Accueil Chronique album : Nitwits - Le Marécage De La Mélancolie, par Philippe
Dimanche 7 août 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

Nitwits : "Le Marécage De La Mélancolie"

Nitwits :

Pop - Rock

Critique écrite le 18 décembre 2008 par Philippe

Au moins trois ans déjà que le tonitruant Death to Lo-fi des Nitwits nous décrasse régulièrement les cages à miel - quand le groupe ne nous scotche pas au mur du fond de la Machine à Coudre ou d'ailleurs ! Parce que certes ils sont doués sur scène, mais on l'entend aussi sur disque ! De toutes façons si les Nitwits ne faisaient pas de la musique, ils tueraient probablement des gens - on a donc pas perdu au change, même si en live, on a quand même toujours vaguement l'impression qu'ils essayent de nous exploser la gueule !
Parce qu'ils s'y amusent comme des fous alors que leur musique est juste... monstrueuse : hurlements continus, le plus souvent aïgus et avec une chambre d'écho pas possible, basse psychopathe, duende metalloïde dans la guitare et fracassage de batterie (surtout sur le terrifiant Sgt Rosco). Ils n'aiment pas les étiquettes, alors on ne dira pas qu'ils font une sorte de hum, noisy death punk, ni qu'on pense à des Pixies très en pétard au début de Keratectomie (et aux Melvins à la fin), au meilleur des Breeders sur Funny Face, ou au Nirvana du début en écoutant leur Cassandre !, où même à rien (à part peut-être aux Nitwits) en écoutant Latin Lover ou Wild Cat, vraies réussites qui ne doivent rien à personne. Un chroniqueur que je connais, sans doute en entendant Jolies Petites Merveilles, les a même comparés une fois à "Jean-Louis Aubert jammant avec Slayer pendant qu'on lui passe les testicules au moulin à viande", c'est dire. On entend assez mal par contre, de quoi parlent les chansons, même quand c'est en français... Mais peu importe.
D'ailleurs il n'est pas exclu que ce soit un tas de conneries, connaissant leur esprit potache : celui qu'on retrouve dans une pochette à l'esthétique BD (avec la mystérieuse caisse vivante qui les accompagne on stage) et un titre ostensiblement too-much. Ne vous y trompez pas, le disque est parfaitement produit quand il le veut, et déboîte largement autant que le précédent. 12 titres dégaînant la trique au détour d'une caresse (Beginator), ou partant en mélodie pour finir en camisole, et certains qui entraîneront à ne pas manquer des pogos de dingues (Double Face ou Sgt Rosco) : 42 minutes de bonheur !
Bref les Nitwits ont un niveau technique et artistique sensiblement en haut du panier d'une scène pourtant très dynamique, leurs copines sont des pétroleuses rock'n'roll pimpantes : ce sont donc des rock stars potentielles qui s'ignorent. Dites-le donc à vos amis, et offrez le disque à votre soeur ado en péril musical (mais pas à votre mère, à moins qu'elle vous ait chaperonné au dernier Hell Fest)...
(2008)
Vignette Philippe

 Critique écrite le 18 décembre 2008 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe

Nitwits : les chroniques d'albums

Nitwits : Le Marécage De La Mélancolie

Nitwits : Le Marécage De La Mélancolie par Zeu Western Manooch
28/04/2009
Au même titre que Watine, il n'y pas si longtemps, les Nitwits sont de ces groupes qu'on aime suivre à la trace. A la différence près que ce coup-ci c'est plutôt grâce au son dingue d'une basse pétaradante qu'on a retrouvé leur route. Le Marécage... La suite

Nitwits : Wild Cat

Nitwits : Wild Cat par Pirlouiiiit
04/06/2007
Après le très bon concert de l'autre soir à la Machine à Coudre je me devais d'écouter le nouveau single des Nitwits : Latin Lover ! Je le fais avec d'autant plus de plaisir que ce titre est accompagné de trois autres morceaux "bonux". Latin Lover... La suite

Nitwits : Death To Lo-fi

Nitwits : Death To Lo-fi par big smelly toe
26/01/2005
Nitwits a enfin sorti un album, tiré à 500 exemplaires, et ceci pour le bonheur de tous ceux qui les ont déjà vus en concert. Ce groupe inclassable mélange tous les styles, naviguant du punk/hardcore sur 1:33 et Z, jusqu'aux ambiances éthérées,... La suite