Accueil Chronique album : LE PETIT ORCHESTRE (LPO) - PENSER à DEMAIN..., par Olivier Boyron
Vendredi 27 novembre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

LE PETIT ORCHESTRE (LPO) : "PENSER à DEMAIN..."

Rock / chanson

Critique écrite le 27 décembre 2002 par Olivier Boyron

L.P.O. c'est "Le Petit Orchestre", qui, après un album éponyme en 2000, nous revient début février avec un nouvel opus. Un album que nous avons eu le privilège d'écouter en avant première et dont nous vous livrons ici nos premières impressions.

Né il y a maintenant 4 ans de l'association de musiciens Viennois: Martin (chant), Stef (guitare), Max (basse), et Alex (batterie), Le Petit Orchestre, au fil de sa route, s'est enrichit de nouveaux membres pour former aujourd'hui un collectif à la synergie fonctionnant parfaitement. C'est donc avec Bruno et Fabien (lead rap), Do (platine), Lucas (trompette) et Mick (batterie) que L.P.O, fort d'un parcours plein d'enseignements, nous a ciselé un album d'une maturité évidente.

S'éloignant des carcans d'un reggae à l'atmosphère pourtant fine, avec "Penser à demain" (titre de l'album), L.P.O. s'épanouit pleinement entre balades, ragga, rap, funk et autres ambiances toujours "relax". Les ambiances, mises en avant par une impeccable production, assurent un indéniable professionnalisme à ce nouvel album.

L'amour de la musique et le respect des autres émanent de chaque titre où tous les musiciens trouvent le parfait accord sans jamais se parasiter. "Chanter l'amour" (qui ouvre l'album) et "Pourquoi tu cours" sont les exemples phares de ce juste équilibre. Comme les deux polarités d'une même énergie les voix "rap" et celle de Martin, jouant de leurs sonorités et de leurs phrasés différents, se renforcent dans un jeu au plaisir communicatif. Et l'on pourrait en dire autant des scratches de Do tombant toujours à point ou de la trompette de Lucas renforçant magistralement les compositions... Ici chacun est parfaitement à sa place et ,pour une fois, les dichotomies n'étaient qu'apparentes.

On peut évoquer Ben Harper, comme cela a été fait, pour trouver filiation à la musique de L.P.O., toutefois, avec ce nouvel album, il est inutile de recourir à ce genre de subterfuge... Non, L.P.O. fait maintenant du L.P.O et c'est tant mieux!

Je me dois bien évidemment de toucher un mot des paroles qui sont une des vraies forces du groupe. Toujours ancrées fermement dans une réalité aux nombreux pièges, dont quelques uns sont ici pointés, les textes de L.P.O. restent tournés vers un besoin d'absolu, aspiration salvatrice en nos temps agités.

Textes et musiques, l'alchimie opère parfaitement et gageons qu'avec ce nouvel album elle séduise un plus large public encore...

 Critique écrite le 27 décembre 2002 par Olivier Boyron