Accueil Chronique album : The Dead 60's - The Dead 60's, par Philippe
Jeudi 27 janvier 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

The Dead 60's : "The Dead 60's"

The Dead 60's :

Pop - Rock

Critique écrite le 16 décembre 2005 par Philippe

A l'écoute du fantastique double-riff de Riot Radio, on pourrait bien croire que Londres brûle à nouveau : The Dead 60's reprennent le ska-punk où les Clash l'avaient laissé... sauf qu'ici l'émeute ne se passe plus qu'à la radio (cette vieille garce de Thatcher étant retraitée), et dans notre cerveau instantanément enfiévré. Le rock anglais des années 80 ayant déjà été copieusement pillé depuis 2 ou 3 ans, restait à cambrioler le créneau des Specials et de Madness et ces 4 petits malins (ils sont de Liverpool, évidemment) y sont arrivés les premiers.
Mais y'a-t'il vraiment quelque chose derrière ce détonateur placé en début d'album, et derrière le look mi-Strummer mi-Fonzy de ces 4 petits branleurs, sortes de Franz Ferdinand de banlieue ? Eh bien oui, il y a un putain de vrai album de ska et de rock classieux, quoiqu'un peu attrape-tout.
Où le son rock de A different Age cohabite harmonieusement avec des compositions recherchées à la Nick Cave & the Bad Seeds (l'épatante Ghostfaced Killer ou encore Red Light), et surtout avec moult chansons ska d'excellente facture où la reverb sur la voix gouailleuse de Matt Mc Manamon donne ce fameux petit effet Kingston très approprié : Train to Nowhere, Loaded gun, ou encore les très madness-style Soul Survivor et You're not the Law.
Mais aussi quelques reggae qu'on imagine enfumés comme We get low ou Control this, parfois des rocks plus convenus comme Horizontal qu'auraient pu chanter les Libertines. Nous voilà donc repartis virtuellement pour le Manchester des 70's où des skinheads (avec cerveau) faisaient bruyamment la fête en relative bonne entente avec leurs collègues d'usine fraîchement immigrés.
Pour les plus accros un deuxième CD (qui m'a moins accroché) reprend certains titres en version dub. Au final, le tout fera un beau cadeau à votre petit frère à dreads qui croit encore (et il n'a certes pas tout à fait tort) que Bob Marley - époque rocksteady bien sûr, la seule - est un horizon indépassable en matière de ska : The Dead 60's ne font rien de mieux que Simmer Down, mais c'est presque aussi bien !
(2005)
Vignette Philippe

 Critique écrite le 16 décembre 2005 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe