Accueil Chronique album : Jon Spencer - Spencer Sings The Hits, par Pierre Andrieu
Mardi 17 mai 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

Jon Spencer : "Spencer Sings The Hits"

Jon Spencer :

Pop - Rock / GaragePunkBlues

Critique écrite le 25 novembre 2018 par Pierre Andrieu

Peut-on vieillir dignement quand on fait du rock 'n roll ? Les vieux rockers sont-ils condamnés à se faire dessus par l'intermédiaire d'incontinentes sorties aux forts relents de pisse ou de matière fécale ? Faut-il espérer qu'ils meurent avant d'être vieux pour éviter ce désolant autant que malodorant spectacle ? Pas la peine d'épiloguer en vous creusant la tête pendant 4 heures devant votre copie lors d'un examen de philosophie, la réponse est apportée sur un plateau en argent massif par un toujours fringant et sémillant quinquagénaire dénommé Jon Spencer. Après avoir provoqué des érections ou zones humides chez les fans de punk, blues explosé, rockab et garage - de rock and roll, quoi ! - avec Pussy Galore, The Jon Spencer Blues Explosion, Boss Hog et Heavy Trash, le toujours sexy chanteur, guitariste et songwriter new-yorkais publie en 2018 un premier disque solo brillamment nommé "Spencer Sings The Hits". Et, oui, le mec peut fanfaronner tout à loisir sans craindre une seule seconde le ridicule car on trouve pléthore de tubes garage punk blues ultra bandants, très inspirés et admirablement grinçants sur cet album publié via In The Red Records et distribué par Differ-Ant. "Do The Trash Can", "I Got The Hits", "Overload", "Fake", "Time 2 Be Bad", "Beetle Boots", "Hornet" et autres perles crasseuses et saturées sont là pour rappeler qui est le vrai boss aux étourdis et autres sourdingues notoires (citons à titre d'exemples les fans de Booba, Johnny Hallyday, Orelsan, Indochine, PNL et Christine And The Queens). Visiblement libéré par l'absence de ses anciens - et valeureux - partenaires dans le crime Judah Bauer et Russell Simins, le juvénile Spencer casse la baraque sur ses nouveaux titres proprement (voire salement) incendiaires, de futurs hits qui ont été réalisés avec l'aide des très remontés Sam Coomes et M. Sord... La vieillesse dans le rock n'est donc pas forcément un naufrage vers le fake, l'aseptisé et la vacuité. C'est bon à savoir !



Liens : www.facebook.com/PopCatastrophecouk, www.pop-catastrophe.co.uk, twitter.com/popcatastrophe, www.instagram.com/popcatastrophe, intheredrecords.com, www.facebook.com/ShoveRecordsOfficial, www.facebook.com/differ.ant...





Novembre 2018 (In The Red Records - Differ-Ant)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 25 novembre 2018 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu