnotiques de "Halloween", "Escape from L.A." ou "Assault On Precinct 13" dans des versions approchant les 10 minutes pour certaines. Le public ne semble pas aussi receptif que l'aimerait Etienne Jaumet aux claviers dont les grimaces à chaque nouveau son lancé peuvent agacer à la longue. Toujours très... Lire la suite