Accueil Chronique album : Noone - Maybe The Last, par Zeu Western Manooch
Mardi 3 août 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

Noone : "Maybe The Last"

Noone :

Pop - Rock / Idm/dubstep

Critique écrite le 11 août 2010 par Zeu Western Manooch

C'est le retour de Noone dans les bacs. Et quel retour mes aïeux !

On avait apprécié son précédent Grenadine, disque électro bourré de confettis. On est plutôt étonné de le retrouver sur cet Ep au titre on l'espère non prémonitoire, le teint et les traits plus marqués, mâchoires serrées...Énervé, en quelque sorte !
Maybe The Last, ce sont cinq titres à la noirceur abyssale qui tranchent avec les précédentes productions du Monsieur. Une évolution qui soit dit en passant nous confirme tout le bien qu'on pensait de lui. Noone is back, des idées noires plein les valoches. Et on ne va pas s'en plaindre. Son label Bee Records, maison électro qui monte, non plus. On les imagine bien excités, au moins autant que nous , à l'écoute des premières mesures de ce maxi. Quelle bonheur d'assister ainsi à la métamorphose d'un artiste auquel on croit. D'autant plus lorsque que la mutation en question s'avère n'être rien d'autre qu'un pacson de belles promesses qui ne sauraient qu'être exaucées.
Cette nouvelle orientation prise par Noone, qui n'est d'ailleurs surement pour lui qu'une logique continuation du chemin qu'il s'est rêvé, a vraiment tout pour nous plaire. Noirceur et rage, qualité et précision de la production, basse vrombissante et breaks ténébreux. Vivement la suite !

2010 - BEE Rds
https://www.myspace.com/nooneroom
Vignette Zeu Western Manooch

 Critique écrite le 11 août 2010 par Zeu Western Manooch
 Envoyer un message à Zeu Western Manooch

Noone : les chroniques d'albums

Noone : Grenadine

Noone : Grenadine par Zeu Western Manooch
09/05/2009
Noone, nouvelle signature de l'excellent label lyonnais BEE Rds (Paral-lel, Cosmos 70, SKNDR...) sort Grenadine son premier opus. Et pour faire définitivement taire les vautours qui rêvent - parce que c'est vicelard quand même ces volatiles -... La suite