Accueil Chronique album : Flight Of The Conchords - I Told You I Was Freaky, par Pierre Andrieu
Mardi 19 octobre 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

Flight Of The Conchords : "I Told You I Was Freaky"

Flight Of The Conchords :

Pop - Rock / HipHopReggaeFolkR&B

Critique écrite le 30 décembre 2009 par Pierre Andrieu

I Told You I Was Freaky, le dernier disque en date du duo parodique officiant à la télé américaine HBO, Flight of The Conchords, est idéal pour s'esclaffer à s'en faire mal aux côtes... Les multiples situations joyeusement débiles sur le thème "comment percer pour un groupe à New York" sont en effet mises en musique de manière irrésistible par cet inénarrable couple de farfelus, hésitant entre folk soi disant authentique, hip hop pseudo revendicatif, électro presque branchée, R&B pour midinettes, disco music avec voix haut perchée ou rock pas exactement énervé... C'est un véritable festival de connerie parfaitement assumée : clairement affiché, le but est de raconter le maximum d'inepties (vraiment bien trouvées et très drôles) en imitant David Bowie, les Beastie Boys, un rappeur jouant au méchant, un chanteur de R&B désireux de faire fondre ses fans pré pubères, un reggae man moralisateur succédané de Bob Marley, un folksinger voulant sauver le monde ou des crooners visant exclusivement le portefeuille de leur public... S'il est préférable de connaître un tout petit peu la série Flight of The Conchords pour apprécier cet opus à sa juste valeur, il suffit pourtant de regarder un clip du duo néo zélandais pour comprendre la démarche et adhérer sans délai. Mais si l'humour potache de Jemaine Clement et Bret McKenzie est positivement ravageur, le côté musical n'a pas été oublié pour autant : ce sont de vraies chansons qui ont été composées et elles sont interprétées avec une grande conviction. Parmi les savoureux titres qui parsèment cet opus conseillé pour dérider tous les zygomatiques, on conseillera particulièrement le gratiné Too Many Dicks On The Dancefloor (pas facile de draguer en boite si on est hétérosexuel et s'il n'y a que des mecs affichant les mêmes orientations sexuelles), Fashion Is danger (chanson alertant sur les pièges du milieu de la mode, et oui c'est pas facile !), You Don't have To Be A Prostitute (un reggae édifiant sur la difficulté d'être un homme respectable ), We‘re Both In Love With A Sexy lady (ça arrive... ), Hurt Feelings (où comment ridiculiser les rappeurs de pacotille) et Petrov, Yelyena and me (une pochade interprétée par un vocaliste enflammé venant des pays de L'Est). Cet album est parfait pour lutter efficacement contre les dépressions hivernale, printanière, estivale et automnale.

Sites Internet : flightoftheconchords.co.nz, www.myspace.com/conchords, www.facebook.com/FlightoftheConchords, www.hbo.com/conchords, www.youtube.com (clip de Bowie), www.youtube.com (clip de Too Many Dicks On The Dancefloor, réalisé par Michel Gondry), www.youtube.com (clip de You Don't have To Be A Prostitute).

2009 (HBO - Sub Pop - PIAS)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 30 décembre 2009 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu