Accueil Chronique album : Eiffel - A Tout Moment (2009), par Cabask
Lundi 1er juin 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

Eiffel : "A Tout Moment (2009)"

Eiffel :

Pop - Rock

Critique écrite le 16 mars 2010 par Cabask

Après avoir été "gentiment remercié" par sa maison de disques en 2007, Eiffel et son leader emblématique, Romain Humeau, a décidé de tout faire lui même pour son nouvel album. A la maison, le groupe a considérablement enrichi son univers. Finies les guitares électriques omniprésentes ; place aux ambiances et aux mélodies soignées pour mettre en valeur la profondeur des textes.
Les premières notes en slide et l'intro arpégée à la guitare acoustique imposent immédiatement l'atmosphère sombre et sans grand espoir dans lequel l'auditeur sera plongé au cours des 12 morceaux. Cet album est terriblement noir, tout en accords mineurs, porté par un chant tantôt retenu, tantôt exalté. Ce sont tout d'abord les ambiances qui interpellent, qui prennent aux tripes. Relativement simples, elles n'en deviennent que plus palpables. Un soin particulier a également été apporté à la batterie, qui revêt régulièrement la forme d'un tambour de régiment, d'un appel aux troupes pour se donner du courage et avancer. Les mélodies sont également très entêtantes voire hypnotiques.
Pour ce qui est des paroles, Romain Humeau exorcise ses démons, crache son mépris, son dégoût du monde qui l'entoure, de notre société actuelle. Le rejet des immigrés et des étrangers au sens large, le conformisme imposé et subi, la survie à tout prix sans aucun espoir d'amélioration, le règne de l'argent et de la société de consommation, l'impossibilité d'entretenir des relations épanouissantes : tout y passe. Eiffel est en colère, exècre le monde tel qu'il est et le fait savoir. La grande force de cet album est de réussir à embellir ces descriptions acérées avec une prose extrêmement travaillée. Ce n'est pas un hasard si un texte de François Villon, précurseur des poètes maudits, constitue les paroles de "Mort j'appelle". Ce morceau colle parfaitement au reste de l'album, défouloir d'un artiste torturé. Oscillant entre résignation et révolte, la voix d'Humeau fait passer une très large palette d'émotions, véritable miroir de nos réactions face à la dureté du monde.
Cet état des lieux de la société actuelle selon Eiffel est éprouvant car on en prend plein les oreilles pendant près d'une heure. Dans le même temps, du dégoût de cette société, transpire l'amour des hommes et l'aspiration à un monde où l'humain retrouverait sa place centrale. On sent bien le groupe remonté et en route pour répandre la bonne parole.
Dos au mur, lâché par sa maison de disques, le groupe a su utiliser cette colère pour façonner son disque, avec ses tripes, sans aucune concession. En réalisant l'album qui fait sens à ses yeux, sans avoir à se préoccuper de son accueil, il a sans doute fourni son effort le plus personnel et introspectif. Particulièrement soigné et parfaitement dosé tant au niveau des paroles que de la musique et des arrangements, l'ensemble respire l'universalité et la sincérité.
En ces temps où chacun joue un rôle pour coller au monde qui l'entoure, on ne peut que saluer le message délivré par le groupe avec son cœur. Eiffel a réalisé un grand disque, son disque, et la tournée entamée il y a quelques mois prolonge le plaisir, concert après concert.
Vignette Cabask

 Critique écrite le 16 mars 2010 par Cabask
 Envoyer un message à Cabask

Eiffel : les chroniques d'albums

EIFFEL : LES YEUX FERMéS

EIFFEL : LES YEUX FERMéS par Pierre Andrieu
20/04/2004
Très à l'aise sur scène, que ce soit dans une salle (à la Coopérative de Mai en 2002) ou dans le cadre d'un gros festival (aux Eurockéennes 2003), Eiffel sort tout naturellement un double album live plutôt réussi. Le premier C.D. permet de retrouver... La suite

Eiffel : LE 1/4 D'HEURE DES AHURIS

Eiffel : LE 1/4 D'HEURE DES AHURIS par artie
06/02/2003
Accroupit sur la petite chose française, les critiques le savent, il est rare de réussir un album rock et français... Le dernier Eiffel enlève le morceau direct. Les garçons modernes et les filles dures tomberont sous les maléfices éléctriques... La suite

Eiffel : LE QUART D'HEURE DES AHURIS

Eiffel : LE QUART D'HEURE DES AHURIS par cseb
17/10/2002
N'en déplaise à certains je ne vois aucun rapport avec le dernier Noir Désir et cet album dont je vais m'efforcer de faire le parti-pris. Tout d'abord, je dirai que Eiffel a repris le flambeau du rock français là où Noir Désir l'a laissé, préférant... La suite

Eiffel : LE 1/4 D'HEURE DES AHURIS

Eiffel : LE 1/4 D'HEURE DES AHURIS par Pierre Andrieu
14/10/2002
Hou là là, pas beau le dernier Eiffel ! Alors que son premier album était prometteur même si parfois un peu "trop", le deuxième opus du groupe est globalement mauvais ! Certes, il ravira les auditeurs pré-pubères et sourds du Mouv' mais les autres... La suite